Sebastian Rotella, auteur du roman "Trafiquants & associés" et journaliste pour le site ProPublica, explique quels éléments de films et séries populaires sur les cartels mexicains de la drogue comme "Narcos" et "Sicario" sont réalistes et lesquels ne le sont pas.

Ci-dessous, une transcription de la vidéo.

Sebastian Rotella: Je suis Sebastian Rotella. Je suis l'auteur du roman "Trafiquants & associés" et journaliste pour le site Propublica.

"Sicario" était un bon film, et certaines des choses présentées étaient très proches de la réalité, par exemple, la fusillade à la frontière. Si vous vous souvenez de "Sicario", quand ils sont à la frontière, coincés dans la circulation, c'est ce qui s'est réellement passé et c'est quelque chose qui m'inquiétait beaucoup quand je couvrais la frontière, car c'est un moment de grande vulnérabilité lorsque vous êtes coincé dans cet embouteillage.

Il y a d'autres choses dans "Sicario" qui, je pense, sont exagérées. Par exemple, le genre de torture gratuite et occasionnelle qui se déroule sur le territoire américain qui, selon mon expérience, arrive très rarement. Je n'en ai pas entendu parler. Il y a des forces de l’ordre d'Amérique latine, des services de renseignement et des unités militaires qui travaillent avec les États-Unis et pratiquent cela.

Mais cela a tendance à se produire précisément dans ces pays. Vous savez, l'idée de faire venir quelqu'un aux États-Unis pour le faire et vous exposer à toutes sortes de poursuites et de scandales potentiels, ça ne me semble pas réaliste, par exemple. Donc ça dépend vraiment.

Je pense que "Narcos" est très bien documenté. Ce qui se produit, et j'ai fait cela en ayant écrit une fiction, et ayant été impliqué dans des projets où vous adaptez un récit sur le grand écran, les choses doivent être simplifiées, il faut les rendre dramatiques, vous perdez en nuances, et souvent, ce sont des choses qui arrivent dans la vraie vie et qui, à mon avis, font une bonne série ou film, mais elles sont plus difficiles à décrire parce qu'elles se produisent souvent par inadvertance.

La chose effrayante parfois dans ce monde, c'est à quel point certains acteurs du monde criminel sont dangereux, mais également incompétents ou peu sophistiqués. C'est ce facteur difficile à décrire dans les meilleures séries, ce mélange de sophistication et de coïncidence et de défauts humains. Je pense que lorsque c'est longuement exploré dans les séries, c'est à ce moment-là qu'elles sont les meilleures, car je pense que c'est très humain et c'est très réel.

Il y a une influence des seigneurs de la drogue au Mexique. Vous savez, les gens parlent beaucoup de Chapo Guzman, qui vient d'être capturé. La spécificité de Chapo Guzman, c'est qu'il était le dernier des narcotrafiquants de son style. Une des raisons pour lesquelles le Mexique est devenu si violent, la violence et la corruption liées à la drogue se sont intensifiées, c'est précisément parce que la génération de barons tels que Chapo Guzman s'est en quelque sorte éteinte.

Les cartels sont maintenant fragmentés. Et l'autre chose c'est que, comme les seigneurs de la drogue comme Chapo Guzman ont disparu, les hommes à la gâchette, les hommes armés, qui résolvent à peu près tout par la violence, ont pris leur place.

Cela ne veut pas dire que Chapo Guzman et les frères Arellano-Felix et d'autres, que j'ai suivi il y a des années à Tijuana, n'étaient pas violents. Ils étaient sanguinaires et sadiques, mais ils savaient aussi quand corrompre, plutôt que tuer, quand et comment approcher cela comme un business, un business violent, mais qui reste un business.

Alors que les cartels de la drogue, comme les Zetas, et certains autres qui se sont développés... Les Zetas sont d’anciens commandos au Mexique, des militaires qui ont pris le relais et créé leur propre cartel. Ils résolvent à peu près tout par la violence. Les gens pensent qu'un trafiquant de drogue assis sur un trône quelque part dirige ce vaste empire alors qu'il s'agit en réalité d’une série d’empires plus petits, très anarchiques, dangereux et chaotiques, qui ont été brisés et fracturés et qui ont malheureusement créé plus de violence et pas moins.

Produit par Noah Friedman.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 8 meilleures séries Netflix produites en dehors des États-Unis