Publicité

Vaccination, pass sanitaire, réformes... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Vaccination, pass sanitaire, réformes... Ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron
Dès le 15 septembre, la vaccination sera obligatoire pour les personnels soignants et non soignants. © Nataliya Vaitkevich/Pexels
Publicité

Lundi 12 juillet, à 20 heures, le chef de l'État s'est exprimé lors d'une allocution télévisée. Afin de freiner une "reprise forte de l'épidémie" marquée par la recrudescence du variant Delta, Emmanuel Macron a annoncé l'obligation de vaccination pour les soignants et les patients en Ehpad et à l'hôpital. Le pass sanitaire, précieux sésame, sera désormais requis dans les "lieux de culture" rassemblant plus de 50 personnes à partir du 21 juillet et sera étendu à d'autres établissements à partir d'août.

Pour relancer l'économie, le gouvernement prévoit aussi un plan d'investissement à la rentrée et s'engage à poursuivre l'élaboration des réformes. Notamment celle de l'assurance chômage et celle des retraites, qui sera engagée "dès que les conditions sanitaires seront réunies". Voici le détail des principales annonces du président de la République.

À lire aussi — Près d'un million de Français ont pris rendez-vous pour se faire vacciner après le discours d'Emmanuel Macron

Vaccination

Pour freiner une "reprise forte de l'épidémie qui touche tous les territoires", le chef de l'État mise sur "un atout maître: le vaccin". Dès le 15 septembre, la vaccination sera obligatoire pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, Ehpad et maisons de retraite, ainsi que pour les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile. "Des contrôles seront opérés et des sanctions prises". Le ministre de la Santé Olivier Véran a ensuite ajouté sur LCI que les soignants non vaccinés au 15 septembre "ne pourraient plus travailler et qu'ils ne seraient plus payés".

Le chef de l'État a appelé "solennellement" les Français à se faire vacciner. "Nous devons aller vers la vaccination de tous les Français", a-t-il déclaré. "Des campagnes de vaccination" seront organisées "dès la rentrée" pour collégiens, lycéens et étudiants. Pour les personnes vaccinées, une campagne de rappel sera mise en place "dès la rentrée" et les rendez-vous pourront être pris "les premiers jours du mois de septembre".

Dès le 21 juillet, le pass sanitaire (un test Covid négatif ou une attestation de vaccination) sera en vigueur dans les "lieux de loisirs et de culture" rassemblant plus de 50 personnes, à partir de 12 ans. Début août il sera étendu aux cafés, restaurants, centres commerciaux, ainsi qu'aux avions, trains, cars longs trajets et aux établissements médicaux. Les tests PCR de confort, eux, seront payants à partir de l'automne, sauf prescription médicale. L'état d'urgence sanitaire va être déclaré mardi13 juillet en Martinique et à La Réunion, et un couvre-feu y sera instauré en raison de la circulation accrue du coronavirus.

À lire aussi — Près d'un million de Français ont pris rendez-vous pour se faire vacciner après le discours d'Emmanuel Macron

Économie et réformes

Selon les prévisions du gouvernement, la croissance devrait s'établir à 6% en 2021 en France, "en tête des économies européennes" pour rebondir après la crise du Covid-19. Le chef de l'État a annoncé "un plan d'investissement" à la rentrée pour "bâtir la France de 2030" et "faire émerger dans notre pays et en Europe les champions de demain".

La réforme de l'assurance-chômage, dont certaines dispositions ont été suspendues par le Conseil d'État, sera "pleinement mise en œuvre dès le 1er octobre". La réforme contestée des retraites sera engagée "dès que les conditions sanitaires seront réunies" et "la reprise bien assurée". Les "régimes spéciaux devront être supprimés" pour les nouveaux entrants, l'âge de départ devra "être plus tardif" et toute retraite pour une carrière complète devra être supérieure à 1 000 euros, a posé le chef de l'État.

Un "revenu d'engagement" pour les jeunes sans emploi ou sans formation, particulièrement touchés par la crise sanitaire, sera créé à la rentrée suivant une "logique de devoirs et de droits". Emmanuel Macron a promis aussi "une meilleure prise en charge" pour les aînés et personnes en situation de handicap.

À lire aussi — Covid-19 : pourquoi le variant Lambda, présent dans 29 pays, inquiète les scientifiques

Découvrir plus d'articles sur :