Samedi, 12h. La lumière fait mal. Votre tête palpite. Et vous n'avez aucun souvenir de la façon dont vous êtes rentré chez vous. Ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas seul. Selon plusieurs études, plus de la moitié des étudiants connaissent des pertes de mémoire. Et soyons clairs. Perdre connaissance ne veut pas dire s'évanouir. Vous avez probablement été éveillé et conscient toute la nuit. Alors, où sont passés tous ces souvenirs ?

Revenons à vendredi soir. Normalement, chaque fois que vous avez une expérience — comme une conversation — une partie de votre cerveau appelée lobe pré-frontal stocke cette information dans la mémoire à court terme. Ensuite, une autre partie de votre cerveau, l'hippocampe, unit ces expériences afin qu'elles puissent être stockées comme souvenirs à long terme. Ainsi, le lendemain, vous vous souvenez de "la fête" dans son ensemble au lieu de "l'odeur de la sueur", "la musique house", "Jen était là".

Mais voici l'essentiel : le stockage de ces épisodes dans la mémoire à long terme nécessite des neurotransmetteurs spéciaux. Mais vos injections d'alcool empêchent les neurotransmetteurs de fonctionner correctement. Donc, au lieu de vous souvenir de la fête, vous n'avez qu'un dossier incomplet ou même vide.

Et la quantité d'alcool dans votre organisme à ce moment-là influe sur votre mémoire. Disons que vous êtes un homme adulte de 73 kg et vous avez bu huit shots en une heure. Votre taux d'alcoolémie se situe probablement autour de 0,2 % à ce stade, soit plus du double de la limite légale pour la conduite d'une voiture. Votre cerveau est peut-être encore capable de stocker quelques souvenirs. On se retrouve donc avec des "îlots" de souvenirs séparés par des sections manquantes. C'est ce qu'on appelle un black-out fragmentaire, c'est-à-dire un "trou gris" ou "trou marron". Mais si vous continuez à boire, c'est pire. Dans la demi-heure qui suit, vous buvez encore quatre coups. Maintenant, votre taux d'alcoolémie atteint environ 0,3 % et votre hippocampe décroche. Et l'amnésie totale s'installe. C'est ce qu'on appelle une perte de connaissance en bloc. Et quand tu te réveilleras, cette nuit entière pourrait être vide. Poussez votre taux d'alcoolémie beaucoup plus haut que ça et.... vous pourriez mourir.

Et pourtant....vos amis ne se rendent peut-être même pas compte que vous êtes au milieu d'un blackout, puisque l'alcool n'a pas "effacé" vos souvenirs à long terme qui étaient déjà en lieu sûr avant le début de la nuit. Ainsi, vous pouvez continuer à parler et à vous comporter plus ou moins comme une personne typique. Dans une certaine mesure. Mis à part les trous noirs, l'alcool peut encore interférer avec d'autres régions de votre cerveau, y compris celles qui sont responsables du raisonnement et de la prise de décision.

Ainsi, lors de pertes de connaissance, des gens se sont écrasés dans des voitures, se sont battus et ont commis - ou ont été victimes - d'agressions sexuelles. Ils ne s'en souviendront peut-être pas.

Cela dit, tout le monde n'a pas des trous noirs. Votre sexe, votre poids corporel et vos antécédents familiaux jouent tous un rôle. Cela pourrait donc expliquer pourquoi vos amis se souviennent de toute la soirée malgré le fait qu'ils aient bu autant de tequila. Mais ça ne les sauvera pas d'une mauvaise gueule de bois le lendemain matin.

Produit par Gina Echevarria et Shira Polan

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Voici comment l'anesthésie affecte votre corps et votre cerveau