Voici 14 faits peu connus sur les débuts d'Amazon, qui ne devait pas s'appeler comme ça

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici 14 faits peu connus sur les débuts d'Amazon, qui ne devait pas s'appeler comme ça
Le fondateur et PDG d'Amazon, Jeff Bezos. © Chip Somodevilla/Getty

Lorsque Amazon a été lancé le 16 juillet 1995 comme une simple librairie en ligne, son fondateur Jeff Bezos avait une vision de la croissance explosive de la société et de sa domination sur le commerce électronique. Il savait dès le début qu'il voulait qu'Amazon soit "un magasin de tout".

Récemment, Jeff Bezos a annoncé qu'il quittait son poste de DG après 26 ans et des dizaines de milliards de dollars de gains. Dans son livre de 2013 sur les origines d'Amazon, l'auteur Brad Stone brosse un tableau des débuts de l'entreprise et de la façon dont elle est devenue le mastodonte qu'elle est aujourd'hui.

À lire aussi — Les 12 meilleures comédies à voir sur Amazon Prime Video

'Amazon' n'était pas le nom d'origine de l'entreprise

Amazon / Villages Web Design

Jeff Bezos voulait à l'origine donner à la société le nom à consonance magique de "Cadabra".

Le premier avocat d'Amazon, Todd Tarbert, l'a convaincu que le nom ressemblait trop à "cadavre", surtout au téléphone. (Jeff Bezos a également favorisé le nom "Relentless". Si vous visitez Relentless.com aujourd'hui, vous êtes redirigé vers Amazon).

Il a finalement choisi "Amazon" parce qu'il aimait que la société porte le nom du plus grand fleuve du monde, d'où le logo originel de la société.

Aux débuts d'Amazon, une cloche sonnait dans le bureau chaque fois que quelqu'un faisait un achat et tout le monde se rassemblait pour voir s'il connaissait le client

Matt Weinberger/Business Insider

Il n'a fallu que quelques semaines avant que la cloche ne sonne si fréquemment qu'ils ont dû l'éteindre. Dès le premier mois de son lancement, Amazon avait déjà vendu des livres à travers les 50 États américains et dans 45 pays différents.

À lire aussi — Le réseau social Parler est de nouveau en ligne après avoir été banni par Apple, Google et Amazon

Un livre sur les lichens a sauvé Amazon de la faillite

Du lichen dans l'État américain du Connecticut. AP Photo/Jessica Hill

Les distributeurs de livres exigeaient des détaillants comme Amazon qu'ils commandent 10 livres à la fois, et Amazon n'avait pas encore besoin d'un stock aussi important (ou n'avait pas autant d'argent).

L'équipe a donc découvert une faille : ils commandaient un livre dont ils avaient besoin, et neuf exemplaires d'un obscur livre sur le lichen, qui était toujours en rupture de stock.

Amazon a débuté dans le garage de Jeff Bezos. À ses débuts, l'entrepreneur tenait ses réunions dans une librairie Barnes & Noble

Une femme regarde la vitrine d'un magasin Barnes & Noble à New York. Thomson Reuters

Aux balbutiements d'Amazon, les serveurs utilisés par la société nécessitaient tellement de puissance que Jeff Bezos et sa femme ne pouvaient pas faire fonctionner un sèche-cheveux ou un aspirateur dans la maison sans faire sauter un fusible.

Jeff Bezos s'attendait à ce que ses employés travaillent au moins 60 heures par semaine. L'idée de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée n'existait pas

Eliza Relman/Insider

Un des premiers employés a travaillé si inlassablement pendant huit mois — faisant l'aller-retour entre le travail à vélo très tôt le matin et très tard le soir — qu'il a complètement oublié le break bleu qu'il avait garé près de son appartement.

Il n'a jamais eu le temps de lire son courrier, et quand il l'a finalement fait, il a trouvé une poignée de contraventions de stationnement, un avis de remorquage de sa voiture, quelques avertissements de la société de remorquage et un message final indiquant que sa voiture avait été vendue aux enchères.

