Des millions d'Américains subissent des anesthésies tous les ans. Depuis 1846, les médecins utilisent de nombreux médicaments pour rendre les patients inconscients pendant les interventions chirurgicales. Mais même si les médicaments ont changé, une chose reste identique: cela fonctionne bien. Mais comment exactement? Nous ne connaissons pas tous les détails de ce qui se passe lorsque nous administrons l'anesthésie, mais nous ne savons pas non plus exactement comment fonctionne la conscience. Ce que nous savons, c'est que l'anesthésie interrompt les voies neuronales de notre cerveau pour que nous ne ressentions pas la douleur. L'anesthésiste Jill Fong explique comment cela fonctionne. 

Ci-dessous, une transcription de la vidéo.

Quand vous vous endormez, si je vous pinçais, vous vous réveilleriez tout de suite. Si je vous secouais, vous seriez debout, non? Mais sous anesthésie, je peux vous pincer et faire une opération complète et vous ne vous réveillerez pas. On est donc vraiment plus loin dans le spectre de l'inconscience.

Lorsque vous vous réveillez après avoir été mis sous anesthésie générale, vous avez  l'impression que le temps s'est figé. Vous auriez pu être endormi pendant une heure ou une journée sans voir la différence.

Quand vous dormez de manière naturelle, les gens vous appellent, votre réveil s'éteint, vous vous réveillez, n'est-ce pas ? Ce n'est pas comme ça que ça se passe sous anesthésie générale. Vous allez être inconscient.

Vous êtes plus proche du coma que du sommeil.

L'anesthésie a été utilisée pour la première fois au cours d'une intervention chirurgicale en 1846. Le médicament utilisé à cette époque était l'éther. Aujourd'hui, les anesthésistes utilisent plutôt une combinaison de médicaments comme le propofol et le fentanyl, qui interrompent les voies neuronales pour que vous ne ressentiez pas la douleur et que vous ne vous souveniez pas de l'opération.

Vous avez besoin de trois choses pour l'anesthésie générale. Vous avez besoin d'amnésie pour que le patient ne se rappelle de rien, d'analgésie pour soulager la douleur et enfin des conditions d'opération pour le chirurgien. Certaines chirurgies nécessitent que le patient soit très détendu donc on utilise un relaxant musculaire. Pour d'autres chirurgies, le patient doit simplement être endormi et anesthésié, mais il n’a pas nécessairement besoin d'être détendu. La façon dont on procède varie en fonction des médicaments qu'on utilise. Certains vont faire baisser les neurones excitateurs et d'autres renforcer les neurones inhibiteurs.

Les neurones excitateurs, par exemple, s'emballent et envoient des signaux à d'autres neurones pour qu'ils se déclenchent. Les faire baisser signifie moins de signaux indiquant à votre cerveau que vous avez mal. Les neurones inhibiteurs font le contraire. Ils empêchent les neurones de générer ces signaux électriques. Dans les deux cas, cela signifie globalement moins de neurones actifs. Ce qui est important car lorsque votre corps est ouvert et poussé dans ses retranchements, les neurones se déclenchent généralement pour indiquer à votre cerveau que vous avez mal. Si ces neurones ne se déclenchent pas, votre cerveau ne sait pas que votre corps est…  eh bien en train d'être ouvert.

En gros, ça interrompt les voies et la communication entre vos réseaux de neurones. Notre but c'est que les patients ne souffrent pas tout en surveillant leurs signes vitaux, leur rythme cardiaque, leur pression artérielle. Ensuite, nous voulons nous assurer qu'ils sont inconscients.

Sans anesthésie, de nombreuses chirurgies importantes ne seraient pas possibles car elles seraient trop traumatisantes.

La chirurgie n'a pas vraiment progressé jusqu’à ce que l'anesthésie progresse. Vous savez, quand vous regardez ces vieux films, ils vous donnent une gorgée d'alcool, ils font un garrot et ils vous coupent la jambe. Les gens ne le supportent pas vraiment, n'est-ce pas? Si vous aviez des problèmes cardiaques, ce serait la fin.

Une fois l'intervention terminée, les médecins arrêtent d'administrer les médicaments et les effets les plus puissants des médicaments s'atténuent. Mais même si vous êtes à nouveau conscient, il se peut que vous continuiez à ressentir certains effets secondaires des médicaments.

Produit par Alyssa Pagano

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Ce garçon de 13 ans invente un outil pour aider à traiter le cancer du pancréas et améliorer le taux de survie des patients