Publicité

Une liste ultra-confidentielle de 1,9 million terroristes potentiels a fuité sur le web

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Une liste ultra-confidentielle de 1,9 million terroristes potentiels a fuité sur le web
Ce fichier permettait à l'administration américaine de surveiller et d'empêcher l'entrée sur leur territoires d'individus considérés comme dangereux. © Pixabay
Publicité

Durant trois semaines, tous les potentiels terroristes surveillés par le FBI ont pu consulter les informations que le gouvernement américain avaient sur eux. Le service de renseignement intérieur des États-Unis a été informé de cette fuite par un spécialiste de la cyber sécurité, Volodymyr "Bob" Diachenko, directeur des recherches sur la sécurité chez Comparitech.

Ce spécialiste ukrainien a eu accès à un serveur dont l'adresse IP était situé au Bahreïn, un État insulaire du golfe persique. Il est tombé sur un ElasticSearch – une base de données – qui contenait une liste confidentielle de 1,9 million de personnes suspectées de terrorisme par Washington.

À lire aussi — L'iPhone a un 'problème majeur avec la sécurité d'iMessage', selon un chercheur en cybersécurité

Des innocents et des informateurs menacés

Bob Diachenko a prévenu le 19 juillet dernier les renseignements américains, qui ont tardé à réagir, puisque l'accès au serveur n'a été supprimé que le 9 août, a révélé le chercheur en sécurité. Les fuites de ce type sont pourtant très rapidement consultées par les experts en cyber qui scrutent régulièrement le web à la recherche d'informations confidentielles.

Connue sous le nom de Terrorist Screening Center (TSC) du FBI, cette base de données a été créée en 2003 suite aux attaques terroristes du 11 septembre 2001. Gérée par l'administration américaine, elle contient de nombreux détails personnels sur des individus "connus ou raisonnablement soupçonnés d'être impliqués dans des activités terroristes". Dans la culture populaire, ce fichier est connu sous le nom de "US No Fly List" – comprenez les personnes interdites de vol aux États-Unis – et permet aux douanes de repérer rapidement l'entrée d'un potentiel terroriste sur le sol américain.

Dans son article sur LinkedIn, Bob Diachenko précise que certaines personnes sont soupçonnées de terrorisme "mais n'ont pas nécessairement été inculpées d'un quelconque crime. Entre de mauvaises mains, cette liste pourrait être utilisée pour opprimer, harceler ou persécuter les personnes figurant sur la liste".

Il ajoute notamment que de nombreux informateurs ont aussi aidé les renseignements américains dans leurs enquête. En échange, le gouvernement leur promettait de retirer leurs noms de cette liste. Néanmoins, l'identité et l'activité de ces individus avaient été conservées dans les dossiers du TSC et ces révélations pourraient les mettre en danger.

À lire aussi — Les 10 sites les plus utilisés par les malfaiteurs pour vous escroquer par mail

Découvrir plus d'articles sur :