Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Une sonde de la NASA va revenir sur Terre avec un échantillon de poussière spatiale

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Une sonde de la NASA va revenir sur Terre avec un échantillon de poussière spatiale
Vue d'artiste de la collecte d'échantillons sur la surface de Bennu. © NASA's Goddard Space Flight Center

Un vaisseau spatial transportant environ 60 grammes de poussière provenant de la surface d'un astéroïde est sur le chemin du retour vers la Terre. La sonde spatiale, baptisée OSIRIS-REx, a lancé ses propulseurs pendant 7 minutes lundi 10 mai pour quitter l'astéroïde Bennu, a indiqué la NASA dans un communiqué.

Avant son décollage, la sonde a recueilli 60 grammes de poussière spatiale riche en carbone, a précisé la NASA. Il s'agit du plus grand échantillon collecté depuis les missions habitées Apollo sur la Lune, rapporte la BBC.

À lire aussi — L'astéroïde sur lequel la NASA vient d'atterrir serait creux, avec un grand 'vide' en son centre

Une vidéo du Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland, aux États-Unis, montre les prochaines étapes pour la sonde spatiale :

Si tout se passe comme prévu, le vaisseau spatial devrait faire deux fois le tour du soleil avant de s'approcher de la Terre.

OSIRIS-REx tournera deux fois autour du Soleil avant de se rapprocher de la Terre. NASA Goddard/YouTube

Une fois qu'il sera à moins de 10 000 km de la Terre, une capsule transportant les échantillons devrait être libérée. La NASA prévoit que l'échantillon atterrira dans le désert de l'Utah le 24 septembre 2023.

OSIRIS-REx a été lancée il y a presque cinq ans. Il s'agit de la première mission envoyée par la NASA pour collecter des échantillons d'un astéroïde, rapporte CNN. Son objectif principal était de confirmer si les mesures effectuées depuis la Terre étaient exactes, explique la NASA dans un communiqué. De telles informations pourraient constituer un tremplin pour de futures missions spatiales dans l'espace plus lointain.

OSIRIS-REx s'est d'abord approché de Bennu en 2018. Avant de collecter les échantillons, il a fait le tour de l'astéroïde, recueillant des informations et planifiant l'endroit où se poser.

La sonde de 6 mètres de long et 2,4 mètres de large transporte également des outils, tels que des spectromètres et une caméra, qui ont pris des mesures de la surface de l'astéroïde.

Une image de Bennu prise par OSIRIS-REx le 2 décembre 2018.  NASA/Goddard/University of Arizona

Ces mesures ont déjà confirmé les prédictions de la NASA selon lesquelles le sol riche en carbone de l'astéroïde contenait des molécules d'oxygène et d'hydrogène. Cela suggère que Bennu a pu entrer en contact avec de l'eau à un moment donné. Les scientifiques ont été surpris de constater, lorsque la sonde s'est rapprochée, que la surface de l'astéroïde n'était pas lisse, comme ils l'avaient prédit, mais plutôt parsemée de blocs rocheux. Cela a rendu la descente sur l'astéroïde plus délicate.

La sonde s'est finalement posée sur Bennu le 20 octobre 2020. Le bras de collecte a expulsé de l'azote, qui a perturbé la surface de l'astéroïde pour amener l'échantillon dans la chambre de collecte, comme l'a raconté Morgan McFall-Johnsen à Insider.

Ce schéma montre comment le bras de collecte a injecté de l'azote à la surface de l'astéroïde pour recueillir des échantillons de sol. NASA Goddard/YouTube

Les caméras embarquées ont montré comment il a aspiré la poussière de la surface de l'astéroïde pour la stocker dans un conteneur.

Version originale : Marianne Guenot/Insider

À lire aussi — Les poussières d'astéroïdes prélevées par la sonde japonaise pourraient nous éclairer sur la naissance de l'univers

Découvrir plus d'articles sur :