Publicité

Une survivante du cancer a été porteuse du coronavirus pendant presque un an

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Photo d'illustration. Une femme reçoit une injection de rappel du vaccin contre le Covid-19 à Miami. © AP Photo/Lynne Sladky
Publicité

Une survivante du cancer s'est révélée être porteuse du coronavirus pendant au moins 335 jours. Elle est ainsi le plus long cas de Covid-19 jamais documenté à ce jour, selon une nouvelle étude. Les résultats ont été publiés dans une prépublication sur Medrxiv au début du mois d'octobre. Ils n'ont pas fait l'objet d'un examen par les pairs. La patiente, une femme de 47 ans qui n'a pas été nommée, a été hospitalisée pour la première fois avec le Covid-19 sur le campus des National Institutes of Health à Bethesda, aux États-Unis, au printemps 2020, rapporte Science News.

Dix mois plus tard, alors qu'elle ne présentait que peu ou pas de symptômes du coronavirus, ses médecins ont découvert qu'elle était toujours dépistée positive au virus, selon l'étude. La patiente était immunodéprimée depuis qu'un traitement réussi contre le cancer du sang, trois ans auparavant, l'avait laissée avec un faible taux de cellules B, qui produisent des anticorps, indique l'étude.

À lire aussi — La vaccination contre le Covid-19 réduit drastiquement les risques selon une étude portant sur 22 millions de Français

Elle a continué à être testée positive au coronavirus, ce que ses médecins ont interprété comme étant de faux positifs. Ils détectaient alors des fragments inoffensifs du virus laissés après la disparition de l'infection, selon l'étude.

Lorsque la charge virale de la patiente a de nouveau augmenté en mars dernier, les médecins ont séquencé son génome. Ils ont constaté qu'il était très similaire au coronavirus dont elle était porteuse dix mois plus tôt et qu'il ne ressemblait à aucune souche circulant dans la population générale à l'époque, indique l'étude.

La patiente a reçu un traitement et a fini par guérir de l'infection en avril, 335 jours après avoir été testée pour la première fois, selon l'étude. Elle a depuis été testée négativement à plusieurs reprises pour le Covid-19, rapporte Science News.

Des études comme celle-ci fournissent des informations sur l'infection au Covid-19 pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Les personnes immunodéprimées sont moins susceptibles d'avoir une forte réponse au Covid-19 avec deux doses de vaccin, ce qui les rend plus vulnérables à l'infection. En France, ces personnes ont déjà reçu une troisième dose de vaccin et pourraient être amenées à en recevoir une quatrième.

Ces types d'études aident également les scientifiques à comprendre comment le virus évolue. Par exemple, une étude sur une femme séropositive qui a porté le coronavirus pendant 216 jours a révélé que celui-ci avait muté au moins 30 fois.

Version originale : Marianne Guenot/Insider

À lire aussi — La Chine va tester des milliers d'échantillons de sang pour découvrir l'origine du Covid-19

Découvrir plus d'articles sur :