REUTERS/Issei Kato

Le géant japonais du textile, Uniqlo, investit près de 100 milliards de yens, soit 770 millions d'euros, dans des centres de distribution presque entièrement automatisés pour doper ses ventes en ligne et rattraper son retard face à Amazon, rapportent Les Echos.

Les ventes en ligne de Fast Retailing, le groupe derrière Uniqlo, ne représentent aujourd'hui que 5% et son fondateur et patron Tadashi Yanai souhaite qu'elles montent "à plus de 30% à terme".

Dans le nouveau grand centre logistique d'Uniqlo à Ariake, dans la banlieue de Tokyo (Japon), l'automatisation des processus a, au passage, provoqué la réduction des effectifs humains de 90%, a souligné Tayuka Jimbo, l'un des vice-présidents du groupe.

En pratique, le travail des humains est désormais effectué par des longs convoyeurs, équipés de robots industriels, qui ressemblent à ceux utilisés sur les lignes d'assemblage automobile.

Le site Siècle Digital, qui cite Japan News, rapporte que "le système robotique est conçu pour transférer les produits livrés à l'entrepôt par camion, lire les étiquettes électroniques attachées aux produits et confirmer leurs numéros de stock et d'autres informations. Lors de l'expédition, le système enveloppe les produits placés sur un tapis roulant dans du carton et y attache des étiquettes. Selon l'entreprise, seule une petite partie du travail à l'entrepôt doit être effectuée par les employés."

Selon un rapport de McKinsey, l'automatisation pourrait mettre au chômage 800 millions de personnes d'ici 2030, et les ouvriers de l'industrie seraient les premiers concernés. 

Uniqlo compte déployer ce nouveau système de distribution presque entièrement automatisé — sur lequel le groupe a travaillé pendant un an et demi — partout dans le monde, pour réduire les coûts et gagner en productivité.

La société de textile japonais a affirmé que le temps écoulé entre le passage d'une commande sur smartphone et la remise du colis à la société de livraison sur les docks de départ de l'entrepôt est passé d'entre 8 à 16 heures, à 15-60 minutes. 

Fast Retailing, qui cherche à devenir le numéro un mondial de l'habillement devant l'Espagnol Inditex et le géant suédois H&M, a fait état d'un bénéfice d'exploitation record, en hausse de 34%, à 236,2 milliards de yens, soit 1,82 milliard d'euros, pour son exercice clos en août dernier. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les 11 secteurs les plus menacés par l'intelligence artificielle

VIDEO: Les paresseux existent depuis 64 millions d'années — voici comment ils utilisent leur lenteur à leur avantage