Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Une salle des ventes en Lorraine se lance dans les enchères d'œuvres numériques NFT

  • art
  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Une salle des ventes en Lorraine se lance dans les enchères d'œuvres numériques NFT
Une salle des ventes en Lorraine lance des enchères d'œuvres numériques NFT. © ty Images/picture alliance

Tout le monde semble s'y mettre. Après les vénérables Christie's et Sotheby's, une modeste salle des ventes de Lorraine a lancé dimanche 16 mai en France des enchères d'œuvres numériques "NFT", du nom de la nouvelle technologie d'authentification en vogue associée à un objet virtuel. "A priori, on serait les premiers en France mais on ne l'a pas fait pour être les premiers", explique à l'AFP Régis Cappelaere, l'un des dirigeants de l'étude Cappelaere & Prunaux à Bar-le-Duc. "Ce qui est important, c'est le fait qu'on puisse vendre des œuvres virtuelles, c'est la première fois qu'on fait ça, on y travaille depuis le mois d'août", poursuit-il, se disant "motivé" par ses collaborateurs plus jeunes.

Cette vente est une sorte de "test" : "On a vu les scores chez les Anglo-saxons, est-ce que la France va suivre? Je ne sais pas", indique Régis Cappelaere, en référence notamment au record de 69,3 millions de dollars atteint en mars par "Everydays : The First 5 000 days" de l'artiste numérique Beeple chez Christie's. Les NFT désignent les jetons non fongibles, ou "non-fungible tokens", des certificats d'authenticité réputés inviolables, qui permettent à l'acheteur d'un objet numérique (dessin, animation, vidéo, photo, musique) d'être certain d'en être le propriétaire.

À lire aussi — Deux employés de Coinbase se sont mariés en échangeant des NFT

Le marché de ces œuvres numériques qui bousculent le marché de l'art génère quotidiennement plus de 10 millions de dollars de transactions sur des plateformes numériques comme Nifty Gateway ou OpenSea. D'une interprétation digitale de Goldorak au "Phonautograph", NFT du premier enregistrement de voix humaine ("Au clair de la lune", en 1860), les estimations des 31 lots mis en vente dimanche par Cappelaere & Prunaux sont loin des records.

Une bobine de fil de nickel d'une valeur de 1,7 M€

La plupart de ces œuvres émanent d'un collectif appelé New French Touch, qui se présente comme une équipe "d’artistes, de spécialistes de la block Chain, de traders, de galeristes, et de financiers, ayant tous acté l'intérêt de faire naître un art digital qui soit un pont et non une rupture avec le marché de l’art physique".

Comme "Nickel Wire Spool", qui représente une bobine de fil de nickel, estimé entre 300 000 et 400 000 euros. "Une fois le NFT acheté en salle des ventes, nous remettrons à l’acheteur la vraie bobine de fil de nickel, d’une valeur de 1 700 000 euros", précise le site de la vente, qui sera retransmise sur Drouot Live.

Mais Régis Cappelaere, prêt à "essuyer les plâtres", y voit une opportunité pour des salles comme la sienne installées en province, encore plus en ces temps de pandémie. "On ne peut plus toucher les objets sans les désinfecter systématiquement. Avec le confinement, on s'est posé beaucoup de questions sur l'avenir des salles des ventes et on a vu l'intérêt, grâce au net, d'une nouvelle clientèle, plus jeune, qui enchérissait dans les salles des ventes mais par internet", explique-t-il. "C'est aussi une continuité du mouvement artistique de vendre des œuvres qui ne sont que virtuelles", ajoute-t-il.

À lire aussi — Un lot de personnages numériques labélisés 'NFT' a été vendu 16,9 M$

Découvrir plus d'articles sur :