Publicité

Voici à quoi pensent les tireurs d'élite américains avant d'appuyer sur la gâchette

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Un parachutiste de l'armée de terre pointe son arme lors d'un entraînement de tireur d'élite au champ de tir de Pocek à Postojna, en Slovénie. © US Army
Publicité

À quoi les tireurs d'élite pensent-ils avant d'appuyer sur la gâchette ? D'après des instructeurs de sniper actuels et anciens de l'armée américaine, qui se sont exprimés auprès d'Insider, des dizaines de considérations peuvent entrer en compte dans le tir d'un sniper, depuis le vent jusqu'au plan de fuite si les choses devaient soudainement déraper. Un tireur d'élite doit être capable d'effectuer un tir précis et efficace sur des cibles qui peuvent se déplacer à des distances bien supérieures à celles de l'infanterie régulière, qui est entraînée à tirer sur des cibles jusqu'à quelques centaines de mètres. Les tireurs d'élite sont entraînés pour tirer sur des objectifs pouvant se trouver à des milliers de mètres.

Pour tirer sur ces distances plus grandes, ce qui nécessite parfois de pousser une arme au-delà de ses limites, les tireurs d'élite doivent prendre en compte des éléments tels que la sélection et la priorité de la cible, sa taille, sa distance, le fait que la balle soit mortelle ou non à cette distance et, si la cible est en mouvement, sa vitesse et sa direction.

À lire aussi — Les 10 pays plus gros importateurs d'armes dans le monde

'Nous savons comment se comporte la balle'

Il y a aussi la balistique — tout ce qui affecte la trajectoire de vol de la balle et pourrait faire échouer le sniper. Une connaissance approfondie de la balistique est l'un des principaux facteurs de différenciation entre les snipers — des tireurs d'élite — et les autres troupes qui sont simplement de bons tireurs, selon un ancien instructeur.

"Nous savons comment se comporte une balle", affirme à Insider John Wayne Walding, un ancien béret vert de l'armée américaine devenu instructeur de tireurs d'élite des forces spéciales après avoir perdu une jambe en Afghanistan. "Un tireur d'élite a une éducation sur non seulement ce que fait la balle mais aussi pourquoi elle le fait. C'est ce qui nous différencie."

D'après lui, il existe une balistique interne et externe.

La balistique interne est tout ce qui se passe à l'intérieur du fusil et comprend des éléments tels que la taille et le poids de la balle, qui déterminent dans quelle mesure une balle sera affectée par les différents facteurs externes, et la torsion du canon, qui affecte la dérive de la balle à grande distance.

À lire aussi — Les 10 pays plus gros exportateurs d'armes dans le monde

La balistique externe est tout ce qui arrive à la balle une fois sortie du canon. Parmi les facteurs externes qui peuvent affecter la trajectoire de la balle, on trouve les facteurs atmosphériques tels que le vent, l'humidité, la température, la pression barométrique et la densité de l'air.

La vitesse et la direction du vent, qui peuvent changer soudainement et de manière inexplicable, sont particulièrement importantes car elles sont à l'origine de la plupart des tirs manqués, a expliqué à Insider le sergent Joshua Coulter, instructeur des tireurs d'élite des Marines américains.

Prendre en compte la courbure de la Terre

Les tireurs d'élite doivent connaître le vent non seulement à leur position, mais aussi à différents points de la trajectoire de la balle et de la cible. Pour obtenir une lecture du vent pour les points éloignés, le tireur d'élite recherche des indicateurs de vent improvisés comme des ordures, des vêtements sur une corde à linge, de la fumée, ou tout ce qui pourrait être affecté par le vent.

D'autres facteurs peuvent être pris en compte, comme la courbure et la rotation de la Terre, l'angle du tir si le tireur et la cible se trouvent à des altitudes différentes, et tout ce qui peut perturber le tir, comme une végétation plus dense, entre le sniper et la cible.

Les tireurs d'élite doivent prendre en compte la plupart, voire la totalité, de ces facteurs et les corriger avant de tirer pour atteindre une cible éloignée — en sachant que leur premier tir sera probablement leur meilleure chance de succès.

Il existe des outils électroniques que les tireurs d'élite peuvent utiliser pour simplifier le processus visant à déterminer des éléments tels que la portée, à recueillir des données atmosphériques et à générer une solution de tir. Les tireurs d'élite essaient de ne pas se fier à ces outils, mais s'ils les utilisent, ils vérifient les données.

À lire aussi — Les États-Unis conçoivent des armes cybernétiques ultra sophistiquées... qui se retournent contre eux

L'outil le plus important dont disposent les tireurs d'élite est la collecte de données sur les engagements précédents, qui contient des informations détaillées sur la façon dont le tireur d'élite, le fusil et la balle se sont comportés dans certaines conditions dans le monde réel, et non en simulation.

"Au bout du compte, la balle ne va pas vous mentir", précise le sergent de 1re classe Joshua Jones, instructeur de tireurs d'élite de l'armée américaine, à Insider.

