Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Une explosion cosmique 'exceptionnelle' révèle ses premiers secrets

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Une explosion cosmique 'exceptionnelle' révèle ses premiers secrets
Les explosions cosmiques sont difficilement observables. © DESY - Science Communication Lab

Une explosion cosmique enregistrée le 29 août 2019 a commencé à livrer quelques secrets. C'est l'une des plus brillantes et des plus "proches" de la Terre — un milliard d'années-lumière, contre une vingtaine habituellement — jamais observée dans l'Univers. L'étude, publiée dans la revue Science le 4 juin, a réuni 230 scientifiques issus de 15 pays et 41 instituts différents.

Les sursauts gamma "sont les explosions les plus violentes de l'Univers et celles qui durent plus de quelques secondes sont vraisemblablement associées à l'effondrement d'une étoile massive en un trou noir", détaille Edna Ruiz Velasco, l'une des co-autrices de l'étude, dans un communiqué du CEA. La phase initiale ne dure que quelques dizaines de secondes, tandis que la phase de rémanence est plus longue — celle de l'été 2019 a pu être observée pendant trois nuits par le réseau de télescopes HESS, situé en Namibie.

À lire aussi — Un télescope révèle les premières images de la 'toile cosmique' dans l'Univers

Ce sursaut gamma, un flash lumineux composé de rayons X et gamma, a été baptisé GRB 190829A. C'est seulement le quatrième du genre à avoir été détecté depuis le sol, il a été repéré par les satellites Fermi et Swift, dans la constellation d'Eridanus. Selon le CEA, son analyse "remet en question l'origine des rayons produits lors de l'explosion". En effet, l'étude a révélé "de curieuses similitudes" entre les émissions de rayons X et gamma, contrairement à la théorie générale sur les sursauts gamma. Les rayons X et gamma ont ainsi été produits "par le même mécanisme et en même temps", avant de diminuer "de manière synchronisée".

Cette découverte "souligne la nécessité de poursuivre les études", indique Mathieu de Naurois, directeur adjoint de l'observatoire HESS, afin de mieux appréhender le phénomène des explosions cosmiques.

À lire aussi — Un radiotélescope génère une carte de plus de 25 000 trous noirs

Découvrir plus d'articles sur :