Publicité

Virgin Galactic a vendu des actions le lendemain de l'erreur de trajectoire de son vaisseau

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Virgin Galactic a vendu des actions le lendemain de l'erreur de trajectoire de son vaisseau
Richard Branson flotte à bord d'une fusée de Virgin Galactic. © Virgin Galactic
Publicité

Le 12 juillet, Virgin Galactic a annoncé dans un document déposé auprès de l'Autorité américaine des marchés financiers (Securities and Exchange Commission, SEC) qu'elle vendait pour 500 millions de dollars d'actions (environ 422 millions d'euros). Ce document ne mentionnait pas qu'au cours de son vol à la limite de l'espace, la veille, son vaisseau avait dévié de sa trajectoire, une mésaventure qui allait finalement déclencher une enquête de l'Agence américaine de l'aviation civile (FAA) et entraîner l'interruption pour une durée indéterminée de ses activités de tourisme spatial.

La FAA a commencé à enquêter le 23 juillet, a déclaré un porte-parole à Insider. Le 11 août, l'agence a cloué au sol la fusée de Virgin Galactic. Dans une déclaration à la SEC du 13 août, Richard Branson, le milliardaire anglais qui a fondé Virgin Galactic en 2004, a déclaré qu'au cours des trois jours précédents, il avait vendu environ 10,5 millions d'actions personnelles, soit une participation d'une valeur d'environ 300 millions de dollars (environ 253 millions d'euros).

À lire aussi — Revivez en images le voyage de Richard Branson dans l'espace avec Virgin Galactic

"Il n'y avait pas d'enquête de la FAA pendant la période où nous avons mené la collecte de fonds", a déclaré un porte-parole de Virgin Galactic à Insider. Un porte-parole de Virgin Group a déclaré que Richard Branson et Virgin Group n'étaient pas au courant de l'enquête de la FAA lorsque Richard Branson a conclu la vente de ses 300 millions de dollars d'actions le 13 août.

L'accident et l'immobilisation au sol n'ont pas été rendus publics avant le 1er septembre, date à laquelle le New Yorker a fait état de la déviation. Le 2 septembre, la FAA a déclaré que l'interdiction de vol resterait en vigueur "jusqu'à ce que la FAA approuve le rapport final d'enquête sur l'accident ou détermine que les problèmes liés à l'accident n'affectent pas la sécurité publique". Ces enquêtes peuvent prendre des semaines, voire des mois, pour être menées à bien.

"Nous travaillons en partenariat avec la FAA pour examiner le court moment où le vaisseau spatial est tombé en dessous de son altitude autorisée", a déclaré Virgin Galactic dans un communiqué à Insider, ajoutant que des représentants de la FAA étaient dans sa salle de contrôle pendant le vol.

Selon la réglementation de la FAA, Virgin Galactic était tenu de signaler tout incident au centre d'opérations de l'agence à Washington et de déposer un rapport au bureau du transport spatial commercial dans les cinq jours suivant l'incident.

Questions de divulgation

Indépendamment de leur communication avec la FAA, Richard Branson et Virgin Galactic ont peut-être commis une erreur en ne mentionnant pas les problèmes en vol dans les documents déposés auprès de la SEC pour annoncer la vente de leurs actions, a déclaré Stephen Diamond, professeur associé de droit à l'université de Santa Clara, qui effectue des recherches sur la gouvernance d'entreprise, l'activisme des actionnaires et les délits d'initiés.

"La société aurait dû divulguer toute information matérielle non publique, tout comme Richard Branson", a déclaré Stephen Diamond. "Les questions clés auxquelles il n'est pas facile de répondre ici sont de savoir si la divulgation a été appropriée et si l'information était importante."

À lire aussi — Le tourisme spatial démarre, mais où commence vraiment l'espace ?

"Je pense que la plupart du temps, si votre produit principal peut potentiellement faire exploser des gens dans l'espace, cela serait considéré comme significatif pour les investisseurs potentiels."

Une fois que l'enquête de la FAA sera plus claire, la SEC pourrait suivre avec sa propre enquête, a déclaré Peter Haveles, un avocat expérimenté en matière de valeurs mobilières au cabinet juridique McDermott Will & Emery. "Il y a beaucoup de questions ouvertes en ce moment parce que la nature et l'étendue de l'enquête de la FAA sur la définition des problèmes et le moment où ils ont été découverts sont inconnus", a-t-il déclaré. "Il y a certainement des risques pour Virgin Galactic en fonction de la façon dont l'enquête de la FAA se déroule."

La SEC n'a pas répondu aux questions d'Insider concernant ce que Virgin Galactic aurait dû divulguer avant de vendre des actions.

Virgin Galactic devant la justice ?

L'offre d'actions n'était pas la première pour Virgin Galactic, qui est entrée en Bourse par le biais d'une société d'acquisition à vocation spéciale en octobre 2019. La société a levé plus de 400 millions de dollars (environ 338 millions d'euros) en vendant des actions en août 2020. Richard Branson a également l'habitude de se débarrasser des actions de Virgin Galactic : il a réalisé une vente de 500 millions de dollars (environ 422 millions d'euros) en mai 2020 et une vente de 150 millions de dollars (environ 127 millions d'euros) en avril.

"Les enquêtes de la FAA sont longues, fastidieuses et imprévisibles, donc ces faits pourraient affaiblir toute réclamation en ce qui concerne la matérialité", a déclaré Stephen Diamond. "Mais je prévois certainement une action en justice."

Cet article d'Alexa St.John a d'abord été publié sur Insider Premium.

À lire aussi — L'essor du tourisme spatial pourrait soulever des questions d'ordre éthique

Découvrir plus d'articles sur :