Publicité

Une startup capable de 'traduire' les cris des bébés veut détecter l'autisme précoce chez les nouveau-nés

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Une startup capable de 'traduire' les cris des bébés veut détecter l'autisme précoce chez les nouveau-nés
Ana Laguna cherchait un moyen de comprendre ce que son enfant tentait de lui dire, elle a donc décidé de fonder Zoundream. © Jade Brookbank/Getty Images
Publicité

Nous savons tous que les enfants ne viennent pas au monde avec un guide "La vie pour les nuls". Au cours des premiers mois de la vie d'un nouveau-né, il est souvent difficile pour les parents non seulement de répondre aux besoins de leur bébé, mais aussi de savoir quels sont ces besoins.

Quel que soit le désir d'un nouveau parent de calmer les pleurs désespérés et incessants de son bébé, il peut être difficile de savoir ce qu'il veut. Beaucoup se résignent à l'une de leurs premières leçons de parents : ils ne comprendront pas toujours leurs enfants.

À l'ère de l'Internet des objets, des smartphones et des tablettes, cependant, certains utilisent la technologie pour explorer des moyens modernes de contourner des problèmes séculaires. Ana Laguna, une scientifique espagnole de 33 ans et experte en gestion des données, a donné naissance à son premier enfant en 2016.

À lire aussi — Un bébé né d'une mère partiellement vaccinée aurait développé des anticorps contre le Covid-19

Zoundream s’est construite sur une idée : la façon dont les nouveau-nés expriment leurs besoins est universelle. Shutterstock

Après quelques heures de pleurs, elle a eu une idée : il devait y avoir un moyen de traduire les cris d'un nouveau-né. L'idée semblait si évidente qu'elle a supposé qu'il devait déjà y avoir une entreprise qui avait réussi à développer une sorte de dispositif ou d'application, mais la seule chose qu'elle a pu trouver était une application coréenne qui fonctionnait à moitié.

Prise au dépourvu par ce qui semblait être un oubli technologique, son intuition s'est rapidement transformée en projet : elle a enregistré les pleurs de son propre bébé pour y rechercher des modèles.

Détecter les signes de développement atypique

"Beaucoup de projets naissent par erreur ou par nécessité. Le mien fait partie de ces derniers", a déclaré Ana Laguna à Insider. Au fil des ans, son projet s'est transformé en une entreprise à part entière, Zoundream. Cette société est spécialisée dans le développement de logiciels permettant de traduire les pleurs des nouveau-nés, en particulier de ceux âgés de moins de six mois.

Après avoir levé un peu moins d'un million de dollars (environ 840 000 euros) lors de son premier tour de table en octobre 2020, Zoundream souhaite désormais que ses études permettent de détecter précocement les développements atypiques des nouveau-nés.

Le développement de Zoundream a connu plusieurs étapes pour arriver là où il en est actuellement.

À lire aussi — Un bébé atteint de Covid-19 avait 51 000 fois plus de particules virales que les autres jeunes patients, et les experts ignorent pourquoi

L'entreprise est spécialisée dans le développement de logiciels pouvant traduire les pleurs des nouveaux-nés, en particulier de ceux âgés de moins de six mois. Shutterstock

La première préoccupation majeure d'Ana Laguna était de savoir si les bébés de différents pays pleurent différemment. Si, par exemple, le cri d'un bébé allemand était différent de celui d'un bébé espagnol, cela aurait considérablement réduit l'audience potentielle du logiciel — ainsi que la viabilité de l'ensemble du projet.

Après de nombreuses heures de collecte d'informations à travers des publications scientifiques sur le sujet et l'analyse d'échantillons sonores, Zoundream est parvenu à une conclusion : bien qu'il existe des différences notables dans la prosodie du cri, le contenu est toujours le même dans toutes les langues.

En d'autres termes, même si les bébés allemands et espagnols ont des sons différents, ils essaient essentiellement de dire la même chose. Il ne restait plus qu'à lancer l'entreprise, et c'est là qu'intervient Roberto Iannone, l'actuel PDG de la société.

