Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Une étude de Stripe sur les nouvelles startups françaises révèle combien l'e-commerce a changé en 10 ans

Une étude de Stripe sur les nouvelles startups françaises révèle combien l'e-commerce a changé en 10 ans
© Stripe

Créé en 2011, le spécialiste du paiement en ligne Stripe est devenu une startup valorisée à 9 milliards de dollars en cinq ans. L'entreprise de John et Patrick Collison s'y connaît en croissance fulgurante.

Sa filiale française, dirigée par Guillaume Princen, s'est intéressée aux nouvelles startups de l'Hexagone qui se préparent à un destin similaire.

Stripe a sondé 329 startups françaises créées en 2014, 2015 et 2016 et qui ont levé des fonds.

"Stripe est un point d'observation unique sur ce qui se passe dans l'innovation. Ce sont des startups très récentes, qui ont moins de trois ans, et sont donc représentatives de l'innovation en France. Il faut planter là où ça pousse", explique Guillaume Princen à Business Insider France.

Les conclusions de l'étude, réalisée avec la plateforme VB Profiles, révèlent combien l'e-commerce a changé au cours de la dernière décennie:

  • 98% des startups sondées a des clients à l'international.
  • 25% de leur chiffre d'affaires en moyenne est réalisé à l'étranger.
  • 40% du chiffre d'affaires est réalisé sur mobile.
  • 15% des startups étudiées emploient plus de 30 collaborateurs avant d'atteindre leur 3e anniversaire.
  • 15 emplois en moyenne sont créés par ces entreprises dans les trois ans suivant leur existence.
  • Pour 3 entrepreneurs sur 4, c'est leur première expérience entrepreneuriale.

C'est un univers très différent de l'ère des Amazon et autres le Bon Coin.

Alors qu'il fallait quelques millions d'euros pour lancer un mvp (minimum viable product) au début des années 2000, le coût de l'innovation s'est réduit aujourd'hui à quelques milliers d'euros, notamment grâce à des outils technologiques comme Stripe.

Les entrepreneurs ne créent plus des supermarchés numériques généralistes mais privilégient les places de marché (1 création sur 3):

"La génération précédente cherchait à vendre des produits physiques, aujourd'hui les marketplace proposent plutôt du service. L'e-commerce d'aujourd'hui n'est plus l'e-commerce d'il y a 10 ans", explique Guillaume Princen.

Facebook/Drivy

Chaque place de marché répond à une niche précise — besoin d'un cours ou d'une aide, location de biens particuliers. Ce qui rend la consolidation moins évidente.

Enfin, "la nouvelle génération génère du chiffre d'affaires dès la première transaction".

"Sur le Bon Coin, financé par la publicité, il n'y a pas de paiement des biens. Or le paiement est un signe de confiance", rappelle le DG de Stripe en France.

Découvrir plus d'articles sur :