Publicité

Voici 15 cryptomonnaies peu connues à acheter selon la Bank of America

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

La Bank of America estime que certaines cryptomonnaies vont connaître un regain d'intérêt. © Omar Marques/ Getty Images
Publicité

La Bank of America considère désormais le secteur des cryptomonnaies comme trop important pour être ignoré. "Nous pensons que les actifs numériques basés sur les cryptomonnaies pourraient former une classe d'actifs entièrement nouvelle", a confié Alkesh Shah, le responsable de la stratégie des cryptomonnaies et des actifs numériques de la banque.

"Le bitcoin est un élément important, avec une valeur de marché d'environ 900 milliards de dollars, mais l'écosystème des actifs numériques représente tellement plus", a-t-il ajouté. Le rapport d'Alkesh Shah a marqué le début de la couverture officielle du secteur par la Bank of America. L'établissement financier estime que chaque mois 221 millions d'utilisateurs échangent une cryptomonnaie ou utilisent une application basée sur la blockchain.

>> Investissez dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à la plateforme d'achat et de vente en ligne Coinhouse

Le financement en capital-risque lié aux actifs numériques a atteint 17 milliards de dollars (14,7 milliards d'euros) au premier semestre 2021, contre seulement 5,5 milliards de dollars (4,7 milliards d'euros) l'année dernière. De plus, les fusions et acquisitions ont bondi à 4,2 milliards de dollars (3,6 milliards d'euros), contre 940 millions de dollars (812 millions d’euros) en 2020.

La banque a présenté l'intérêt des développeurs comme une métrique potentielle pour mesurer si une pièce ou un jeton était sur ou sous-évalué. Selon des analystes, cela démontre la domination du réseau Ethereum et de son jeton natif, l'ether.

"Nous considérons le nombre de référentiels, ou de projets, sur une blockchain comme une indication de l'intérêt des développeurs et de la demande future pour un actif numérique natif de la blockchain", a détaillé Alkesh Shah. Avant d'ajouter : "Nous définissons l'ensemble des projets comme le nombre total de dépôts de code basés sur la blockchain." "Il y a plus de projets sur Ethereum actuellement en cours de développement que sur Polkadot, Cardano et XRP combinés", a-t-il encore expliqué.

Ethereum possède largement le plus de projets Bank of America

Insider vous énumère 15 altcoins peu connus que la banque a identifiés en utilisant ces mêmes critères. Pour être retenu, un jeton ne doit pas figurer parmi les 15 premières cryptomonnaies en termes de capitalisation boursière et ne doit pas être un stablecoin. La Bank of America définit un altcoin comme toute cryptomonnaie autre que le bitcoin.

À lire aussi — Une statue de Satoshi Nakamoto, mystérieux fondateur du bitcoin, a été dévoilée à Budapest

Voici les altcoins retenus par la banque

L'équipe d'Alkesh Shah a identifié 15 crypto potentiellement sous-évaluées, en fonction de leurs applications techniques et de l'intérêt des développeurs.

"Le nombre total de projets par blockchain fournit une mesure pour évaluer les effets de réseau", a déclaré le responsable. "En termes simples, un nombre important ou croissant de personnes impliquées dans le développement d'un réseau a tendance à inciter les futurs développeurs à le rejoindre, car ils peuvent profiter de ceux qui sont déjà dans le réseau."

Des jetons en dehors des principales cryptomonnaies ont du potentiel. Bank of America

Tezos a été le premier altcoin répertorié par la banque. Il fonctionne sur un réseau blockchain de preuve d'enjeu. Il est conçu pour les transactions de pair à pair et pour accueillir des contrats intelligents.

Ensuite, la Bank of America a intégré dans sa listé The Graph. Ce jeton fonctionne sur le langage de programmation GraphQL, et a été initialement développé par Facebook en 2015.

IOTA est une monnaie centralisée qui atteint un consensus sans utiliser de frais et est utilisée pour traiter les micro-transactions. Elle a fait l'objet de quelques critiques pour sa conception inhabituelle, mais elle est actuellement utilisée par près de 500 développeurs.

