Tentés par un petit séjour à l’hôtel? Et si on vous disait que les chambres d'hôtels sont des vrais nids à bactéries? Une enquête de l'Université de Houston menée dans six chambres dans différents hôtels aux États-Unis a déterminé que plus de 80% des surfaces des objets analysés contenaient des bactéries. Pour faire face à ce problème, un groupe de designers de Ventur Studio a imaginé un robot capable de désinfecter tout type de surface. Pour le moment, des tests ont été réalisés à l'Institut de Microbiologie de Guangzhou. pour exposer la bactérie E-Coli à une nouvelle tecnique  appelée "désinfection par rayonnement Ultra-violet" et qui consiste à exposer les micro-organismes au rayonnement UV pour atteindre le noyau de la cellule, et arrêter la duplication de l'ADN. 

Ainsi est né Cleansebot, un petit gadget d'à peine 130 mm et moins de 300 g. Ce robot utilise un système de détection intelligent qui comprend 18 capteurs, dont des capteurs infrarouges, des capteurs de lumière, des capteurs manuels, capteurs cartographiques, capteurs de détection d'obstacles et d'angles… On y retrouve aussi deux capteurs spécifiques pour les roues et pour éviter qu'elles ne se coincent. Les lampes UV-C s'enclenchent lorsque les capteurs détectent la surface, et s'éteignent quand elle s'éloigne. Les capteurs intelligents évitent qu'on touche ou regarde directement les lumières. Une sangle est aussi disponible pour un deuxième mode manuel pour désinfecter d'autres surfaces comme les téléphones, les claviers, les interrupteurs, télécommandes, toilettes, peluches et bien plus.

Mais le Cleansebot, peut aussi devenir une batterie portable ! Avec une batterie au lithium de 3700 mAh à l'intérieur et un port USB-C sur le côté, vous obtiendrez une charge extrêmement rapide. Le Cleansebot est disponible sur la plateforme Kickstarter à partir de 87€. Selon l'entreprise, des tests arriveront bientôt en Amérique du nord et en Europe.


Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Nous avons interviewé Pepper, le robot humanoïde de SoftBank