Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici à quel point les températures vont augmenter dans les cinq années à venir


Baignade dans le bassin du Trocadéro, à Paris (France), lors de la canicule de l'été 2019. © Francois LOCHON/Gamma-Rapho via Getty Images

L'Organisation météorologique mondiale (OMM), l'institution spécialisée des Nations unies, a publié ses prévisions sur la hausse des températures mondiales pour la période 2020-2024. Et sans surprise, il risque de faire encore plus chaud dans les cinq années à venir dans toutes les régions du globe, sauf dans certaines zones océaniques australes. Alors que la dernière période de cinq ans a été la plus chaude jamais enregistrée, celle qui suit le sera encore plus : les températures de 2020 à 2024 devraient très probablement se situer dans une fourchette de 0,91°C à 1,59°C au-dessus des niveaux préindustriels (1850 à 1900).

L'OMM a ajouté qu'il y avait 20% de chances que la hausse des températures dépasse de 1,5°C les niveaux moyens préindustriels pendant au moins une des cinq années à venir, et 70% de chances qu'au moins un mois soit plus chaud de 1,5°C que les niveaux préindustriels. Toutefois, il y a seulement 3% de chances que la période entière allant de 2020 à 2024 soit plus chaude de 1,5°C que ces niveaux de base.

"Cette étude montre — avec un haut niveau de compétence scientifique — l'énorme défi qui nous attend pour atteindre l'objectif de l'Accord de Paris sur le changement climatique, à savoir maintenir l'augmentation de la température mondiale au cours de ce siècle bien en-dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, et poursuivre les efforts pour limiter davantage l'augmentation de la température à 1,5°C", a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, dans un communiqué. L'Accord de Paris sur le climat de 2015 a comme objectif de contenir d'ici 2100 l'augmentation de la température mondiale "nettement en-dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels" et si possible à 1,5°C.

Le réchauffement de l'Arctique encore plus inquiétant

Voici les autres prévisions de l'OMM concernant les cinq années à venir :

  • il pourrait y avoir davantage de tempêtes en Europe occidentale, en raison de vents d'ouest plus forts dans la région de l'Atlantique du Nord,
  • les régions de haute altitude et le Sahel seront probablement plus humides par rapport à la période quinquennale précédente,
  • de nombreuses régions d'Amérique du Sud, d'Afrique australe et d'Australie seront probablement plus sèches que précédemment,
  • un léger changement de température serait probable dans les tropiques et les latitudes moyennes de l'hémisphère Sud,
  • enfin, le réchauffement de l'Arctique sera probablement plus de deux fois supérieur à la moyenne mondiale. Depuis plusieurs années, les températures moyennes dans l'Arctique ont atteint des records, entraînant une fonte des glaces accélérée, avec de graves conséquences sur les écosystèmes de la région.

L'institution des Nations unies a précisé que ses prévisions ne tenaient pas compte de l'évolution des émission de gaz à effet de serre et d'aérosols causée par la période de confinement due à l'épidémie du COVID-19. Pendant cette période, une grande partie de l'activité économique et industrielle était en arrêt notamment. "En raison de la très longue durée de vie du dioxyde de carbone dans l'atmosphère, l'impact de la baisse des émissions cette année ne devrait pas conduire à une réduction des concentrations atmosphériques de CO2 qui sont à l'origine de l'augmentation de la température mondiale", a estime Petteri Taalas.

A lire aussi — Ces photos prises depuis l'espace témoignent des conséquences du changement climatique

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :