Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Une entreprise israélienne produit les premières batteries de voiture rechargeables en cinq minutes

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Sans avoir besoin de modifier l'infrastructure de bornes existante, StoreDot vise à fournir aux véhicules électriques 160 kilomètres d'autonomie en cinq minutes d'ici 2025. © SP/Kia

L'annonce pourrait bien enclencher une petite révolution dans le secteur automobile. StoreDot, une entreprise israélienne spécialisée dans la fabrication de batteries à charge rapide, a annoncé le 19 janvier avoir produit les premières batteries de véhicule électrique rechargeables en l'espace de cinq petites minutes. L'autonomie des véhicules électriques est aujourd'hui une donnée-clé pour les acheteurs potentiels — d'autant que le réseau de bornes de recharge reste beaucoup moins développé que celui des stations-service traditionnelles.

En 2019, StoreDot avait déjà franchi une étape importante en rechargeant en direct un scooter électrique, également en cinq minutes. Cette fois-ci, l'échelle a changé. L'entreprise a produit, dans l'usine chinoise de son partenaire Eve Energy, des échantillons de batteries lithium-ion d'ores et déjà accessibles aux fabricants automobiles. L'ambition : rendre le "plein" d'électricité aussi rapide qu'un passage à la pompe à essence. Sans avoir besoin de modifier l'infrastructure de bornes existante, StoreDot vise à fournir aux véhicules électriques 160 kilomètres d'autonomie en cinq minutes d'ici 2025.

À lire aussi — General Motors s'associe à Microsoft pour construire des voitures électriques autonomes

"Nous ne dévoilons pas un prototype de laboratoire, mais des échantillons techniques issus d'une chaîne de production de masse. Cela démontre que c'est faisable et que c'est prêt à être commercialisé", s'est réjoui Doron Myersdorf, le PDG de l'entreprise, auprès du Guardian.

Les batteries de StoreDot remplacent le graphite, qui sert d'électrode aux batteries traditionnelles, par des nanoparticules semi-conductrices : celles-ci permettent de faire circuler les ions bien plus rapidement. L'entreprise espère à terme remplacer le germanium, dont sont aujourd'hui tirées ces nanoparticules, par du silicium bien plus abordable. "Cela ouvre la voie au lancement, dans le courant de l'année, de notre prototype de seconde génération de batterie à dominante de silicium pour les véhicules électriques", a déclaré Doron Myersdorf dans un communiqué.

L'entreprise israélienne, fondée en 2012, compte parmi ses investisseurs principaux BP, Daimler ou encore Samsung Ventures et a levé 130 millions d'euros à ce jour. StoreDot n'est pas la seule à s'intéresser de près au silicium. Plusieurs entreprises à travers le monde, dont Tesla et Enevate, travaillent également sur des projets de batteries à charge rapide.

À lire aussi — 10 voitures électriques prometteuses qui arrivent sur le marché français en 2021

Découvrir plus d'articles sur :