Le protocole NEAR est une plateforme open-source qui aspire à la neutralité climatique ; il s'est classé quatrième sur la liste des petites altcoins de la banque.

EOS est le jeton natif du réseau EOSIO, qui permet aux utilisateurs de créer des applications DeFi (finance décentralisée, ndlt) et dont la capitalisation boursière s'élève à un peu moins de 5 milliards de dollars (4,7 milliards d’euros).

À lire aussi — L'émission quotidienne d'ethers sur Ethereum est devenue pour la première fois négative

La banque a également retenu le jeton natif de Stellar, XLM, dont la valeur de marché actuelle est de 8 milliards de dollars (6,9 milliards d’euros). L'équipe d’Alkesh Shah a décrit Stellar comme "une solution de paiement avec des frais de transaction faibles et fixes".

La cryptomonnaie privée peu connue XMR, qui fonctionne sur la blockchain Monero, figure également sur la liste de la banque. Le Monero, appelé "privacy coin", accroît l'anonymat des utilisateurs, ce qui a suscité des inquiétudes quant à une éventuelle utilisation illicite.

Ethereum Classic, qui a été créé à la suite d'un hard fork d'Ethereum, a une valeur marchande d'un peu plus de 8 milliards de dollars (6,9 milliards d’euros). Alkesh Shah a déclaré que "l'ETC offre à ses détenteurs la possibilité de stocker et de transférer de la valeur, de payer des frais de gaz et, contrairement à l'ether, a un plafond d'approvisionnement" (nombre limité de jetons émis, ndlt).

La blockchain basée sur le cloud Filecoin, avec le jeton utilitaire FIL, a une valeur de marché similaire d'un peu moins de 8 milliards de dollars (6,9 milliards d’euros). Elle fonctionne en utilisant les algorithmes inhabituels de "Proof of Replication et Proof of Spacetime".

Neo figure également sur la liste de la Bank of America. Cette blockchain, qui traite les contrats intelligents entre autres applications, est actuellement en cours de mises à jour "N3", qui promettent sa "plus importante évolution" à ce jour.

Cosmos est l'un des altcoins les plus connus de la liste de la banque. Le trader en cryptomonnaies Michaël van de Poppe l'a récemment présentée comme le "prochain Solana". La blockchain Waves, qui permet de créer des applications, figure également sur la liste, tout comme la plateforme open-source DeFi Fantom.

À lire aussi — La crypto Shiba Inu a bondi de 30% après un tweet d’Elon Musk

La plateforme de partage de contenus et de divertissement Tron, qui a une valeur marchande de près de 6,5 milliards de dollars (5,6 milliards d’euros), a également été citée par l'équipe d’Alkesh Shah. Son jeton natif, TRX, permet aux détenteurs de payer des services de streaming sur la plateforme.

Enfin, Bank of America a sélectionné le jeton utilitaire natif d'Internet Computer, ICP, dont la valeur marchande s'élève à 10 milliards de dollars. Ses détenteurs peuvent recevoir des récompenses pour l'exploitation de centres de données et pour le vote de propositions de gouvernance.

La banque a conclu que ces 15 altcoins font partie d'un groupe en expansion qui réduit la domination du bitcoin. La valeur marchande du bitcoin représentait 97% de l'univers cryptographique en novembre 2013, mais ce chiffre est désormais tombé à moins de 45%.

"Vous avez probablement entendu parler du bitcoin et de l'ether et peut-être de plusieurs autres crypto, mais il y a en fait plus de 11 500 altcoins en circulation", a expliqué Alkesh Shah. "Au fur et à mesure que l'économie des actifs numériques se développe, la part de marché des altcoins augmente de manière significative."

"En fait, il y a maintenant environ 100 cryptomonnaies évaluées à plus d'un milliard de dollars (865 millions d'euros), ce que nous considérons comme le signe d'un écosystème en expansion", a-t-il conclu.

Version originale : George Glover / Insider

À lire aussi — Les milliardaires sont plus riches mais aussi plus radins que jamais

Découvrir plus d'articles sur :