Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici comment une startup de Montpellier manie la réalité augmentée pour travailler avec l’armée française

Voici comment une startup de Montpellier manie la réalité augmentée pour travailler avec l’armée française
© VirdysYouTube

On peut être une petite entreprise informatique de 12 personnes, créée il y a cinq ans à Montpellier, et voir sa technologie utilisée par l’armée française.

C’est l’histoire de Virdys, un éditeur de logiciel spécialisé dans la visualisation 3D, en réalité virtuelle ou augmentée.

Sa solution Easy Sim 3D est capable de reconstituer simplement, rapidement — en quelques minutes — et précisément, un environnement, des mouvements de personnes et des allures de véhicules.

Selon nos informations, l'armée française s'en sert dans le cadre de la reconstitution d'opérations et d'exercices.

Interrogé par Business Insider France, le fondateur de la startup Thierry Cottenceau n'a pas souhaité donné d'avantage d'informations sur ces collaborations.

En tout cas, les groupes CGI et Sopra Steria — habituels fournisseurs du ministère de la Défense — utilisent déjà son logiciel.

Dans la prochaine version , Virdys va aller plus loin en proposant de la réalité augmentée sur tous les supports. Pour ce faire, elle travaille sur les différentes technologies dont celle HoloLens de Microsoft.

"Nous serons capables, avec une simple latitude et longitude, d’intégrer en 3D un lieu exact. On reconstitue aussi les mouvements avec un capteur. On a importé la technologie de réalité augmentée HoloLens de Microsoft. On dispose désormais de 150 gestuelles différentes et uniques", explique Samuel Brau, associé chez Virdys.

Les lunettes Hololens de Microsoft permettent de simuler des hologrammes qui s’intègrent dans le champ de vision de l’utilisateur.

L'objectif de Virdys est d'atteindre rapidement un million d'euros de chiffre d'affaires. Elle a notamment prévu de vendre sa solution à l'international.

Des médias ont déjà recours à ses services pour monter rapidement une vidéo animée lorsque aucune image n’est disponible dans le cadre de catastrophes, accidents ou attentats (Bataclan, crash de l'Airbus de la Germanwings). C'est le cas de France 2 par exemple.