Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici 3 façons de recycler vos cheveux

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici 3 façons de recycler vos cheveux
© averie woodard/Unsplash

4 000 tonnes de cheveux seraient jetés à la poubelle chaque année en France. Et pourtant, nos toisons sont recyclables de multiples façons. De nombreux Français l'ont appris quand un tanker japonais a fait naufrage au large de l'Ile Maurice, fin juillet, déversant 3 200 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel dans l'océan indien. Plusieurs appels aux dons de cheveux ont alors envahi la Toile ; les Mauriciens s'en servaient pour confectionner des boudins filtrant, limitant la progression de la marée noire. Et là n'est pas le seul bienfait du recyclage de nos crinières.

Donner une seconde vie à nos chevelures permet de réduire les déchets, dont le traitement est très polluant. Et, par la même occasion, de cesser d'estropier les pigeons des villes : les cheveux s'emmêlent autour des pattes des volatiles qui fouillent nos ordures à la recherche de nourriture, et leurs membres nécrosent puis tombent faute l'afflux sanguin. La structure de nos cheveux en fait aussi d'excellents pièges pour les hydrocarbures, et des filtres anti-pollution — aussi appelés "hairbooms" — efficaces sont assemblés à partir de nos tignasses. La kératine qui les compose sert également à la fabrication de cosmétiques et de produits cicatrisants. Ils sont bien sûr utilisés pour confectionner des perruques. Voici trois initiatives françaises pour recycler vos cheveux :

L'association Coiffeurs Justes recycle les cheveux pour dépolluer les ports depuis 2015

Thierry Gras, Fondateur & Président de Coiffeurs Justes !

Posted by Coiffeurs Justes on Tuesday, August 11, 2020

"Grâce à ses propriétés lipophiles, le cheveu est capable de fixer les hydrocarbures à sa surface", explique Thierry Gras à Sciences et Avenir. Ce coiffeur varois, fondateur de l'association Coiffeurs Justes, a eu l'idée de ces boudins de cheveux dépolluants. 1 kg de cheveux peut en effet absorber entre 6 et 8 litres d’hydrocarbures.

La couche externe du cheveu ou cuticule, constituée de cellules en forme d’écailles superposées, est redoutable pour piéger les hydrocarbures. En cas de naufrage d'un pétrolier, de gros boudins permettent de limiter les dégâts de la marée noire. Pour les assembler, rien de bien sorcier : quelques sous-vêtements font l'affaire. "On peut mettre jusqu’à 1 kg de cheveux dans un seul collant", affirme Thierry Gras. Mieux : ces boudins sont réutilisables. "Le filtre est lavable et on peut le réutiliser 6 à 10 fois", poursuit le coiffeur varois.

Une technique mise à contribution lors du naufrage du pétrolier Wakashio au large de l'île Maurice. En plus de renseigner les locaux, impatients de faire don de leur cheveux, sur la confection des boudins filtrants, l'association de Thierry Gras leur a fait parvenir 20 tonnes de cheveux.

A coté des marées noires, le site de Coiffeurs Justes indique que des expérimentations sont en cours dans certains ports du Var. L'eau des ports est en effet très polluée aux hydrocarbures qui fuient des bateaux en mouillage.

L'association compte à ce jour 3 093 salons de coiffure adhérents. L'adhésion coûte 25 euros par an. Les coiffeurs doivent également acheter des sacs de recyclage à un euro l'unité, d'une contenance de deux kg.

L'association SolidHair recycle les mèches de plus de 25 centimètres pour les vendre à des perruquiers et utilise les bénéfices pour offrir des prothèses capillaires aux personnes atteintes de cancer

L'association créée en 2015 ne recycle que les cheveux "naturels" — sans aucun traitement : pas de henné, de lissage ni de balayage — de plus de 25 centimètres. SolidHair a même établi un protocole, étape par étape, à suivre pour la coupe de vos cheveux. Vous pouvez ensuite envoyer vos mèches coupées par la poste ou les déposer dans un salon dépositaire. Vous pouvez aussi vous rendre directement dans un des salons partenaires qui connaissent la procédure. Certains d'entre eux proposent une réduction sur la coupe si vous faites don de vos cheveux.

Posted by Assoc Solidhair on Wednesday, August 26, 2020

L'argent collecté grâce à la vente de cheveux à des perruquiers est utilisé pour aider financièrement les personnes atteintes de cancer dans l'achat de prothèses capillaires. "L’aide de la sécurité sociale ne permet pas forcément d’obtenir la prothèse souhaitée", explique l'association sur son site. L'aide octroyée par SolidHair est plafonnée à 450 euros, sous conditions de revenus.

Contactée par Business Insider France, Carla Morri, la marraine de l'association, explique vouloir offrir "un peu plus de dignité" aux malades en difficulté financière, et insiste sur le fait que l'aide est disponible "pour toutes les personnes atteintes de cancer, quel qu'il soit." La vente de cheveux aux perruquiers ne suffit pas toujours à aider tous les malades qui font appel à l'association, qui se finance également grâce au mécénat. SolidHair fédère aujourd'hui plus de 1 000 salons autour de son projet. "Officieusement, on en a bien plus", révèle Carla Morri.

