Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Vaccin contre le Covid-19 : ces 3 graphiques montrent la méfiance des gens à travers le monde

Vaccin contre le Covid-19 : ces 3 graphiques montrent la méfiance des gens à travers le monde
Test d'un vaccin contre le Covid-19 en Thaïlande. © Reuters

L'institut Ipsos a interrogé des personnes du monde entier sur leurs attitudes à l'égard des vaccins contre le Covid-19, et les résultats du sondage révèlent des différences marquées entre les pays concernant l'espoir qu'un vaccin sera bientôt disponible et la volonté de se faire vacciner. Alors que la pandémie de coronavirus fait rage dans le monde entier, nombreux sont ceux qui voient dans un vaccin la possibilité de revenir à une situation plus proche de la normale.

Actuellement, l'Organisation mondiale de la santé suit plus de 170 candidats vaccins, dont 9 sont actuellement en phase 3 d'essais cliniques. Normalement, il faut des années pour mettre au point un vaccin, mais les scientifiques espèrent ramener ce délai à 12 ou 18 mois. Si un vaccin est développé, il n'est toutefois efficace que si les gens acceptent de se faire vacciner, et l'étude d'Ipsos montre que, selon les pays, les gens ont des attitudes très différentes à l'égard des vaccins.

Regardez les trois graphiques ci-dessous pour voir comment le monde se comporte.

La France est l'un des pays qui compte le plus d'opposants au vaccin contre le Covid-19. 41% des sondés déclarent qu'ils ne se feraient pas vacciner. Elle se trouve en fin de tableau avec la Hongrie, la Pologne et la Russie.

Si un vaccin contre le Covid-19 était disponible, je me ferais vacciner :

Tout à fait d'accord; Plutôt d'accord; Plutôt opposé; fortement opposé. Ipsos

La Chine est le pays le plus favorable, 97 % des personnes interrogées déclarant qu'elles se feront inoculer le vaccin dès qu'il sera disponible. La Russie se situe à l'autre bout du spectre, avec près de la moitié des Russes qui disent ne pas avoir l'intention de se faire vacciner.

Dans l'ensemble, 74 % des personnes interrogées dans le monde déclarent qu'elles se feraient vacciner contre le Covid-19.

Dans le monde entier, les personnes qui refuseraient de se faire vacciner se sont dites très inquiètes des éventuels effets secondaires.

Raisons invoquées pour le refus d'un vaccin :

Je suis inquiet des effets secondaires; Je ne pense pas que ce sera efficace; Je ne suis pas assez à risque face au Covid-19; Je suis contre les vaccins en général; Autre raison; Je n'ai pas le temps. Ipsos

La deuxième raison la plus utilisée est la conviction que le vaccin ne sera pas efficace. Un manque de confiance dans l'efficacité des vaccins pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la lutte contre la pandémie.

"Le manque de confiance de 26 % dans les vaccins est suffisamment important pour compromettre l'efficacité du déploiement d'un vaccin contre le Covid-19", a déclaré Arnaud Bernaert du Forum économique mondial, selon un communiqué de presse. "Il est donc essentiel que les gouvernements et le secteur privé s'unissent pour renforcer la confiance et s'assurer que la capacité de production répond à l'offre mondiale d'un programme de vaccination contre le Covid-19. Cela nécessitera une coopération entre les chercheurs et les fabricants ainsi que des accords de financement public qui lèveront les restrictions à l'accès au vaccin".

La plupart des pays sont assez pessimistes quant à la possibilité de disposer d'un vaccin dans les quatre prochains mois. Au niveau mondial, 59 % des sondés ont déclaré qu'ils ne pensaient pas qu'un vaccin serait prêt d'ici la fin de 2020.

Je pense qu'un vaccin contre le Covid-19 sera disponible en 2020 :

Tout à fait d'accord; Plutôt d'accord; Plutôt opposé; fortement opposé. Ipsos

La grande exception : la Chine, où 87 % des gens ont déclaré qu'ils croyaient qu'un vaccin serait disponible d'ici la fin de 2020. L'Arabie saoudite (75 %) et l'Inde (74 %) sont aussi des pays optimistes. En France, plus d'un tiers des personnes interrogés pensent qu'un vaccin sera disponible d'ici la fin de l'année.

L'administration Trump a annoncé mardi que les États-Unis ne collaboreraient pas au niveau international pour produire un vaccin contre le Covid-19. Le porte-parole de la Maison Blanche, Judd Deere, a déclaré : "Nous ne serons pas contraints par des organisations multilatérales influencées par l'Organisation mondiale de la santé et la Chine, qui sont corrompues".

Parmi les pays particulièrement pessimistes figurent l'Allemagne (24 % pensent qu'il sera disponible d'ici à la fin de 2020), le Japon (22 %) et la Pologne (22 %).

Version originale : Isabella Jibillian/Business Insider.

A lire aussi — Tout le monde développerait une immunité à long terme contre le Covid-19 après l'infection

Découvrir plus d'articles sur :