Cinq significations

À des centaines de kilomètres d'Ana Laguna, presque en même temps qu'elle, Roberto Iannone, un entrepreneur, avait déjà eu une idée similaire. Ainsi, lorsqu'un collègue lui a parlé de Laguna et de ses études sur les pleurs des nouveau-nés, qui commençaient déjà à faire parler d'elles dans la presse, il a su ce qu'il avait à faire.

Zoundream est né d'une seule idée : s'il existe plus de 7 000 langues dans le monde, la façon dont les nouveau-nés expriment leurs besoins est universelle. La société traduit désormais les cris des bébés en cinq types : faim, sommeil, douleur, gaz et attachement, c'est-à-dire le désir d'être tenu dans les bras.

À lire aussi — Les troubles digestifs pourraient être un symptôme précoce du Covid-19 chez les enfants, selon cette étude

La société traduit désormais les cris des bébés en cinq types : faim, sommeil, douleur, gaz et attachement. Shutterstock

Cette méthode de classification donne de meilleurs résultats chez les nourrissons jusqu'à l'âge de trois mois, lorsque les pleurs sont plus authentiques. Selon Ana Laguna, à partir de cet âge, les synapses du cerveau du bébé deviennent plus complexes et il commence à pouvoir apprendre à toute vitesse.

Par conséquent, les bébés commencent à utiliser certaines stratégies pour obtenir ce qu'ils veulent. En d'autres termes, les êtres humains apprennent à mentir avant d'apprendre à parler. Après la naissance de son deuxième enfant, Ana Laguna a décidé qu'elle ne voulait pas seulement enregistrer les pleurs de son propre enfant, mais aussi que d'autres parents puissent contribuer au projet.

Partenariats

Un nouveau-né pleure en moyenne deux à trois heures par jour. Au fil du temps, Zoundream a réussi à collecter des milliers et des milliers d'heures de pleurs en provenance d'Europe, d'Asie et de tout le continent américain, avant de les analyser à l'aide de spectrogrammes. Cela signifie que Zoundream travaille déjà à affiner les traductions grâce à des appareils qui ne sont encore que des prototypes.

La startup noue des partenariats avec des entreprises qui, dans les années à venir, permettront d'intégrer cette technologie dans des landaus, des bracelets, voire des caméras de surveillance. La seule condition est que le système soit automatique.

À lire aussi — Pourquoi les enfants qui regardent un écran le matin pourraient avoir trois fois plus de risques d'avoir des troubles du langage

Zoundream veut s'orienter vers la détection des développements atypiques à travers la manière dont les bébés pleurent. Zahraa Saleh/Shutterstock

"Lorsqu'un enfant pleure, ses parents vont aller s'occuper de lui et oublier complètement le téléphone portable et tout le reste", explique la scientifique. En plus de l'audio, l'entreprise a commencé à recevoir des commentaires.

"Je me souviens, par exemple, d'une mère qui disait que son fils n'arrêtait pas de pleurer. Les enregistrements nous ont dit qu'il avait faim", raconte Ana Laguna. "Cela n'avait aucun sens pour elle, car elle continuait à l'allaiter. Finalement, elle nous a dit que nous avions raison, que le médecin avait détecté un problème au niveau de son frein lingual et qu'il ne se nourrissait pas bien."

Des cas comme ceux-ci ont inspiré l'équipe de Zoundream à essayer de faire le saut suivant et de détecter les développements atypiques à travers la façon dont les bébés pleurent. Certains cas, affirme-t-elle, sont évidents : "Le cri d'un enfant du spectre autistique est très caractéristique, très rauque. Vous pouvez le voir très clairement sur le spectrogramme".

En procédant ainsi, l'entreprise espère contribuer à améliorer les possibilités de diagnostic précoce, ce qui peut grandement améliorer la qualité de vie. "Dans les cas de diagnostic précoce, dit-elle, l'autisme est détecté vers l'âge de deux ans. Imaginez l'amélioration si cela pouvait se faire avant l'âge de six mois."

Version originale : David Vázquez, Qayyah Moynihan/Business Insider España

À lire aussi — Pourquoi le variant Delta pourrait davantage toucher les enfants

Découvrir plus d'articles sur :