Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

'Un retrait ordonné': l’UE vient de publier son plan pour négocier le Brexit

'Un retrait ordonné': l’UE vient de publier son plan pour négocier le Brexit
© REUTERS/Eric Vidal

L'Union européenne a publié ce mercredi 3 mai 2017 ses recommendations officielles en prévision de l'ouverture des négociations du Brexit avec le Royaume-Uni, présentant ses objectifs pour les deux années de discussions à venir.

"L'objectif principal de l'accord est d'assurer un retrait ordonné du Royaume-Uni de l'Union européenne et de la Communauté européenne de l'énergie atomique", indique un communiqué de la commission européenne.

L'UE envisage des négociations en deux étapes, selon le document de la Commission européenne, et les recommendations publiées ce mercredi concernent uniquement la première phase des négociations pendant laquelle l'UE espère atteindre deux objectifs.

Les voici:

  • "Apporter le plus de clarté et de garantie légale possible aux citoyens, entreprises, investisseurs et partenaires internationaux sur les conséquences immédiates du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne."
  • "Fixer les conditions de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et de tous les droits et obligations qu'elle a pris en tant que membre de l'Union."

Lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion de la publication de cette feuille de route, le chef des négociateurs européens pour le Brexit Michel Barnier a affirmé que l'Union européenne s'attend à ce que les négociations soient difficiles, en déclarant: "certains ont voulu faire croire que le Brexit n'aurait pas de conséquences matérielles sur notre vie et que les négociations pourraient être bouclées rapidement et sans douleur."

"Ce n'est pas le cas. Nous avons besoin de trouver des solutions sensées, des précisions légales et cela prendra du temps."

Dans son rapport, l'UE a officiellement exposé ses positions concernant une série de problèmes, notamment pour garantir les droits des citoyens européens au sein du Royaume-Uni et vice-versa. Ceci constituera une priorité pour l'UE lors des négociations.

"La préservation du statut et des droits de citoyens — ceux de l'UE des 27 installés au Royaume-Uni et des ressortissants britanniques installés dans l'UE des 27 — et de leurs familles constitue la première priorité de ces négociations, en raison du nombre de personnes directement concernées et de la gravité des conséquences du Brexit pour eux", peut-on lire dans la feuille de route.

Le document publié ce mercredi a également confirmé que l'UE s'attend à ce que le Royaume-Uni paye une facture conséquente en contrepartie de sa sortie du l'UE.

Le montant que le Royaume-Uni devra verser à l'UE sera basé sur les engagements du Royaume-Uni au budget de l'UE, sur les coûts associés à la sortie des institutions ou organismes européens, et sur sa sortie des "fonds et établissements spécifiquement reliés aux politiques de l'Union (par exemple, le fonds de développement européen et l'établissement pour les réfugiés en Turquie)."

Michel Barnier a dit lors de la conférence de presse qu'il ne s'agissait pas d'une "facture" et ne savait pas quel en serait le montant exact. Il a par ailleurs ajouté "qu'il ne s'agit pas d'une punition, ni d'un quelconque impôt de sortie, mais que les comptes entre le Royaume-Uni et l'UE doivent simplement être apurés."

Divers estimations ont été données: le Financial Times a notamment avancé que Londres pourrait devoir s'acquitter d'une facture pouvant atteindre jusqu'à 100 milliards d'euros.

Si une quelconque discorde devait avoir lieu pendant les négociations, Michel Barnier a affirmé que la cour de justice européenne tranchera en dernier lieu.

Version originale: Will Martin/Business Insider UK