La Chine est soulève le lourd fardeau de sa dette. REUTERS/Guang Niu

Le ralentissement de l'économie chinoise a souvent conduit les entreprises du pays à manquer à leurs obligations. Les entreprises appartenant à l'État, bénéficiant de la protection gouvernementale, n'ont pas suivi cet exemple. Cela jusqu'à vendredi, lorsque, pour la première fois en deux décennies, une entreprise publique chinoise n'a pas réussi à rembourser sa dette.

Qinghai Provincial Investment Group (QPIG), qui a été rétrogradé par S&P Global Ratings au statut d'"indésirable", n'a pas remboursé 11 millions de dollars d'intérêts sur une obligation étrangère de 300 millions la semaine dernière. QIPG a ensuite manqué un paiement distinct de capital et d'intérêts sur une obligation de 20 millions de yuans (3 millions de dollars) qui arrivait à échéance lundi, selon le Financial Times qui Caixin. La province de Qinghai est la plus grand productrice d'aluminium de la région de Qinghai, et est détenue majoritairement par le gouvernement provincial, d'après S&P.

S&P a laissé sous-entendre qu'elle ne prendrait pas en compte ce défaut de paiement de l'obligation, étant donné qu'elle s'attend à ce que le gouvernement provincial continue d'apporter des aides à l'entreprise. Cependant, l'agence de notation a été peu encourageante vis-à-vis des perspectives d'avenir du fabricant, invoquant le risque que l'aide de l'État "diminue avec le temps". C'est un signe inquiétant dans un contexte de ralentissement de l'économie chinoise et d'endettement croissant.

Les médias locaux avaient déjà signalé que l'aide du gouvernement avait été essentielle à la province de Qinhai pour éviter de justesse deux défauts de paiement sur des obligations arrivant à échéance l'an dernier, selon le Financial Times. Les collectivités locales chinoises sont de plus en plus mises à rude épreuve depuis que Pékin a imposé des contrôles de crédit stricts ces dernières années. Le ralentissement de l'économie a entraîné l'inversion de cette politique et l'octroi de prêts a été encouragé, notamment par l'assouplissement des exigences en matière de rationnement des réserves par la banque centrale chinoise.

Au cours des dernières années, les entreprises chinoises ont été confrontées à une série de défauts de paiement, les entreprises d'État ayant également fait défaut sur des prêts et des obligations en monnaie nationale. La dernière société publique d'État à avoir fait défaut sur une obligation étrangère libellée en dollars était Guangdong International Trust and Investment Company, qui s'est effondrée en 1998 après avoir été rattrapée par la hausse des taux d'intérêt américains.

Les entreprises chinoises peuvent bénéficier de meilleurs taux de conversion des devises en émettant des titres de créance "offshore" à Hong Kong plutôt qu'en empruntant des dollars à des prêteurs chinois. La défaillance de QIPG sera une source d'inquiétude pour les investisseurs, déjà préoccupés par le marché chinois et le niveau d'endettement élevé qu'il présente.

Version originale : Callum Burroughs / Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Panique au Royaume-Uni : les plupart des palettes de transport seront refusées par l'UE en cas de Brexit dur

VIDEO: Ce supermarché a ouvert un rayon sans plastique