Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Une stagiaire de SpaceX déclare être victime de représailles après avoir signalé un cas de harcèlement

Une stagiaire de SpaceX déclare être victime de représailles après avoir signalé un cas de harcèlement
Une maquette du Crew Dragon exposée lors d'une visite médiatique du siège social et de l'usine de fusées SpaceX, le 13 août 2018 à Hawthorne, en Californie. © Robyn Beck/AFP via Getty Images

Une ancienne stagiaire de SpaceX a accusé l'entreprise d'avoir exercé des représailles contre elle pour avoir dénoncé les commentaires inappropriés d'un directeur. Une alerte qui lui a finalement coûté la possibilité d'un emploi à plein temps dans l'entreprise. Dans un procès intenté le 21 août 2020, Julia Crowley Farenga affirme que son responsable du département de propulsion de SpaceX évoquait régulièrement des sujets non liés au travail. Comme le fait de penser que leur réunion serait meilleure dans le monde magique d'Harry Potter et de commenter ses interactions avec d'autres collègues masculins.

"Je pourrais passer le reste de ma vie à essayer de vous comprendre", a déclaré le directeur, qui semble ne plus être affilié à SpaceX, selon la plainte. Elle a déclaré avoir dit aux RH qu'elle était "très mal à l'aise avec le fait que son manager fasse un tel commentaire sans aucune indication de sa part qu'il pouvait y être invité". Ni SpaceX ni les managers cités dans la plainte n'ont répondu à la demande de commentaire de Business Insider US. SpaceX n'a pas encore répondu à la plainte devant le tribunal.

Finalement, Julia Crowley Farenga a déclaré avoir rencontré le vice-président de la propulsion de SpaceX, Will Heltsley. Selon la plainte, il a reconnu qu'il y avait "un comportement problématique" et qu'il allait parler au stagiaire masculin [du directeur] pour savoir si "cela se produit parce qu'Erik est Erik ou parce que vous êtes vous".

C'est alors que les choses ont empiré, selon le procès-verbal. Après cinq excellents examens de performance, le document affirme que le sixième examen de performance de la stagiaire après trois étés au sein de l'entreprise a été négatif, malgré les demandes fréquentes d'évaluation de performance et le fait qu'on lui ait dit "qu'elle se débrouille bien". Lorsqu'elle a postulé pour un poste à plein temps, on lui a dit que le poste était attribué à quelqu'un ayant plus d'expérience. Cependant, "elle a appris par la suite que Will Heltsley l'avait empêchée d'être engagée", selon les allégations de la plainte.

Elle demande maintenant un procès devant un jury en vue d'obtenir des dommages-intérêts pour couvrir "les blessures émotionnelles, y compris la nervosité, l'humiliation, la dépression, l'angoisse, la gêne, la peur, le choc, la douleur, l'inconfort, la fatigue et l'anxiété" résultant de son expérience chez SpaceX.

Lisez l'intégralité de la plainte ci-dessous :

Version originale : Graham Rapier / Business Insider US.

A lire aussi —Ubisoft : nouveau départ d'un dirigeant accusé de harcèlement sexuel

Découvrir plus d'articles sur :