Le président russe Vladimir Poutine à son QG de campagne, le 18 mars 2018. Reuters/Sergei Chirkov

Président de la Russie n'est pas le seul titre de Vladimir Poutine.

Jeff Bezos, Bill Gates et Warren Buffett peuvent aller se rhabiller. Si le PDG d’Amazon, le fondateur de Microsoft et l’investisseur-philanthrope représentent les trois plus grandes fortunes mondiales, selon le classement Forbes (référence en la matière), avec des patrimoines respectifs estimés à 112, 90 et 84 milliards de dollars, ils seraient en réalité nettement distancés par une personnalité inattendue.

Il s'agit de Vladimir Poutine, qui vient d'être réélu à la tête de la Russie.

Officiellement, le patrimoine et les revenus de l'homme fort du pays n'ont pourtant rien de flamboyant, puisqu'il déclare ne posséder qu'un modeste appartement à Moscou et quelques voitures, et ne toucher qu'un salaire annuel de 133.000 dollars. Pourtant, en 2012, l'ex-député Boris Nemtsov affirmait dans un rapport que le président menait un extraordinaire train de vie. Il aurait alors notamment possédé pas moins de 20 luxueuses maisons et palaces, 15 hélicoptères, 43 jets privés, une flotte de yachts et une collection de montres (un patrimoine dont la fiabilité est toutefois difficile à vérifier). Il faut dire que selon Bill Browder, PDG de la société de gestion d'actifs Hermitage Capital Management, Vladimir Poutine aurait amassé à ce jour une fortune de… 200 milliards de dollars!

>> A lire aussi - Les 5 raisons du redressement de la Russie et comment en profiter

L'homme d'affaires américano-britannique a fait cette révélation lors de son témoignage au Sénat américain en juillet dernier dans le cadre de l'affaire sur les soupçons d'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016 outre-Atlantique. Pendant les années 90, dans le chaos post-soviétique, il était un important investisseur étranger en Russie et détenait notamment des parts dans le géant gazier Gazprom et d'autres entreprises contrôlées l'Etat. Et on lui attribue une bonne connaissance des affaires liées à Vladimir Poutine, avec qui il a un temps collaboré, avant d'être considéré comme une menace pour la sécurité nationale et forcé de quitter le pays.

>> Notre service - Testez notre comparateur de Comptes-Titres pour passer vos ordres de Bourse au coût le plus bas

Selon l'homme d'af­faires, cité par News­week, Vladimir Poutine aurait mis en place un vaste système de corrup­tion après l'ar­res­ta­tion et l'emprisonnement en 2003 du magnat Mikhail Khodor­kovsky, très critique du pouvoir, et qui était alors l'homme le plus riche de Russie. Le président russe aurait alors exercé sur les autres oligarques du pays un chantage, en les contraignant à lui céder personnellement des parts dans les grandes entreprises du pays s'ils ne voulaient pas connaître le même sort que Mikhail Khodor­kovsky. D'après Bill Browder, interviewé en 2015 par CNN, l'argent de Vladimir Poutine dormirait "dans l'immobilier, dans des comptes bancaires en Suisse, dans des actions ou des hedge funds, gérés pour son compte et celui de ses copains"...

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les trolls russes auraient été obligés de regarder la série 'House of Cards' pour 'comprendre les problèmes des Etats-Unis'

VIDEO: Pour commander un cocktail dans ce bar vous devez déchiffrez des codes comme un espion pendant la guerre