Les bébés nés de deux cousins ont-ils réellement plus de risques de présenter des anomalies congénitales ? Il faut d'abord comprendre les principes génétiques de base avant de penser à ce problème.

Ci-dessous, une transcription de la vidéo.

Qu'est ce que la reine Victoria, Charles Darwin et Albert Einstein avaient en commun ? Ils ont tous épousé leurs cousins ​​germains. On pourrait penser que Darwin, plus que quiconque, ne l'aurait pas fait. Après tout, l'accouplement avec un parent proche transmet de mauvais gènes qui conduisent à des mutations génétiques mortelles, n'est-ce pas ?

Aujourd'hui, épouser son cousin germain est illégal dans 24 États américains. Mais pour la majeure partie de l'histoire occidentale, les gens devaient épouser ceux qui vivaient à côté, ce qui voulait souvent dire se marier au sein de la famille élargie. En fait, entre 1650 et 1850, la plupart des couples mariés étaient des cousins au quatrième degré. Ils avaient donc les mêmes arrière-arrière-arrière-grands-parents.

Génétiquement parlant, cela signifie qu'ils partageaient 0,2% de leur ADN. Pas grand chose quand on le compare aux troisièmes deuxièmes et surtout aux cousins ​​germains. Et plus vous partagez d'ADN, plus vos enfants risquent d'avoir une maladie génétique, telle que la fibrose kystique ou la drépanocytose.

Mais voilà le problème : vous n'êtes pas obligé d'être malade pour transmettre une maladie génétique à votre enfant. Prenez la fibrose kystique. C'est dû à un défaut dans le gène CFTR. Mais il vous faut deux copies du gène défectueux pour attraper la maladie. Donc, si vous n'avez qu'une seule copie défectueuse, vous n'êtes pas affecté. Au lieu de ça, vous êtes ce qu'on appelle un porteur.

Maintenant, si un porteur s'accouple avec un non-porteur, les enfants n'ont aucun risque de tomber malades. Mais lorsque les deux parents possèdent une copie défectueuse du gène CFTR, les enfants ont 25% de chances d'hériter de deux copies du gène et de contracter la maladie.

Donc, pour voir à quel point il est dangereux d'épouser notre cousin germain, nous devons calculer les chances que deux cousins ​​germains soient porteurs d'une copie de la même maladie génétique. Puisqu'ils partagent un ensemble de grands-parents, nous allons commencer par là. Et là ça devient un jeu d'hypothèses. Que se passe-t-il si les deux grands-parents sont porteurs, au lieu d'un seul? Que se passe-t-il si l'un de leurs enfants est porteur ou si aucun ne l'est? Et si ces enfants épousent d'autres porteurs, ou pas? Ça peut devenir très compliqué, très rapidement.

Mais des scientifiques ont étudié les chiffres et il s'avère que le risque que les cousins ​​aient un enfant hérité d'une maladie génétique est de 4 à 7%. Pour la population en général, c'est de l'ordre de 3 à 4%.

Donc, c'est pas très grave, non ? Mais voici le piège. Ce sont les chances d'attraper une maladie génétique. Mais il y en a des milliers qui pourraient se cacher dans votre arbre généalogique. En plus, si vos enfants épousent eux aussi leurs cousins germains ​​et que leurs enfants épousent leurs cousins, c'est la porte ouverte au désastre. Car au lieu d'introduire de nouveaux gènes potentiellement utiles dans le groupe de gènes de la famille, vous recyclez les anciens, qui sont potentiellement dangereux.

Prenez l'empereur Ferdinand Ier d'Autriche. Ses parents étaient deux fois cousins ​​germains! Et quand il est né, il n'était pas vraiment en bonne santé. Donc, en ce qui concerne le mariage entre cousins, vous ne devriez pas en faire une tradition familiale.

Qu'avez vous déjà trouvé d'intéressant dans votre arbre généalogique ? Dites-nous dans les commentaires !

Produit par Gene Kim et Shira Polan

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: 3 façons surprenantes qui montrent que les humains continuent d'évoluer