Publicité

Une cartographie de l'énergie noire pourrait remettre en cause la théorie de la relativité générale d'Einstein

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Une cartographie de l'énergie noire pourrait remettre en cause la théorie de la relativité générale d'Einstein
Une nouvelle étude pour davantage comprendre l'expansion de l'Univers. © Dark Energy Survey
Publicité

Après 345 nuits d'observation de 226 millions de galaxies, soit environ 1/8ème du ciel, les premiers résultats de l'enquête sur l'énergie noire ("Dark Energy Survey" — DES) ont permis de produire "les mesures les plus précises de la composition de la croissance de l'Univers à ce jour", selon un communiqué publié par le Fermilab, un laboratoire sous la tutelle du département américain de l'Énergie, le 27 mai. Et cette enquête est loin d'être terminée, puisqu'il ne s'agit ici que des résultats des trois premières années, l'étude s'étendant sur un total de six ans et 748 nuits d'observation. Ces premières conclusions ont été publiées dans la revue de la Royal Astronomical Society.

La DES, qui mobilise 400 scientifiques issus de sept pays, vise à créer "les cartes les plus grandes et les plus précises à ce jour de la distribution des galaxies dans l'Univers, à des époques relativement récentes", explique le Fermilab, qui précise qu'il s'agit ainsi de pouvoir disposer d'un "instantané" de la structure actuelle de l'Univers, mais également la manière dont elle a évolué au cours des sept derniers milliards d'années.

À lire aussi — Un télescope révèle les premières images de la 'toile cosmique' dans l'Univers

La DES a ainsi mesuré l'évolution de la toile cosmique au cours de l'histoire et l'amas de galaxies qui la forme a "révélé des régions où la densité de matière noire est plus élevé". L'étude a également permis d'étudier la manière dont les formes des galaxies lointaines sont alignées les unes par rapport aux autres, ce qui a permis de déduire "la distribution spatiale de la matière noire dans l'univers", explique le Fermilab.

Matière noire et théorie de la relativité

Selon la BBC, "l'observation semble s'écarter de la théorie de la relativité générale d'Einstein". "Ce qui est intrigant, c'est que notre étude révèle une structure plus lisse" que ce qui était initialement attendu, tempère une scientifique ayant participé à la DES. "Il y a suffisamment d'ambiguïtés pour que nous continuions nos observations", poursuit-elle dans une vidéo explicative du Fermilab.

Pour mener cette étude, les équipes ont utilisé une caméra à énergie noire, capable de prendre des photos de 570 mégapixels, intégrée au télescope Victor M. Blanco de l'Observatoire de Cerro Tololo, situé au Chili.

Seul 5% de l'Univers est constitué de matière "ordinaire" (étoiles, planètes, lumière…), le reste étant composé à 25% de matière noire — ce qui "tient" les galaxies entres elles par la gravité — et à 75% d'énergie noire, qui accélère l'expansion de l'Univers. La DES a ainsi permis d'avancer dans la compréhension de ce phénomène d'expansion.

À lire aussi — 600 scientifiques du monde entier vont créer une carte 3D de l'Univers

Découvrir plus d'articles sur :