Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Virgin Galactic conclut un accord avec la NASA pour aider à former des astronautes

Virgin Galactic conclut un accord avec la NASA pour aider à former des astronautes
Virgin Galactic © Virgin Galactic

La compagnie du milliardaire Richard Branson, qui a pour but de développer le tourisme spatiale, a franchit un nouveau cap, ce lundi 22 juin. En effet, l'action de Virgin Galactic a augmenté de 20 % après que la société a annoncé avoir passé un accord avec la NASA pour former des astronautes, en prévision de missions vers la Station spatiale internationale (ISS). Selon un communiqué de presse, ce contrat permet à Virgin de développer un "nouveau programme privé de préparation des astronautes orbitaux" afin de sélectionner des astronautes potentiels, de les former et, à terme, de les acheminer vers l'ISS.

"Nous sommes ravis de nous associer à la NASA dans le cadre de ce programme privé de vols en orbite, qui nous permettra non seulement d'utiliser notre plateforme de vol spatial, mais aussi d'offrir notre infrastructure de formation à la NASA et à d'autres agences", a déclaré George Whitesides, le DG de Virgin Galactic, dans un communiqué de presse. L’administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, a déclaré dans un tweet, que l’agence donnerait des détails supplémentaires dans la semaine.

Bien que Virgin Galactic n'ai pas encore fait voler son premier touriste spatial vers l'infini et au delà (soit à environ 97km au-dessus de la Terre), l'entreprise a déclaré qu'elle comptait investir dans des missions privées en orbite. Les voyages "pourraient aller d'expéditions privées de citoyens à des missions de recherche scientifique financées par le gouvernement". Ces vols pourraient s'effectuer avec SpaceX, qui vient de mettre deux astronautes de la NASA en orbite à environ 402 km au-dessus de la Terre.

Avant ces vols spatiaux, le système suborbital de Virgin Galactic, SpaceShipTwo, dont le prix s'élève à environ 250 000 dollars par vol, pourrait aider les astronautes privés à s'acclimater en vue d'une mission dans l'espace. Un vol de type "up and down" dans le SpaceShipTwo les acclimaterait aussi bien à un lancement à bord d'un véhicule propulsé par une fusée, qu'à l'expérience de quelques minutes d'apesanteur, ou encore à une descente et un atterrissage à grande vitesse.

La société a déjà fait voler cinq personnes au total lors de deux vols d'essai à bord de fusées, aller-retour, aux confins de l'espace. Avant la pandémie, la compagnie prévoyait de faire voler son fondateur, Sir Richard Branson, cet été. Il y a également une liste de 600 passagers, qui ont payé entre 200 000 et 250 000 dollars chacun pour voler à bord d'une fusée, au-dessus de la Terre, pour voir l'obscurité de l'espace et la courbure de la planète, et vivre quelques minutes d'apesanteur, entre autres aspects d'un vol spatial suborbital. Mais jusqu'à présent, Virgin n'a franchi que quelques-unes des 29 étapes de validation de la FAA (la Federal Aviation Administration, une agence gouvernementale américaine chargée des réglementations et des contrôles concernant l'aviation civile) avant de pouvoir lancer ses clients.

"Les mots 'beaucoup d'entreprises ont essayé' sonnent comme une douce mélodie à mes oreilles", a déclaré George Whitesides à Business Insider US, lors d'une interview en juin dernier. "Les gens disaient qu'on ne pouvait pas construire une entreprise de vols spatiaux habités. Les gens disaient qu'on ne pouvait pas l'introduire en Bourse".

Version originale : Graham Rapier / Business Insider US. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.

A lire aussi : La NASA a choisi le premier rover américain qui atterrira sur la Lune en 48 ans et il s'agit d'un robot chasseur de glace

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :