Une empreinte humaine découverte au Chili serait la plus vieille connue à ce jour en Amérique

Première excavation du site de Pilauco en 2007. Avec l'aimable autorisation de Karen Moreno

Il y a environ 15 600 ans, un homme traversait pieds nus ce qui est aujourd'hui le Chili. Il n'a laissé qu'une seule empreinte, celle de son pied droit dans les sédiments humides. Les scientifiques ont découvert cette empreinte à Pilauco, un site dans la ville d'Osorno, au Chili, en 2011. Au début, les chercheurs ne savaient pas si l'empreinte appartenait à un humain ou à un hominidé, ou bien à un paresseux qui jouait dans la boue. Mais maintenant, les chercheurs ont déterminé que l'empreinte était bien humaine, selon une étude publiée dans la revue PLoS One.

"C'est le genre d'empreinte qui pourrait être faite par n'importe quelle espèce du genre Homo", a déclaré Karen Moreno, co-auteure de l'étude, à Business Insider. "Mais la seule espèce Homo qui existait il y a 15 000 ans est l'Homo sapiens." Cette découverte pourrait nous aider à réécrire la chronologie de l'histoire humaine : "À ma connaissance, il s'agit de la plus ancienne empreinte de pied que l'on trouve dans les Amériques", affirme-t-elle.

Une empreinte incontestablement humaine

Photo originale de l'empreinte de Pilauco, prise en 2010. Avec l'aimable autorisation de Karen Moreno.

Lors des fouilles du site de Pilauco de 2007 à 2016, les chercheurs ont également découvert des restes de mastodontes, d'insectes et de mollusques fossilisés, ainsi que des outils en pierre de fabrication humaine. À l'aide d'une datation au radiocarbone, une méthode pour connaître l'âge des matières organiques, Karen Moreno et son équipe ont déterminé que le matériel végétal trouvé dans la même couche sédimentaire que l'empreinte avait environ 15 600 ans.

Ensuite, pour identifier à quel type de créature appartenait l'empreinte, les scientifiques ont pris des images radiographiques, des mesures et ont fait une reconstitution en plâtre. Leurs découvertes suggèrent que l'empreinte avait une forme caractéristique : avec une arche, un talon arrondi et un gros orteil allongé, ce qui ne peut appartenir qu'à une espèce de genre Homo.

À lire aussi : Des squelettes découverts en France révèlent pourquoi l'Homme de Néandertal était cannibale

"Nous avons fait la comparaison avec toutes les autres formes d'empreintes d'animaux de l'époque, et c'est très, très différent des mylodons (anciens mammifères terrestres, ancêtre des paresseux modernes), des oiseaux, ou des ours qui auraient pu vivre là au même moment", confie Karen Moreno.

La créature à qui appartient l'empreinte avait un gros orteil allongé, un peu comme les humains modernes. Avec l'aimable autorisation de Karen Moreno

Les chercheurs ont testé leur hypothèse selon laquelle cette empreinte provenait d'ancêtres humains en simulant l'impact des pieds humains dans la boue. Ils ont demandé à trois personnes de tailles corporelles différentes de marcher sur un lit de sédiments et ont conclu qu'un être humain pouvait "facilement produire" une empreinte semblable ou égale à celle qu'ils avaient découverte.

Les auteurs de l'étude ne savent pas pourquoi on n'a trouvé qu'une seule empreinte, plutôt qu'une traînée d'empreintes, mais ils suggèrent que le mélange de couches de boue a pu enterrer le reste des empreintes.

Les humains sont probablement arrivés en Amérique plus tôt qu'on ne le pensait.

L'ancienne empreinte humaine à Osorno, au Chili. Reuters

L'empreinte de Pilauco fournit une preuve supplémentaire que les peuples anciens habitaient dans les Amériques bien plus tôt que les archéologues ne le pensaient auparavant. Pendant des décennies, les scientifiques ont cru que les premiers peuples à s'établir en Amérique étaient les chasseurs Clovis, qui ont traversé le détroit de Béring entre l'Alaska moderne et la Russie avant de s'étendre en Amérique du Nord et au-delà, il y a environ 13 500 ans.

Cette théorie s'explique en partie par le fait que les empreintes humaines anciennes dans les archives fossiles des Amériques sont rares. Selon Karen Moreno, de nombreuses traces de pas auraient pu être détruites par la fonte des glaciers à la fin de la dernière période glaciaire, il y a 11 700 ans.

Illustration de notre ancêtre qui a laissé son empreinte il y a 15 600 ans au Chili.
Mauricio Alvarez/Avec l'aimable autorisation de Karen Moreno

Jusqu'à présent, les scientifiques pensaient que les empreintes humaines anciennes conservées à Monte Verde, un autre site archéologique du Chili, étaient les plus anciennes empreintes qui existaient sur le continent américain. Mais ces empreintes avaient environ 1 100 ans de moins que l'empreinte trouvée sur le site de Pilauco.

Les traces de Monte Verde et de Pilauco ont été faites au moins 1 000 ans avant la date à laquelle les chercheurs pensaient que le peuple Clovis était apparu en Amérique du Nord. D'après Karen Moreno, cela remet en cause la théorie selon laquelle les Clovis furent les premiers à peupler le continent. "Il est possible que certains ont pris le même chemin, mais peut-être plus tôt qu'on ne le pensait."

Version originale : Aylin Woodward/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 16 signes qui montrent que les animaux et les plantes vivent une 6e extinction de masse

VIDEO: Cette valise motorisée vous permet de rouler à 3,5 km/h dans les couloirs des aéroports