Le groupe de médias Vivendi est en tête des hausses du CAC40 aujourd'hui à la Bourse de Paris.

Son action grimpe de plus de 2,5% à 12h après la conclusion d'un accord avec le groupe Bolloré visant à racheter sa participation d'environ 60% dans le groupe publicitaire Havas (+0,48%), au prix inchangé de 9,25 euros par action.

Le groupe Bolloré gagne 0,59% à 4,074 euros et Havas 0,37% à 9,16 euros.

Vivendi grimpe en Bourse après son accord avec Bolloré pour le rachat du groupe de communication Havas

Capture écran action Vivendi. Investing.com

La signature de cet accord intervient moins d'un mois après l'annonce d'une offre du groupe de médias, contrôlé par le milliardaire Vincent Bolloré, valorisant les parts de ce dernier dans le sixième groupe publicitaire mondial à 2,36 milliards d'euros.

L'opération, qui a reçu un avis positif des instances du personnel d'Havas, Vivendi et Bolloré, doit encore recevoir le feu vert des autorités de concurrence.

Mais dans le secteur de la communication et des médias, autant chez les concurrents que chez les annonceurs, ce rachat est controversé, réveillant des craintes de conflits d'intérêts.

Vivendi est présent dans la télévision (Groupe Canal+), le cinéma (Studio Canal), la musique (Universal), le numérique (Dailymotion) et les jeux vidéo sur mobile (Gameloft).

Avec Havas, Vivendi contrôlerait donc toute la chaîne de valeur, de la distribution de contenus à leur création en passant par la maîtrise des données.

"Cette acquisition marque une étape majeure dans notre volonté de construire un leader mondial des contenus, des médias et de la communication. Il confère à notre groupe une place unique et représente un atout majeur dans un environnement marqué par une convergence toujours plus forte entre contenus, distribution et communication", commente le président du directoire de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine, dans un communiqué.

Vivendi a réaffirmé qu'il prévoyait de lancer une offre publique d'achat simplifiée sur le solde du capital d'Havas.

C'est une étape supplémentaire dans la constitution d'un empire familial dans les médias et la communication. Vincent Bolloré a dit qu'il voyait bien son fils Yannick lui succéder à la tête de Vivendi, un gage de réussite financière pour les actionnaires, selon le Breton.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il y a une raison pour laquelle le rachat controversé d'Havas par Vivendi ne pourrait pas avoir lieu en Belgique

VIDEO: Ces étonnants projets de gratte-ciels sont en bois