Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Une médecin a testé son taux d'oxygène pour prouver qu'il n'est pas plus difficile de respirer avec un masque


Des gens traversent le pont de Brooklyn le 16 mars à New York. © AP Photo/Mark Lennihan

Les masques sont recommandés, voire obligatoires, dans les lieux publics partout en France mais aussi dans d'autres pays comme les États-Unis pour protéger ceux qui les portent d'attraper ou de propager le nouveau coronavirus. C'est parce qu'ils fonctionnent. Une étude récente menée au Royaume-Uni, par exemple, a montré que le port obligatoire du masque pouvait suffire à contenir une épidémie sans qu'il soit nécessaire de confiner les lieux. Des études de cas ont également illustré leur efficacité, comme ces deux coiffeurs atteints du Covid-19 (et masqués) qui ont continué à travailler sans contaminer leurs 140 clients masqués.

Mais certaines personnes, notamment aux Etats-Unis, font de la résistance, affirmant qu'elles sont incapables de respirer lorsqu'elles portent un masque ou pointant du doigt les affirmations scientifiques selon lesquelles les bandes de tissu limitent l'apport en oxygène de ceux qui les portent. Une médecin a entrepris de leur prouver qu'ils avaient tort. Lors d'une expérience qu'elle a documentée sur Facebook, Megan Hall a porté quatre masques différents, chacun pendant cinq minutes, tout en testant sa saturation en oxygène et son rythme cardiaque.

Elle n'a constaté aucun changement significatif pour l'une ou l'autre de ces mesures lorsqu'elle a comparé le fait de ne pas porter de masque à celui de porter différents types de masques.

"Bien que cela puisse être gênant pour certains, vous pouvez toujours respirer", a-t-elle écrit. "En tant que médecin, je vous exhorte et vous demande de bien vouloir porter un masque pour vous protéger et protéger ceux qui ne peuvent pas porter un masque en toute sécurité (comme beaucoup de mes patients parce qu'ils ont moins de 2 ans)".

D'autres 'anti-masques' ont affirmé qu'ils ne pouvaient pas porter de masque en raison de leur état de santé, mais les médecins ne les croient pas

D'autres personnes ont dit être "exemptées" des règles exigeant le port du masque dans les lieux publics parce qu'elles auraient une condition médicale qui rendrait le port du masque risqué, selon le Dr Alan Hawxby, un chirurgien transplantateur du Centre médical de l'Université d'Oklahoma, qui a publié un message sur Twitter à propos de ce phénomène.

Ces personnes affirment qu'elles ne sont pas tenues de divulguer la nature de cette condition médicale en raison des lois américaines sur la protection de la vie privée comme la loi HIPAA (Health Insurance Portability and Accountability Act), qui restreint la divulgation d'informations médicales, similaire à la loi sur le secret médical en France.

Twitter/@AlanHawxbyMD

Salut le #twittermédical, voici une carte que j'ai vu circuler chez les #AntiMasques. Quels sont exactement les "risques de santé" qui pourraient être causés par le port du masque ?

Certains disent à tort que la loi américaine sur le handicap (Americans with Disabilities Act) les protège de révéler quelle est cette "condition médicale" qui les exempterait de porter un masque.

Twitter/@stevenspohn

En tant que personne atteinte d'un lourd handicap, cela me dégoûte de voir que certains se servent de la loi sur le handicap de 1990 pour se justifier d'éviter un léger inconfort. Ces cartes pleines de fautes d'orthographe et ceux qui les portent utilisent les personnes handicapées comme bouclier pour nuire aux autres.

S'il est vrai que le port d'un masque peut être inconfortable, les médecins affirment que les conditions médicales n'excusent pas les gens d'en mettre— ils soulignent l'importance de le porter correctement.

Pour les personnes souffrant d'asthme ou de maladie pulmonaire obstructive chronique, l'organisation de lutte contre l'arthrite CreakyJoints recommande de rester chez soi autant que possible et de choisir les moments où il fait le moins chaud, le moins humide et le moins pollué pour sortir. L'organisation recommande également de choisir un masque confortable, comme un masque en tissu respirant qui évacue l'humidité, et de s'entraîner à le porter.

Le bon ajustement du masque est également essentiel pour le personnel de santé, tant pour leur sécurité que pour le confort, a déclaré à Business Insider US Christopher Friese, professeur d'infirmerie à l'université du Michigan, qui faisait partie d'un panel de l'Académie nationale de médecine sur la protection respiratoire.

Il a déclaré que les professionnels de santé et les premiers secours devraient passer un "test d'ajustement" pour s'assurer qu'ils portent un masque étanche et approprié pour leur visage et qu'ils devraient être dépistés pour des affections telles que l'asthme, les allergies et la claustrophobie qui pourraient rendre le port de certains types de masque problématique.

"Au milieu de cette pandémie, je crains que de nombreux établissements de santé renoncent à faire passer le test d'ajustement et le dépistage initial des contre-indications, ce qui met en danger les travailleurs de santé et les premiers secours", a-t-il déclaré.

Version originale : Anna Medaris Miller/Business Insider.

Découvrir plus d'articles sur :