Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici 7 métiers très recherchés en cette période de crise


© RonaldCandonga/ Pixabay

La crise sanitaire et l'essor du télétravail ont un impact sur les recrutements des entreprises. Si les risques de faillites se sont multipliés, ainsi que les plans sociaux annonçant des licenciements massifs, des profils spécifiques restent très recherchés par les employeurs. Certains métiers ont gagné en importance, comme celui de trésorier, à l'heure où la gestion du cash est devenue l'un des grands enjeux des entreprises pour assurer leur survie.

Pour établir des contrats à distance et revoir certains modèles de production ou de vente — des entreprises ont dû s'adapter rapidement et passer du tout physique au e-commerce — les employeurs ont aussi des besoins dans les métiers juridiques. De même, la demande dans le domaine des ressources humaines s'est accrue avec le développement du télétravail, la multiplication des réunions extraordinaires du CSE (comité social et économique), la mise en place du chômage partiel ou encore la gestion des plans sociaux.

En outre, "de nouvelles compétences émergent fortement dans cette période d'incertitude économique, notamment la gestion du stress, un état d'esprit positif, l'intelligence émotionnelle… Ces 'soft skills' vont être de plus en plus prisées par les entreprises car celles-ci devront surmonter de nombreux obstacles et l'imprévisibilité d'une économie encore marquée par l’épidémie", estime Olivier Gélis, le directeur général de Robert Half en France.

A lire aussi — Les 3 conseils pour négocier une augmentation selon le patron Europe du cabinet de recrutement Robert Walters

Voici, selon cabinet de recrutement spécialisé dans la comptabilité, l'assistanat, la finance, le juridique, les ressources humaines et la technologie, les 7 métiers pour lesquels les entreprises recrutent le plus en ce moment (et le revenu médian que chacun confère) :

Directrice/directeur des ressources humaines — revenu médian de 90 000 € brut annuels

styles66/ Pixabay

La directrice ou le directeur des ressources humaines est essentiel pour soutenir et accompagner la transformation de l'entreprise, notamment dans un rapport au temps de travail en pleine mutation et dans un contexte de généralisation du télétravail.

Diplôme requis : il faut en général avoir un Bac +5 en ressources humaines en poche, ou bien être diplômé d'une école de commerce avec option RH. La maîtrise de l'anglais est très fréquemment exigée, au même titre que celle d'outils numériques.

Trésorier — 71 200 €

geralt/ Pixabay

Le trésorier recueille et analyse tous les documents liés à l'activité économique de l'entreprise (relevés de compte, opérations...), afin de réaliser un "reporting" mensuel ou hebdomadaire dans l'optique d'établir la trésorerie prévisionnelle. Il participe aussi à la détermination des besoins en financement et propose des solutions (prêts, investissements...).

Diplôme requis : le trésorier a généralement suivi un master en finance/trésorerie ou bien un parcours en école de commerce avec une spécialité en finance. Ce poste est la plupart du temps proposé à des candidats ayant au moins 3 à 5 ans d'expérience dans un département finance/trésorerie.

Sales executive (directeur des ventes) IT et SaaS — 90 000 €

Fotorech/ Pixabay

Le sales executive dans l'univers IT (technologies de l'information) et le SaaS (software as a service ou logiciel en tant que service) aide à développer le portefeuille de nouveaux clients en capitalisant sur ceux existants, via l'identification de secteurs et zones géographiques à fort potentiel, ainsi que d'interlocuteurs clés entrant dans le cycle de vente et de décision. Les entreprises peinent aujourd'hui à recruter ce type de profil, qualifié de "pénurique" par Robert Half.

Diplôme requis : il faut généralement être titulaire d'un Bac +5 en école de commerce ou en école d'ingénieur. Le double cursus est particulièrement apprécié, ainsi qu'une expérience dans la vente auprès de grands comptes. La maîtrise de l'anglais est souvent essentiel, les entreprises de solutions SaaS ayant souvent un maillage international.

Responsable comptable — entre 60 000 € et 70 000 €

StartupStockPhotos/ Pixabay

Le responsable comptable produit et supervise les états financiers d'une entreprise. Il est en charge d'une équipe et peut recourir à de multiples outils comptables. Il gère donc la bonne tenue des comptes et réalise un audit annuel.

Diplôme requis : un Bac +5 est généralement demandé, soit un diplôme supérieur de comptabilité et de gestion, soit un master comptabilité contrôle et audit (CCA). Il faut en outre trois à cinq ans d'expérience avant de de venir responsable dans le domaine de la comptabilité. La maîtrise de l'anglais est bien souvent exigée.

Contrôleur de gestion — entre 45 000 € et 56 000 €

RonaldCandonga/ Pixabay

Le rôle du contrôleur de gestion est de vérifier constamment les budgets de l'entreprise et de réaliser aussi les budgets prévisionnels. Il doit "créer des outils pertinents pour le suivi", précise Albane Prieto, directrice du recrutement permanent (en CDI) au sein du cabinet Robert Half. Il est en charge d'optimiser les entrées financières et peut avoir à gérer l'ensemble ou une ligne en particulier du compte de résultat, comme celle concernant le chiffre d'affaires ou la masse salariale. Il est bien souvent en contact avec tous les services de l'entreprise pour préconiser des améliorations.

Diplôme requis : le candidat doit être muni d'un Bac +5 en comptabilité contrôle et audit (CCA). La maîtrise de l'anglais est souvent exigée, surtout pour postuler dans une grande entreprise avec des filiales à l'étranger.

Faites le test — Êtes-vous leader ou suiveur ?

Product owner — entre 50 000 € et 56 000 €

Sebastiaan ter Burg/Flickr

Le product owner (PO) est responsable de la définition et de la conception d'un produit. "Il est chargé de mener à terme un projet en utilisant la méthode scrum", explique Albane Prieto. Il va réaliser des tests auprès des utilisateurs notamment, pour évaluer ce qui est le plus efficient. C'est une sorte de "guide" dans l'application du cadre méthodologique.

Diplôme requis : "c'est un métier plus récent, pour lequel le background scolaire est un peu plus flou" que pour d'autres professions, précise la directrice du recrutement permanent chez Robert Half France. Généralement, les candidats engagés disposent de deux à trois d'expérience et possèdent un Bac +5 obtenu en école de commerce, en école d'ingénieur ou en école spécialisée en informatique.

Directeur juridique — entre 90 000 € et 100 000 €

Pixnio

Le directeur juridique dirige le service juridique et défend les intérêts de la société pour laquelle il travaille. Il veille au respect de la législation ainsi que du règlement interne. Il a un rôle de conseil et peut peser fortement dans certaines décisions importantes pour le business de l'entreprise, en alertant par exemple sur d'éventuels risques juridiques.

Diplôme requis : il est généralement titulaire d'un Bac +5 en droit décroché à l'université. Beaucoup de directeurs juridiques sont spécialisés en droit des affaires.

À lire aussi — Les 10 secteurs qui offrent les meilleurs salaires aux cadres en France

Découvrir plus d'articles sur :