Ces villes à plusieurs milliards de dollars tout droit sorties de la science-fiction devraient bientôt devenir réalité

Ces villes à plusieurs milliards de dollars tout droit sorties de la science-fiction devraient bientôt devenir réalité

Forest City, en Malaisie. Country Garden

  • Certains pays se lancent dans des projets pharamineux très coûteux avec des technologies que l'on doit voir pour les croire.
  • L'Arabie saoudite est en train de développer une ville à 500 milliards de dollars (environ 438 milliards d'euros) avec des robots et des taxis-drones, tandis que l'Inde installe des cubes numériques qui transmettent des vidéos au public.
  • Ces développements brouillent parfois les frontières entre la réalité et la science-fiction.

Certaines villes sont bien loin des aéroglisseurs et des Hyperloops, mais elles rattrapent lentement plusieurs visions de la science-fiction.

Des technologies qui semblaient autrefois impossibles, telles que les voitures autonomes et les taxis-drones, font maintenant leur apparition dans des méga-projets à travers le monde.

En concevant des villes à partir de rien, des pays comme l'Inde, l'Arabie saoudite et les États-Unis peuvent intégrer de nouvelles innovations en matière d'infrastructure et fournir des services plus efficaces aux résidents.

Voici les projets de développement qui brouillent les frontières entre la réalité et la science-fiction.

La ville futuriste du Sénégal, au budget de 2 Mds$ (1,7 Md€), a été comparée à la ville de Wakanda dans "Black Panther".

Hussein Bakri/BAD Consultant/Semer Group

Lorsque le film de super-héros "Black Panther" est sorti en 2018, sa ville fictive de Wakanda a tout de suite été comparée avec certains projets de développement africains axés sur l'avenir.

Les similitudes entre Wakanda et Diamniadio Lake City au Sénégal, un projet à 2 milliards de dollars, sont particulièrement frappantes.

Avec leur architecture pointue et leurs bâtiments d'acier scintillants, les deux villes semblent être tout droit sorties des pages d'une bande-dessinée.

Diamniadio a même été utilisée à tort pour la promotion de Crypto City, une communauté théorique du chanteur Akon, inspirée de la métropole Black Panther.

Le Qatar est en train de construire une ville à 45 Mds$ (39,4 Mds€) pour accueillir la Coupe du monde de football en 2022.

Getty Images/Handout

Les plans pour la ville de Lusail ont débuté en 2005, mais ont été retardés à 2010, lorsque le Qatar a remporté la candidature pour accueillir la Coupe du Monde de la FIFA de 2022.

La ville devrait être finie d'ici 2020 et comprendra un nouveau stade, des gratte-ciels, des villas et 22 nouveaux hôtels. Des tubes à ordures pneumatiques seront également mis en place, ils transporteront les déchets vers un seul endroit.

Avec une superficie de presque 100 kilomètres carrés, Lusail pourra accueillir 450 000 personnes, soit près de 200 000 de plus que le nombre de citoyens du Qatar.

Mais ce projet pourrait avoir un prix. Le Qatar a été critiqué pour ses pratiques de travail inhumaines, que les observateurs des droits de l'homme ont assimilées à de "l'esclavage des temps modernes". Les travailleurs de Lusail se sont déjà plaints de longues heures de travail et de retenues sur leur salaire.

En Arabie saoudite, une mégapole à 500 Mds$ (438 Mds€) se prépare à un monde de robots et de taxis drones.

Hamad I Mohammed/Reuters

L'Arabie saoudite connaît actuellement un boom de développement considérable, avec environ 4700 projets de construction en cours. Le plus coûteux de ces projets se nomme Neom, une mégapole qui relie le pays à l'Afrique grâce à un pont au-dessus de la mer Rouge.

Fin octobre, une série d'investisseurs éminents se sont retirés temporairement du projet après le meurtre brutal du journaliste Jamal Khashoggi, dont le décès a été lié au prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohammed ben Salman.

Neom présenterait une vision utopique des robots et des taxis-drones pour un coût de 500 milliards de dollars.

La Malaisie est en train de construire une version high-tech de Singapour, recouverte d'arbres.

Stefano Boeri Architetti

Un archipel de quatre îles malaysiennes abritera bientôt un projet à 100 milliards de dollars (87,6 milliards d'euros) qui pourrait remettre en cause la domination de Singapour dans la région.

Comme son nom l'indique, Forest City comporte des bâtiments emblématiques bordés de plantes qui font penser à une jungle urbaine.

Alors que les développeurs ont été critiqués pour avoir fait des promesses trop importantes, leur vision est remarquable. D'ici 2040, ils espèrent construire une ville assez intelligente pour arroser ses usines et réparer les vitres cassées presque immédiatement après un incident.

Le prochain quartier financier d'Arabie saoudite a des passerelles qui se refroidiront grâce à l'énergie solaire.

Henning Larsen

Avec ses 10 milliards de dollars (8,77 milliards d'euros), le quartier financier King Abdullah n'est pas le projet de construction le plus coûteux d'Arabie saoudite, mais il possède l'un des concepts les plus avant-gardistes.

Le développement de 1,6 million de mètres carrés comprend un monorail, une mosquée et un réseau de passerelles à ciel ouvert refroidis à l'aide de l'énergie solaire. Il comprend également une station de métro conçue par l'architecte Zaha Hadid.

Bien que le projet soit en retard, il devrait être achevé à temps pour le sommet du G20 de 2020.

Le projet de développement du Kenya, d'une valeur de 12 Mds$, pourrait devenir la ville la plus 'intelligente' d'Afrique.

Konza City

Le terme de "ville intelligente" est souvent utilisé pour décrire des projets de développement de haute technologie, mais peu de sites répondent mieux à cela que Konza, une "technopole" de près de 12 milliards de dollars (10,5 milliards d'euros) au Kenya.

Le projet devrait s'achever en 2030. À ce stade, il sera couvert par des capteurs qui collecteront et partageront des données. Les capteurs aideront la ville à surveiller des éléments comme la circulation automobile et à ajuster les feux de circulation.

L'objectif est de créer un réseau technologique qui synchronise l'infrastructure locale avec les services de la ville, les entreprises et les activités piétonnes.

Gandhinagar, en Inde, a installé des panneaux numériques transmettant les messages du gouvernement au public.

Thomson Reuters

L'Inde s'emploie à transformer la ville de Gandhinagar en une Mecque de la haute technologie. Outre les éléments habituels de la "ville intelligente" comme les capteurs et les caméras de surveillance, Gandhinagar possède des caractéristiques de conception peu orthodoxes.

La ville prévoit d'installer cinq panneaux numériques en forme de cube qui diffuseront des vidéos, notamment des messages du gouvernement et des mises à jour de la météo, aux principales intersections de la ville. S'y ajouteront également des systèmes de sonorisation diffusant de la musique très tôt le matin.

Bien que le coût final du projet ne soit pas encore clair, le Premier ministre indien a réservé 1000 milliards de dollars pour la construction de 100 villes intelligentes d'ici 2022.

Version originale: Aria Bendix/Business Insider


Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici les 25 villes les plus high-tech au monde

VIDEO: Pourquoi la vanille coûte si cher

  1. Vous ne parlez plus des îles artificiels quil ont construit,(monde )vers Dubaï ce fût un énorme fiasco à quelques milliards sa yé c'est oublié

Laisser un commentaire