Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Une lacune dans la surveillance des fichés S a permis aux terroristes de se financer — une réponse est en préparation

Une lacune dans la surveillance des fichés S a permis aux terroristes de se financer — une réponse est en préparation
© REUTERS/Eric Gaillardl

Plusieurs islamistes, dont l'auteur de l'attentat de Nice qui avait fait 86 morts et plus de 430 blessées, ont vidé leur compte bancaire pour financer des actes terroristes, sans que les services de renseignement n'en soient alertés.

C'est ce que révèle une note réalisée en septembre 2016 par le centre d'analyse du terrorisme (CAT) que le JDD a pu consulter.

Il n'existe actuellement aucun dispositif permettant à Tracfin — cellule spécialisée dans la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme — d'être alerté si un suspect fiché S retire l'intégralité de l'argent disponible sur son compte.

Mais cette faille sera bientôt comblée, explique Jean-Charles Brisard, président du CAT, au JDD.

"Le dispositif de la loi du 3 juin 2016 (article 32) permettant à Tracfin de signaler aux établissements bancaires ou de crédit les personnes présentant un risque important de financement du terrorisme (et donc potentiellement des fichés S) n'est pas encore applicable. Un décret en Conseil d'État pour son application est prévu pour ce mois-ci."

Le CAT prône également la création d'un "registre central des prêts à la consommation accessible à Tracfin", ainsi qu'une harmonisation européenne, sans laquelle "tous ces efforts seront vains".

L'analyse des dépenses des djihadistes et leurs modes de financement a en effet montré "l'importance des outils, disponibles légalement, comme les services de transfert d'argent, les cartes bancaires et les cartes SIM prépayées, qui préservent l'anonymat des utilisateurs. Exactement comme les applications de messagerie chiffrée qui sécurisent leurs communications."

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :