Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Une alerte sur Facebook et Instagram va inciter les gens à porter un masque en public

Une alerte sur Facebook et Instagram va inciter les gens à porter un masque en public
© Facebook

De plus en plus d'Etats américains prennent des réglementations qui obligent les gens à porter un masque en public. Désormais, Facebook participe au débat. Jeudi 2 juillet, la société a annoncé qu'elle encouragerait ses usagers à adopter le port du masque en public. Facebook et Instagram prévoient donc de lancer, aux États-Unis, une toute nouvelle alerte sur leur plateforme, relative au port du masque, ainsi que des liens renvoyant vers le site du Centre de contrôle et de prévention des maladies. L'entreprise étendra ensuite cette alerte à d'autres pays, a déclaré Facebook à Business Insider US.

La décision de la plateforme intervient alors que les cas de Covid-19 augmentent dans de nombreux Etats américains. Les États-Unis sont confrontés à l'épidémie de plus grande ampleur au monde avec 2,68 millions de cas de Covid-19, selon les données de l'université Johns Hopkins. En France, le Conseil scientifique rappelle, dans un avis publié le 21 juin dernier, que "non seulement le virus n'a pas disparu, mais il est très probable qu'il circule de nouveau intensément dans les prochains mois." Au micro de RTL, jeudi 2 juillet, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a indiqué que "la France métropolitaine compte aujourd'hui plus de 200 clusters (des foyers de cas épidémiques, ndlr)." Cette alerte de Facebook, qui dit aux utilisateurs de porter un masque, est donc la dernière mesure prise par la plateforme pour essayer de fournir des informations précises sur la pandémie.

Alors que l'entreprise a mis en place un vaste plan pour assurer la santé et la sécurité du public concernant le coronavirus en essayant de prévenir la diffusion de fausses informations et de mettre les gens en contact avec des ressources fondées, Facebook et Mark Zuckerberg sont mêlés à d'autres questions très controversées liées à leurs politiques actuelles.

Récemment, Mark Zuckerberg a refusé de modifier la politique de l'entreprise en matière de discours haineux, alors même que plus de 500 annonceurs boycottent la société. La décision des annonceurs a été prise car le PDG de Facebook a refusé de faire marche arrière après avoir autorisé un message du président Donald Trump que Twitter avait signalé et considéré comme "glorifiant la violence" lors des manifestations protestant contre la mort de George Floyd.

A ce jour, la position de Mark Zuckerberg sur les discours de haine reste inchangée. Cepedant, Facebook affirme que sa campagne contre la désinformation sur le coronavirus est une extension de ses "politiques existantes visant à supprimer les contenus qui pourraient causer des dommages physiques" : "Nous allons également commencer à retirer les contenus contenant de fausses allégations ou des théories de conspiration qui ont été signalées par les principales organisations mondiales de santé et les autorités sanitaires locales et qui pourraient causer des dommages aux personnes qui les croient."

Version originale : Jessica Snouwaert / Business Insider US. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.

A lire aussi — Mark Zuckerberg perd 7 Mds$ suite au boycott de Facebook par Coca-Cola

Découvrir plus d'articles sur :