À lire aussi — Comment Amazon va changer son offre alimentaire et s'associer avec Monoprix

C'est en 1998 qu'Amazon a connu sa première période de Noël intense

Voici à quoi ressemble un entrepôt Amazon de nos jours. Shutterstock

L'entreprise manquait cruellement de personnel. Chaque employé devait prendre un service harassant dans les centres de distribution pour répondre aux commandes. Ils amenaient leurs amis et leur famille et dormaient souvent dans leur voiture avant d'aller travailler le lendemain.

Après cela, Amazon a juré qu'elle ne manquerait plus jamais de main-d'œuvre pour répondre à la demande durant les fêtes, ce qui explique pourquoi Amazon embauche tant de travailleurs saisonniers aujourd'hui.

Lorsqu'eBay est entré en scène, Amazon a tenté de lancer son propre site de vente aux enchères pour faire face à la concurrence

Le squelette de l'ours des cavernes dans le hall du QG d'Amazon.  Business Insider

L'idée a échoué, mais Jeff Bezos lui-même l'a aimée. Il a acheté le squelette d'un ours des cavernes de l'ère glaciaire pour 40 000 dollars (33 000 euros) et l'a exposé dans le hall du siège de la société. À côté, il y avait une pancarte qui disait "S'il vous plaît, ne nourrissez pas l'ours". Il est toujours présent aujourd'hui.

Jeff Bezos aimait travailler très vite, ce qui créait souvent le chaos, surtout dans les centres de distribution d'Amazon

Ted S. Warren/AP

Amazon a souffert de graves problèmes de croissance à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Les installations étaient fermées pendant des heures à cause de pannes généralisées, des piles de produits restaient ignorées des employés et il n'y avait aucune préparation pour de nouvelles catégories de produits.

Lorsque la catégorie cuisine a été introduite, les couteaux sans emballage de protection arrivaient à plein vitesse sur le tapis roulant. C'était extrêmement dangereux.

À lire aussi — Amazon devrait recruter 3 000 personnes en CDI en France cette année

Début 2002, Jeff Bezos a introduit le concept des réunions à 'deux pizzas'

REUTERS/Mark Makela

Les employés devaient être organisés en groupes de moins de dix personnes — le nombre parfait pour être satisfait par deux pizzas au dîner — et devaient travailler de manière autonome. Les équipes devaient se fixer des objectifs stricts, avec des équations pour mesurer leur succès. Ces équations étaient appelées "fonctions de remise en forme", et c'est en suivant ces objectifs que Jeff Bezos gérait ses équipes.

"La communication est un signe de dysfonctionnement", selon le milliardaire. "Cela signifie que les gens ne travaillent pas ensemble de manière étroite et organique. Nous devrions essayer de trouver un moyen pour que les équipes communiquent moins entre elles, et non plus." Beaucoup d'employés détestaient les "réunions à deux pizzas", et surtout le stress des fonctions de remise en forme.

Les clients mécontents peuvent envoyer un courriel directement à Jeff Bezos, qui transmettra le message à la bonne personne, ajoutant un redoutable : '?'

Drew Angerer/Getty Images

"Lorsque les employés d'Amazon reçoivent un e-mail avec un point d'interrogation de Jeff Bezos, ils réagissent comme s'ils avaient découvert une bombe à retardement. Ils ont généralement quelques heures pour résoudre le problème signalé par le PDG et préparer une explication approfondie de la façon dont il s'est produit, une réponse qui sera examinée par une succession de managers avant que la réponse ne soit présentée au PDG. De telles escalades, comme on appelle ces e-mails, sont le moyen pour Jeff Bezos de s'assurer que la voix du client est constamment entendue au sein de l'entreprise", écrit Brad Stone dans son ouvrage.

Avant 'Street View' de Google, Amazon avait créé 'Block View'

L'une des premières voitures utilisés pour Google Maps. Fabrizio Bensch/Reuters

En 2004, Amazon a lancé un moteur de recherche, A9.com. L'équipe d'A9 a lancé un projet baptisé Block View, sorte de Pages jaunes visuelles, qui associerait des photographies de magasins et de restaurants au niveau de la rue avec leurs listes dans les résultats de recherche d'A9. Avec un budget de moins de 100 000 dollars (83 000 euros), Amazon a envoyé des photographes dans 20 grandes villes où ils ont loué des véhicules pour commencer à prendre des photos de restaurants.

