Publicité

Une nouvelle pluie d'étoiles filantes a été repérée dans le ciel

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Une nouvelle pluie d'étoiles filantes a été repérée dans le ciel
© Jeremy Thomas/Unsplash
Publicité

C'est un événement "d'une rareté exceptionnelle", indique l'Observatoire de Paris : une nouvelle pluie de météores a été repérée dans le ciel chilien le 7 octobre. Elle a été baptisée "Arides", en référence à son origine, la comète 15P/Finley, qui est située dans la constellation de l'autel ("Ara" en latin) — "Arides" signifiant "issue d'Ara". La campagne d'observation a permis de détecter 35 météores en provenance de la constellation de l'autel, "la plupart étaient de faible luminosité et quelques-unes bien brillantes", expose l'Observatoire de Paris.

Cette pluie de météore est en fait la conséquence du "dégazage" de la comète 15P/Finley. Elle passe régulièrement vers le Soleil et c'est lorsqu'elle atteint le périhélie, le point de l'orbite le plus proche du Soleil, que s'opère ce dégazage. Des grains cométaires sont alors éjectés dans le Système solaire. Ces grains sont appelés "météoroïdes" et se dispersent en essaims, qui se déforment et se déploient au gré des ondes gravitationnelles. Si ces événements ont déjà eu lieu plusieurs fois, c'est la première fois que les essaims se retrouvent sur l'orbite terrestre.

À lire aussi — On pourra revoir en 2037 l'explosion d'une étoile repérée en 2016

Découverte pour la première fois en 1886, la comète a engendré des essaims particulièrement importants en 2014. Et Jupiter a par ailleurs "perturbé" l'orbite de la comète, provoquant ainsi le déplacement des essaims. Lorsque les météoroïdes ont pénétré dans l'atmosphère terrestre, chacun d'eux a créé un météore — aussi appelé étoile filante. La pluie détectée le 7 octobre dernier est le résultat de ce processus.

L'observation a pu être menée grâce à deux valises conçues par l'Observatoire de Paris, qui contiennent notamment plusieurs caméras, déployées sur deux sites distants de 50 km au Chili, afin de trianguler les trajectoires 3D et les orbites de ces météores. Plutôt visibles dans l'hémisphère sud, les Arides ont par ailleurs été détectés sur d'autres réseaux à travers le monde, en Nouvelle-Zélande, au Japon, au Canada ou encore en Slovaquie.

À lire aussi — 8 applications pour observer le ciel

Découvrir plus d'articles sur :