Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Vivendi prend un gadin en Bourse après la perte de 500.000 abonnés Canal+ en France

Vivendi prend un gadin en Bourse après la perte de 500.000 abonnés Canal+ en France
© com

Le titre Vivendi a chuté de près de 6 % vendredi matin à la Bourse de Paris par rapport au cours de clôture la veille, le groupe de médias ayant publié des résultats 2016 grevés par les difficultés de sa filiale de télévision Canal+ en France.

A 10h30, l'action Vivendi avait reculé de -5,92 % à 15,99 euros, accusant le plus fort repli du CAC 40 (-0,56%).

com

Les résultats pour 2016 sont "décevants", observent les analystes de Barclays. Le résultat opérationnel ajusté (Ebita) est ressorti en dessous des attentes du marché, en baisse de 21,5%, à 724 millions d'euros.

Pour 2017, Vivendi prévoit un chiffre d'affaires en hausse de plus de 5% et un Ebita en progression d'environ 25%. "L'absence de prévisions par division est frustrante", regrettent les analystes de Société générale.

L'an dernier, Canal+ France a perdu près d'un demi-million d'abonnés (492.000) et accusé des pertes de 400 millions d'euros. Vivendi a toutefois indiqué avoir connu une forte amélioration des performances de sa filiale en toute fin d'année grâce à la refonte des offres commerciales.

"Avec peu de détails sur les premiers résultats du nouveau modèle commercial de Canal+, la visibilité sur les perspectives reste faible", jugent les analystes de Jefferies dans une note.

La prévision d'Ebita pour 2017 suggère un résultat de 900 millions d'euros, là où le consensus mise sur un Ebita compris entre 900 millions et un milliard d'euros, notent pour leur part les analystes d'UBS.

"Par conséquent, nous n'attendons pas d'amélioration du consensus sur l'Ebita", ce qui devrait freiner le sentiment de marché sur Vivendi, indiquent-ils.

Par ailleurs, une source informée a indiqué vendredi que le parquet de Milan avait ouvert une enquête sur Vincent Bolloré, président du conseil de surveillance de Vivendi, pour des soupçons de manipulation de marché après la montée du groupe français au capital de l'italien Mediaset.

Découvrir plus d'articles sur :