Francois Fillon et sa femme Penelope Fillon lors d'un meeting du candidat le 29 janvier 2017. REUTERS/Pascal Rossignol

Le Canard enchaîné a révélé que l'épouse de François Fillon avait été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire par ce dernier, puis par son suppléant, à l'Assemblée nationale.

En 2015, on comptait 2 099 collaborateurs parlementaires à l’Assemblée nationale et 921 au Sénat, selon Le Monde.

Les projecteurs ont depuis été braqués sur le métier de collaborateur ou d'assistant parlementaire.

"L’ambiance est un poil pesante", explique Valentine Serino, dans un post sur Medium. A 25 ans, elle exerce cette fonction depuis près d'un an auprès du député de l'Aisne Julien Dive (Les Républicains). "Nous avons une passion commune: contribuer, à notre échelle, au bon déroulement de la vie politique française", dit-elle.

Elle détaille son travail quotidien et celui de ses pairs, ainsi que le salaire associé qui oscille "entre 1800 et 2500 euros nets" à temps plein.

"Nous ne disposons d’aucune grille de salaire, d’où les écarts. Mais quand un élu LR dit que les assistants sont rémunérés 4000 euros mensuels en moyenne… je me dis que j'ai mal négocié."

Au Sénat, le salaire moyen d’assistant s'affichait à 3 201 euros en 2015.

Bien loin des chiffres avancés par Le Canard enchainé: l'épouse de François Fillon aurait perçu plus 830.000 euros de salaire brut sur 15 ans en tant qu'attachée parlementaire.

"On ne nous voit pas mais on est présent"

Titulaire d'un master 2 en Affaires Publiques de l'Université de Paris Panthéon-Sorbonne,  Valentine Serino s'efforce d'expliquer le plus simplement son statut et son métier pour mettre fin aux fantasmes. "On ne nous voit pas mais on est présent", explique-t-elle à Business Insider France.

"Nous sommes des salariés de droit privé (contrat signé avec le député employeur) mais rémunérés avec des deniers publics. Mais ça arrive à des gens bien", écrit-elle sur Medium. Et si le parlementaire perd son élection, ses collaborateurs perdent leur emploi.

Concernant les tâches effectuées. Valentine Serino en recense trois :

  • La rédaction des interventions, de veilles et/ou notes de synthèse, à l'Assemblée nationale ou au Sénat.
  • Le secrétariat, ce qui consiste "à prendre contact avec les habitants de la circonscription" et à gérer la réserve parlementaire, qui soutient des investissements de proximité décidés par des collectivités locales et des activités menées par des associations. Ce travail s'effectue essentiellement depuis la permanence de l'élu, dans sa circonscription, précise-t-elle.
  • Enfin, un assistant parlementaire peut aider un élu dans la gestion de sa communication et de ses relations avec la presse (gestion des réseaux sociaux, contact avec les journalistes, réalisation des supports de communication). Un travail qui peut se faire de n'importe où.

Trois fonctions principales mais pas uniques.

"Après avoir rédigé une question au gouvernement, le collaborateur parlementaire peut aussi avoir à aller chercher une chemise au pressing, faire une course... Il arrive de bosser le soir sur une séance de nuit, de rédiger quelques punchlines en plein weekend…", conclut-elle.

Interrogée sur l'affaire Fillon, Valentine Serino refuse d'en parler sur le fond. Mais elle convient tout de même que des changements pourraient être apportés. "Il y a eu des abus dans le passé. S'il y en a de nouveau, il y a peut être quelque chose à changer".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Un débat à l'Assemblée nationale expose une pratique douteuse sur la rémunération de certains collaborateurs

VIDEO: Voici comment Ralph Lauren est passé du petit employé d'une boutique de vêtements à l'influent homme de mode riche de 5,8 Mds$