Une enquête révèle des conditions de travail infernales chez Epic Games, le studio qui a créé Fortnite

Une enquête révèle des conditions de travail infernales chez Epic Games, le studio qui a créé Fortnite

Epic Games

Epic Games, le studio de développement derrière "Fortnite", aurait du mal à suivre la cadence imposée par le succès monstre de son jeu vidéo et notamment de son mode Battle Royale. Depuis la sortie de "Fortnite" en 2017, l'entreprise américaine a plus que doublé ses effectifs à temps plein et ne cesse de gagner en popularité. Mais dans une longue enquête publiée ce mardi 23 avril par le site Polygon, une douzaine de salariés d'Epic Games ont dénoncé des conditions de travail infernales et des tâches qui ne prennent jamais fin.

"Je dors à peine. Quand je suis à la maison, je suis grincheux. Je n'ai pas d'énergie pour sortir dehors. S'absenter du travail durant le weekend relève de l'exploit", a expliqué un employé sous couvert d'anonymat. "Je travaille en moyenne 70 heures par semaine. Il y a au moins 50 ou 100 personnes chez Epic Games qui travaillent autant. J'en connais qui atteignent les 100 heures de travail par semaine", a regretté un autre salarié. "L'entreprise nous donne des congés illimités mais c'est presque impossible de les prendre. Si on s'absente, la charge de travail retombe sur d'autres employés. Et personne n'a envie d'agir comme ça".

Fortnite a annoncé un événement en collaboration avec Marvel, pour la semaine prochaine. Marvel/Epic Games

Epic Games a reconnu les problèmes dans diverses déclarations transmises à Polygon. "Les gens travaillent très dur sur 'Fortnite' et sur d'autres tâches chez Epic Games, a déclaré un représentant du studio de développement à Polygon. Les situations extrêmes comme les 100 heures de travail par semaine sont très rares. Et quand cela arrive, nous cherchons à y remédier immédiatement pour éviter que cela ne se reproduise".

Un représentant d'Epic Games a affirmé à Business Insider US que les salaires et les avantages sociaux au sein de l'entreprise "sont très compétitifs et que tous les employés jouissent d’un programme généreux de partage des bénéfices".

Mais pour les employés qui se sont exprimés auprès de Polygon, ces avantages ne seraient pas suffisamment incitatifs pour qu'ils arrivent à maintenir le rythme de travail éreintant qu'on leur impose. "Des amis sont venus me voir et m'ont confié leur exaspération. 'Je n'en peux plus', m'ont-ils dit. Certains se sont effondrés, en larmes. Le 'crunch' (terme désignant la période de bouclage ou de mise à jour d'un jeu vidéo) est constant", a souligné un salarié d'Epic Games.

BioWare/EA

Les conditions de travail décrites dans cette enquête de Polygon ne sont malheureusement pas un phénomène nouveau dans l'industrie du jeu vidéo. Plus récemment, c'est le jeu "Anthem", développé par Electronic Arts (EA) qui a fait l'objet d'une longue enquête du site Kotaku. Publiée le 2 avril, celle-ci détaille les conditions de travail chaotiques au sein du studio avant la sortie du jeu, qui en plus a été un échec commercial.

Les développeurs travaillant sur "Anthem" auraient subi des situations tellement stressantes qu'ils ont été contraints d'arrêter de travailler pendant plusieurs semaines pour se reposer. La situation chez Epic Games semble moins désastreuse, même si les conséquences chez les employés s'en rapprochent.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Ce pont de verre en Chine était le plus haut et le plus long du monde — voici pourquoi il a fermé

  1. FranK

    50 ou 100 personnes ? C'est d'une crédibilité incroyable ce témoignage.

Laisser un commentaire