VIDEO: Un économiste nous dévoile l'impact macroéconomique que le Brexit pourrait avoir sur l'économie européenne

 

Le 23 juin 2016 le Royaume-Uni décidait d'abandonner l'Union européenne par le biais d'un référendum. De longues négociations ont été entamées avec l'UE pour mettre au point la sortie des Britanniques des institutions et de la vie commune européenne, entraînant des conséquences politiques et économiques pour le Royaume-Uni et le reste de l'Europe. Mais que pouvons nous attendre du Brexit?  Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique de la banque danoise Saxo Bank, a répondu à nos questions et détaille les possibles scénarios qui affecteront l'ensemble de l'économie de l'Union européenne.

Ci-dessous, une transcription de la vidéo.

Christopher Dembik: Soyons extrêmement clair: il n'y aura pas d'accord à l'avantage du Royaume-Uni. Ça n'est pas du tout dans l'optique des discussions aujourd'hui. On aurait pu croire que certains pays d'Europe centrale et orientale auraient pu être des alliés du Royaume-Uni. Pourquoi? Et bien à cause des connivences politiques ou culturelles... Les Britanniques investissent massivement dans certains de ces pays, et cela aurait pu être un levier de pression. Finalement, le Brexit va à l'encontre de l'histoire. Tous les pays européens considèrent qu'il y a plus d'avantages que d'inconvénients à appartenir à l'Union Européenne. Ça permet, par exemple, de faire du commerce sans payer des tarifs douaniers. En tant qu'entreprise vos consommateurs sont contents, vous avez plus de marge... Aujourd'hui c'est un bon deal de faire partie de l'UE d'un point de vue macroéconomique.

Globalement, l'impact macroéconomique direct du Brexit est difficile à estimer. A priori il est marginal pour la France. Par contre, en cas de "Hard Brexit", l'impact pourrait être délétère pour l'ensemble de l'économie européenne. Si fin mars 2019 aucun accord n'est finalisé, les investisseurs vont commencer à s'inquiéter, à s'impatienter et il y aura des remous sur les marchés financiers. Tout cela aura un réel impact sur l'économie. C'est surtout la possibilité d'un scénario de "Hard Brexit" qui est le point d'inquiétude.

Si on a un accord les effets macroéconomiques ne seront pas si massifs.

Pour les Britanniques c'est beaucoup plus simple d'estimer l'impact du Brexit. Et là, on peut être très clair: qu'il y ait ou pas d'accord, ça sera l'intensité de l'impact qui fera la différence, mais aujourd'hui on sait que le Brexit aura un impact négatif sur l'économie britannique. On observe déjà la baisse de la livre sterling qui a fait augmenter l'inflation de manière très substantielle. Le Royaume-Uni va traverser une période d'incertitude qui sera très importante dans les prochaines années. Il y aura certainement des tensions inflationnistes, donc un pouvoir d'achat qui baisse. Pour les entreprises basées au Royaume-Uni, restera la question de savoir quels seront les marchés sur lesquels elles pourront aller, et le coût des droits de douane qu'elles devront payer pour conquérir ces nouveaux marchés.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Voici à quoi ressembleront la livraison et le transport en voiture autonome selon Renault

  1. PIERRE GIMIE

    Mais l'économie Britanniques ne sera plus jugulée par des normes et des règlements iniques !
    Dans quelque temps nous retrouverons les sociétés Britanniques excessivement concurrentielles en face de sociétés européenne aphones et asphyxiées sans plus aucun potentiel de réaction...
    Rapidement les entreprises européennes n'ayant aucune notion de protectionnisme ou de favoritisme européen, fourniront des contrats aux britanniques aux détriment des entreprises européennes....
    Le montage forcé de l'Europe est un château de carte érigé par les technocrates européen qui aux premières secousses quitteront le navire avec les poches bien pleines des Euros collectés sur le dos de chaque citoyens européen et premières victimes... c'est l'ordre des choses dans cette europe ultra-libérale au service des plus riches !

Laisser un commentaire