"Nous n'avons vraiment pas besoin de beaucoup de technologie pour pouvoir opérer", poursuit-il expliquant que "compte tenu d'un système d'arme avec une optique et des données sur les engagements précédents, nous sommes assez efficaces pour faire notre travail en ce qui concerne l'engagement des cibles".

Un sniper de l'armée américaine durant une compétition. US Army

'C'est le moment où il faut tirer'

Le tireur d'élite doit également tenir compte des principes fondamentaux de l'adresse au tir, comme la position de tir, le contrôle de la gâchette et la respiration. Grâce à l'entraînement, beaucoup de ces éléments deviendront une seconde nature pour un sniper.

La plateforme de tir idéale est solide, stable et durable, et la position de tir idéale est couchée. Mais ce n'est pas toujours une option au combat, et les tireurs d'élite doivent donc être prêts à travailler avec ce qui est disponible, selon John Wayne Walding.

"Dans le monde réel, vous tirez au-dessus d'un Humvee, par la fenêtre, sur un toit, à genoux, debout, debout en mouvement", remarque-t-il. "Il y a tellement de techniques de tir alternatives que nous utilisons en raison des réalités du champ de bataille."

À lire aussi — Tank autonome, missile hypersonique, robot astronaute... 5 innovations portées par l'armée russe

Une position de tir correcte améliore la gestion du recul, en empêchant l'explosion qui force violemment la balle hors du fusil de perturber l'image de visée et de compliquer les tirs suivants.

Pour des raisons similaires, il est également important que les tireurs d'élite aient une bonne maîtrise de la gâchette, en appliquant une pression en douceur lors du tir, et qu'ils aient une respiration détendue et naturelle.

"Il faut respirer de la manière la plus naturelle possible", souligne Joshua Jones, expliquant que les tireurs d'élite attendent une "pause naturelle" dans leur respiration. "C'est le moment où il faut tirer", ajoute-t-il.

Les snipers doivent également tenir compte de considérations spécifiques à la mission, telles que le flash du canon, l'éblouissement de la lunette de visée si le tireur d'élite tire au soleil, et le souffle du canon qui peut souffler la végétation ou soulever la poussière. Tous ces éléments peuvent affecter la dissimulation et révéler la position d'un tireur.

À lire aussi — Voici quelques manières inhabituelles imaginées par les États-Unis pour utiliser l'arme atomique

La furtivité et la dissimulation, bien qu'il s'agisse de compétences cruciales pour les tireurs d'élite, ne sont pas nécessairement requises pour toutes les missions, mais lorsqu'elles le sont, les snipers doivent être préparés à la possibilité que leur position soit compromise par leur tir.

Il est essentiel que les tireurs en retrait disposent d'un plan d'évacuation, "d'un itinéraire d'évacuation tenable et de moyens de contingence et d'organismes d'appui-feu au cas où leur position serait compromise après le tir", détaille Joshua Coulter.

'Quelqu'un qui peut faire le travail'

"Il y a un million de choses à faire pour être tireur d'élite, et vous devez être bon dans tous les domaines", soulignait un tireur d'élite de l'armée américaine auprès d'Insider en 2019. Cela dit, en ce qui concerne le processus de tir, "tout le monde a sa check-list" qu'il passe en revue, explique Joshua Jones.

Et dans de nombreux cas, mais pas nécessairement en toutes circonstances, il y a également une planification avant la mission.

Selon le sergent Joshua Coulter, dans l'idéal, la "capacité d'un sniper à effectuer une analyse de la mission avant de s'y atteler ou de tirer lui permettra d'occuper une brève position avantageuse par rapport à l'ennemi, au terrain et aux conditions météorologiques du moment".

Ce faisant, ils augmentent "les chances de succès de la mission", ajoute-t-il.

À lire aussi — L'armée américaine teste une arme à micro-ondes pour contrer la menace des drones sur ses bases

Et avec la pratique vient l'expérience, ce qui réduit le temps nécessaire à l'exécution du processus. Un sniper entraîné peut tirer avec précision sur au moins 10 cibles en 10 minutes environ. C'est d'ailleurs l'objectif que les tireurs d'élite de l'armée doivent accomplir pour être diplômés du programme.

Pour les tirs de très longue portée, le processus de tir peut prendre davantage de temps, ainsi que des calculs. Un tireur d'élite du corps des Marines a déjà raconté à Insider un tir qu'il a effectué à l'entraînement et qui consistait à tirer une balle sur une cible située à 2 300 mètres. Il lui a fallu environ 20 à 25 minutes pour planifier le tir.

Bien que le tir soit une partie très importante du travail des tireurs d'élite, ce n'en est qu'une partie. Les tireurs d'élite recueillent également des renseignements et assurent la surveillance du champ de bataille. Ce rôle exige professionnalisme, fiabilité, capacité et maturité.

"Ce n'est pas parce que vous savez tirer que vous pouvez être un tireur d'élite", explique John Wayne Walding, ajoutant que "vous devez avoir quelqu'un qui peut faire le travail, et tous les tireurs d'élite ne le peuvent pas".

Version originale : Ryan Pickrell/Insider

À lire aussi — Voici comment l'armée américaine veut produire de l'eau à partir de l'air ambiant

Découvrir plus d'articles sur :