La face cachée de la Lune dissimule un secret colossal sous sa surface criblée de trous. Personne ne sait vraiment ce que c'est, les chercheurs parlent d'"un large excès de masse". Cet élément se cache à des dizaines de kilomètres sous un cratère d'impact de 2 490 km de large appelé bassin Aitken, situé au pôle Sud de la Lune, que nous ne pouvons pas voir depuis la Terre. Cette mystérieuse bosse pourrait être composée d'un morceau de coeur d'un astéroïde métallique géant ou encore d'un océan de magma rouge qui aurait lentement gelé sur place.

"Imaginez un amas de métal cinq fois plus grand que la grande île d’Hawaii mise sous terre", a déclaré dans un communiqué Peter B. James, un géoscientifique de l'université de Baylor (États-Unis). "C'est à peu près l'équivalent de la masse que nous avons détectée". Peter James fait partie de la poignée de scientifiques américains ayant annoncé leur découverte dans une étude publiée dans le journal Geophysical Research Letters. La force gravitationnelle de cet objet non identifié est si grande qu'il entraine avec lui le sol du bassin sur plus d'un kilomètre, ajouté Peter James.

A lire aussi — 19 faits incroyables sur la Lune

Un énorme secret sous le plus ancien et le plus vaste cratère préservé du système solaire
Une mystérieuse bosse a été découverte sur la face cachée de la Lune

Rover lunaire pour la mission lunaire chinoise Chang'e-4.China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC)

On pense que le bassin Aitken est la conséquence d'une collision terrible qui s'est produite il y a environ 500 millions d'années après la formation de la Lune. Il s'agirait du cratère intact le plus grand et le plus ancien de tout corps planétaire du système solaire. Ce qui a formé le bassin il y a près de 4 milliards d'années reste un mystère, mais le souffle était si puissant qu'il a probablement traversé la croûte de la Lune et projeté une partie du manteau lunaire - une couche géologique plus profonde - à la surface.

Pour ces raisons, les géologues veulent explorer le bassin afin de recueillir des indices sur la formation et la composition de la Lune. La Chine y a récemment débarqué sa mission Chang'e 4 (plus précisément dans un cratère de 5 km de large appelé Von Kármán) pour étudier une partie du bassin.

A lire aussi — Voici pourquoi la Lune attire tant les Chinois, les Russes mais aussi Audi et Red Bull

Peter James et ses collègues ont découvert l'anomalie sous le bassin en fusionnant les données de deux missions de la NASA sur la Lune. L'une des deux est menée par la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter, qui continue à photographier en permanence la surface lunaire et a permis de réaliser des cartes d’altitude de surface haute définition.

L'autre mission était le Gravity Recovery and Interior Laboratory (GRAIL), qui impliquait deux engins spatiaux - GRAIL A et GRAIL B - travaillant en tandem pour détecter les variations de l'intensité du champ gravitationnel de la Lune. Des variations plus importantes ont permis de révéler des informations sur le noyau de la Lune, et d'autres plus subtiles ont révélé des gisements de minéraux invisibles, des sites d'impact d'astéroïdes et des caractéristiques souterraines.

"Lorsque nous avons combiné ces données avec les données de topographie lunaire de la Lunar Reconnaissance Orbiter, nous avons découvert une masse inattendue considérable, à des centaines de kilomètres sous le bassin South Pole-Aitken", a déclaré James. "L'une des explications de cette masse supplémentaire est que le métal de l'astéroïde qui a formé ce cratère est toujours incrusté dans le manteau de la Lune."

Une autre théorie explique qu’à la suite de l'impact qui a formé le bassin, un vaste océan de magma riche en métal s’est accumulé à l’intérieur de la croûte lunaire et s’est solidifié pour former une plaque dense.

Version originale : Business Insider / Dave Mosher

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 9 fois où des vieux films de science-fiction ont prédit le futur