Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le candidat malheureux à la tête d'Air France dit qu'AccorHotels veut 'piller' les données commerciales de la compagnie

Le candidat malheureux à la tête d'Air France dit qu'AccorHotels veut 'piller' les données commerciales de la compagnie
© Youtube/Box Office Clips

Il avait été choisi par le comité de nomination d'Air France-KLM pour succéder à Jean-Marc Janaillac à la tête du groupe, mais face au tir de barrage qui avait suivi, Philippe Capron a été forcé de renoncer à sa candidature.

Dans un courrier adressé à Anne-Marie Couderc, présidente par intérim, et révélé vendredi par le Financial Times, Philippe Capron raconte sa version de l'histoire et accuse AccorHotels —sans jamais nommer le groupe hôtelier — de tirer les ficelles et de vouloir piller les données commerciales d'Air France-KLM.

"J'ai [...] eu l'impression que mon arrivée dérangeait ceux qui voulaient faire main basse à bon compte sur Air France-KLM et l'affaiblir", raconte Philippe Capron.

Accorhotels a manifesté début juin son intérêt pour reprendre tout ou partie des 14,3% que l'Etat détient au capital d'Air France-KLM. D'après le journal Le Monde, le groupe hôtelier s'active en coulisses pour élaborer un montage capitalistique afin de mener à bien l'opération. Accorhotels aurait mandaté l’avocat Pierre-Yves Chabert, du cabinet Cleary Gottlieb, pour s'occuper du dossier et de son côté, l’Etat aurait confié ses intérêts au cabinet d’avocats BDGS.

"On peut sérieusement se demander si l'acheteur évoqué par la presse [Ndlr. AccorHotels] ne vise pas surtout à piller les données commerciales d'Air France-KLM ou à utiliser votre Groupe comme une "poison pill" pour se mettre lui-même à l'abri d'une prise de contrôle — déjà bien engagée par des intérêts extra-communautaires, écrit Philippe Capron à Anne-Marie Couderc.

Le directeur financier de Veolia — qui aurait aussi payé son manque de connaissance de l'aérien — ne se prive pas pour dénoncer qu'un "tel mouvement serait d'autant plus scandaleux que le cours actuel est loin de refléter la valeur réelle de la société".

Depuis six mois, l'action a perdu plus de 50% de sa valeur. Elle s'affichait à 6,91 euros ce lundi 2 juillet 2017 à 17h27.

com
Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :