Publicité

Une entreprise japonaise cherche à créer des satellites en bois qui brûleraient dans l'atmosphère sans polluer

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Une entreprise japonaise cherche à créer des satellites en bois qui brûleraient dans l'atmosphère sans polluer
Les satellites en bois qui, ayant terminé leur mission, brûleraient sans polluer l'atmosphère. © Pixabay
Publicité

L'homme maîtrise le vol spatial orbital depuis un peu plus de 60 ans, et quelque 5 500 objets ont déjà été envoyés dans l'espace. A tel point que l'orbite terrestre est devenue une véritable décharge où les satellites "morts" se croisent et s'entrechoquent, pour enfin chuter vers notre planète et se désintégrer dans l'atmosphère — y relâchant au passage des substances nocives. Au Japon, l'entreprise Sumitomo Forestry travaille avec l'université de Kyoto au développement d'une solution à ce problème : des satellites en bois qui, ayant terminé leur mission, brûleraient sans polluer le ciel, rapporte la BBC.

L'Agence spatiale européenne (ESA) répondait début décembre au casse-tête des débris spatiaux en signant avec ClearSpace pour la première mission au monde d'"enlèvement" d'un débris spatial. Mais, vu leur nombre, il serait extrêmement long et coûteux de les "retirer", un à un, de la sorte. S'ils ne débarrasseront pas l'orbite terrestre de ses milliers d'ordures, les satellites en bois, que les partenaires espèrent lancer pour la première fois en 2023, permettraient de ne pas aggraver la situation à l'avenir. "Cela finira par affecter l'environnement de la Terre", avertit Takao Doi, professeur à l'université de Kyoto et spationaute japonais, relayé par la BBC.

"Nous sommes très préoccupés par le fait que tous les satellites qui rentrent dans l'atmosphère terrestre brûlent et créent de minuscules particules d'alumine qui flotteront dans la haute atmosphère pendant de nombreuses années", poursuit le spationaute qui a séjourné sur l'ISS en 2008. Les partenaires devraient commencer prochainement à expérimenter différentes variétés de bois dans des environnements extrêmes sur Terre. Sans dévoiler lesquelles : c'est un "secret R&D", aurait lâché un porte-parole de Sumitomo Forestry. "La prochaine étape consistera à développer le modèle technique du satellite, puis nous fabriquerons le modèle de vol", se projette Takao Doi.

A lire aussi — L'agence spatiale européenne signe avec une startup suisse pour nettoyer l'espace

Découvrir plus d'articles sur :