"On reçoit beaucoup de mèches inutilisables, invendables", regrette toutefois Carla Morri. Avant, faute de pouvoir les recycler, les cheveux étaient jetés. "Depuis un an et demi, on les envoie à Capillum (voir ci-dessous), qui les utilise pour dépolluer les ports", rapporte la marraine de l'association.

La startup clermontoise Capillum extrait la kératine des cheveux à des fins médicinales...

"Il est pourtant naturel de ne pas gaspiller l’eau chez soi, de réduire le plastique, de faire le tri sélectif des ordures ménagères… Alors pourquoi n’en serait-il pas pareil avec les cheveux coupés ?", interpelle le site internet de Capillum. C'est la question qu'ont dû se poser les deux fondateurs James Taylor et Clément Baldellou quand ils ont créé la startup clermontoise. Résultat : "10.000 kg de cheveux collectés, 2 000 000 de litres d’eau économisés, 700 salons dans une démarche d’adhésion", se targue l'entreprise dans un communiqué.

Capillum se démarque des autres associations de recyclage en valorisant le cheveu grâce à la kératine. Cet acide aminé qui compose nos toisons est en effet utilisé dans certains produits cosmétiques (pour les cheveux, bien souvent !). Plus intéressant : la kératine possède des vertus cicatrisantes, notamment bénéfiques aux grands brûlés. Après avoir extrait la kératine des cheveux, Capillum les vend à des laboratoires pharmaceutiques.

La startup propose aux coiffeurs de "devenir éco-responsables" en adhérant à la plateforme, et promet un retour bénéfique auprès de la clientèle soucieuse de l'environnement.

... et collecte également les cheveux pour en faire des filtres marins

"Ce qui est principalement utilisé aujourd'hui sur le marché de la dépollution des hydrocarbures, ce sont des boudins absorbants en polypropylène, issus de l'industrie pétrochimique. Ce n'est pas logique. Avec notre substitut naturel, nous allons pouvoir très vite proposer une alternative", se projetaient les fondateurs de Capillum, interrogés par Le Parisien en mai 2019. Comme Coiffeurs Justes, Capillum recycle des cheveux qui seront compactés dans un boudin filtrant : le "hairboom".

Les cheveux absorbent les hydrocarbures et sont un excellent dépolluant. Ils peuvent notamment être utilisés pour limiter les marées noires, comme récemment avec le naufrage, au sud-est de l’île Maurice, du vraquier japonais Wakashio. Comme Coiffeurs Justes, Capillum s'est alors immédiatement mis en ordre de bataille. "C’est une matière naturellement oléophile et hydrophobe. Elle arrive à capter les corps gras, du fait de la structure écaillée du cheveu. Les corps gras se calent entre les écailles et ça permet tout naturellement d’absorber les hydrocarbures sans absorber l’eau. C’est un véritable filtre naturel", peut-on lire dans l'appel aux dons publié par la startup clermontoise pour venir en aide aux Mauriciens.

Posted by Capillum on Friday, August 14, 2020

La catastrophe a élargi les objectifs de Capillum, qui va désormais constituer "des stocks d’urgence pour pouvoir faire face, de manière bénévole, à des désastres écologiques majeurs risquant de se produire dans le futur", expliquent les fondateurs dans un communiqué du 24 septembre. "Une partie des cheveux collectés chaque année seront ainsi stockés à cette fin de manière à pouvoir gagner en réactivité et en efficacité afin de préserver certains éco-systèmes ayant une biodiversité endémique".

Pour faciliter le transit des cheveux, la startup Clermontoise s'est associée à Urby, une filiale de La Poste spécialisée dans la logistique urbaine. "Les coiffeurs nous contactent, avec des sacs à disposition. Nos chauffeurs les récupèrent. Une fois arrivés dans les dépôts nous les pesons et ensuite nous les entreposons pour pouvoir les expédier ensuite", explique un responsable sur France 3.

Pour plus de solutions innovantes, consultez notre page spéciale.

Avec cet article, Business Insider France s'associe à l'opération "La France des solutions", lancée par l'association Reporters d'Espoirs. Une cinquantaine de médias se sont engagés à mettre en avant, le 12 octobre 2020, des initiatives qui contribuent à apporter des réponses à des problèmes économiques, sociaux et écologiques. Parce que l'actualité, ce ne sont pas que les trains qui arrivent en retard, mais ce sont aussi des hommes et femmes qui innovent chaque jour pour trouver des solutions.Vous pouvez aussi suivre l'émission web de l'événement à 21h sur le site de Reporters d'Espoirs pour partir "à la rencontre des acteurs de solutions durables, solidaires et innovantes" avec comme invité fil rouge le philosophe Frédéric Lenoir.

Reporters d'Espoirs