Amazon a finalement abandonné Block View en 2006, et Google n'a lancé Street View qu'en 2007.

À lire aussi — Après Amazon, Jeff Bezos espère coloniser le système solaire avec sa société Blue Origin

Les employés d'Amazon ont été encouragés à faire des "cris primitifs" comme libération thérapeutique pendant la période de haute tension des fêtes de fin d'année

Dimension Films

Amazon embauche des travailleurs saisonniers, mais la période des fêtes est encore extrêmement stressante pour les équipes logistiques.

Au début des années 2000, Jeff Wilke, le directeur des opérations d'Amazon, laissait toute personne ou équipe ayant accompli un objectif important fermer les yeux, se pencher en arrière et lui crier au téléphone à pleins poumons. Jeff Wilke a confié à Brad Stone que certains des cris primaires ont presque fait sauter ses haut-parleurs.

Les centres de distribution d'Amazon ont eu des problèmes de conditions de travail depuis le début, et de nombreux travailleurs malheureux ont trouvé des moyens de se rebeller

Reuters

Un jour, un employé qui s'apprêtait à démissionner a sauté sur le tapis roulant du centre de traitement des commandes et a parcouru joyeusement toute l'installation.

L'une des histoires les plus folles, cependant, pourrait bien dater de 2006 et concerne un employé en intérim d'un centre de traitement des commandes du Kansas :

"Il se présentait au début de son service et partait à la fin de celui-ci, mais il n'a jamais enregistré d'heures entre les deux. Il a fallu au moins une semaine pour que quelqu'un découvre ce qui se passait : Il avait creusé un tunnel à l'intérieur d'une énorme pile de palettes en bois vides. Complètement hors de vue, il avait utilisé des produits Amazon pour faire un lit, arraché des images de livres pour tapisser ses murs de fortune, et volé de la nourriture pour grignoter. Lorsqu'il a été découvert, il a été (sans surprise) renvoyé".

À lire aussi — Amazon déploie des caméras pour surveiller ses livreurs '100% du temps'

'Fiona' était le nom de code d'origine du Kindle

Jeff Bezos tient le Kindle 2 lors de sa présentation, en 2009.  Mario Tama/Getty Images

Le Kindle tire son nom original d'un livre de Neal Stephenson intitulé "The Diamond Age". Il s'agit d'un roman qui se déroule dans le futur et qui raconte l'histoire d'un ingénieur qui vole un manuel interactif rare pour l'offrir à sa fille Fiona, avide de connaissances. L'équipe qui a travaillé sur les prototypes de Kindle a pensé à ce manuel fictif comme modèle pour le dispositif sur lequel ils travaillaient.

L'équipe a finalement supplié Jeff Bezos de conserver le nom de Fiona, mais il a opté pour une autre suggestion, Kindle, parce qu'elle lui évoquait l'idée d'allumer un feu.

Jeff Bezos était un patron exigeant et pouvait exploser devant les employés. La rumeur dit qu'il a engagé un coach en leadership pour l'aider à se calmer

Mike Segar/Reuters

Jeff Bezos était connu pour ses réponses explosives ou sarcastiques aux employés s'il n'était pas satisfait de ce qu'ils lui rapportaient. On dit qu'il avait engagé un coach en leadership pour essayer de contrôler ses évaluations sévères.

Voici un extrait du livre de Brad Stone :

"Au cours d'une réunion mémorable, Jeff Bezos a réprimandé [Diane] Lye et ses collègues à sa manière habituelle, dévastatrice, en leur disant qu'ils étaient stupides et qu'ils devraient "revenir dans une semaine quand vous aurez compris ce que vous faites". Puis il a fait quelques pas, s'est figé au milieu de la pièce comme si quelque chose lui était soudainement venu à l'esprit, a tourné ses talons et a ajouté : "Mais bon travail tout le monde".

Version originale : Avery Hartmans/Insider

À lire aussi — Market place, cloud gaming, Amazon Prime... il n'y a pas que le e-commerce qui rapporte à Amazon

Découvrir plus d'articles sur :