Eran Segal de l'Institut scientifique Weizmann nous explique pourquoi on ne doit pas compter uniquement sur le nombre de calories pour perdre du poids. 

Ci-dessous, une transcription de la vidéo.

Si vous absorbez moins d'énergie que vous n'en consommez, vous perdrez du poids. Et cette idée, bien sûr, est en partie vraie, mais elle simplifie également à l'extrême la situation. Et nous savons que ce n’est pas non plus la seule solution.

Je m'appelle Eran Segal. Je suis chercheur à l'Institut scientifique Weizmann.

Vous pouvez avoir un régime où des gens assimilent même plus de calories qu'une autre personne, et pourtant ils perdent plus de poids. Et la même personne au régime A peut manger, disons 2 000 calories et prendre du poids, mais suivant un autre régime, cette personne pourrait manger 2500 calories mais perdrait du poids.

C'est parce que les aliments dans ces différents régimes peuvent être très différents et peuvent être supportés très différemment par chaque individu. Et ce phénomène s’explique par la quantité d'énergie que cet individu peut extraire d'un régime par rapport à un autre.

Nous pensons vraiment qu’un des aspects essentiels pour mesurer ça c'est la réponse de votre glycémie à ces aliments. Parce que ça dicte vraiment la quantité d'insuline que votre corps sécrète et qui affecte directement la quantité de graisse emmagasinée, qui résultera de la consommation de ces aliments.

Vous pouvez vraiment voir ce phénomène lorsque, sur le même aliment, une personne peut prendre du poids et une autre en perdre.

Nous pensons que ça tient en grande partie aux différences que nous avons dans nos bactéries intestinales. Parce que les bactéries intestinales transformeraient les aliments et participeraient à leur métabolisation de manière très différente chez chaque personne.

Donc, chacun de nous a en fait une quantité énorme de bactéries différentes qui vivent dans notre corps. Certaines bactéries se développent sur certains aliments et d'autres bactéries se développent sur d'autres aliments.

Elles sont très étroitement liées à notre métabolisme et ont un impact énorme sur le traitement de nos aliments ainsi que sur notre santé et nos maladies. Elles ont été liées à de nombreuses maladies différentes comme l'obésité, le diabète, les maladies cardiaques, et même le cancer et des maladies neurologiques.

En tant que communauté scientifique, nous essayons toujours de comprendre ce qui constitue une composition bactérienne bonne ou mauvaise. Et comment on peut aussi changer ça avec un régime.

C'est un domaine de recherche très actif que nous essayons de comprendre. Mais, entre-temps, nous avons pu profiler la composition bactérienne intestinale des individus et en fonction de leur composition, identifier les aliments qui correspondraient à leur propre composition bactérienne.

Donc nous ne comprenons toujours pas comment nous pouvons améliorer les bonnes bactéries. Mais nous pouvons utiliser et exploiter les informations contenues dans la composition bactérienne intestinale afin d'adapter le régime alimentaire d'un individu pour trouver de la nourriture qui serait optimale pour cette personne.

Produit par Grant Eizikowitz and Jessica Orwig/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Voici les 8 sports qui vous font brûler le plus de calories