Publicité

Voici à quoi pourraient ressembler les spatioports si le tourisme spatial devenait réalité

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici à quoi pourraient ressembler les spatioports si le tourisme spatial devenait réalité
© Canaria, Dentsu, Noiz, Space Port Japan Association
Publicité

Les vols spatiaux commerciaux sont toujours en plein essor, malgré l'impact de la pandémie de Covid-19. Au niveau mondial, la valeur de l'industrie spatiale devrait plus que doubler d'ici 2030, pour atteindre environ 1 000 milliards de dollars, selon Bank of America. Des entreprises telles que Virgin Galactic, Blue Origin et SpaceX capitalisent sur ce marché, et cette dernière collabore avec Space Adventures pour envoyer un petit nombre de touristes dans l'espace dès 2021.

Lorsque les vols commerciaux dans l'espace se mettront enfin en route, les passagers pourraient partir des spatioports qui devraient ressembler un peu à ces designs. Ces sites seraient un nouveau type de hub de transport, combinant les voyages spatiaux avec des voitures autopropulsées, la recherche, le divertissement et l'architecture futuriste. Spaceport City n'est pas encore une réalité. C'est une proposition architecturale de l'Association Space Port Japan (SPJ), de la société de communication Dentsu, des designers de Canaria et des architectes de Noiz.

A lire aussi - SpaceX, Virgin Galactic... Voici ce que vous réserve le tourisme spatial dans les années à venir

Canaria, Dentsu, Noiz, Space Port Japan Association

Selon ces propositions, le site de Tokyo assurerait des services commerciaux de navette spatiale d'une durée de deux heures, emmenant les passagers à une distance d'environ 100 kilomètres dans l'espace avant leur retour sur Terre. Les navettes se lanceraient à partir d'une position horizontale, comme les avions traditionnels, plutôt que comme les fusées qui se lancent à la verticale.

Les voyageurs devraient se rendre à l'avance sur le site pour des contrôles physiques et un entraînement qui pourrait durer jusqu'à trois jours. Le personnel les récupèrerait le jour du départ dans une limousine dédiée et les emmènerait à bord de l'avion. Les amis et la famille pourraient ensuite regarder des images en direct dans le salon du port spatial.

Canaria, Dentsu, Noiz, Space Port Japan Association

Selon les concepteurs, la ville spatioportuaire servirait de base pour la recherche et les affaires liées à l'espace et comprendrait une école sur l'espace. Le site accueillerait des événements tels que des défilés de mode dans l'espace et des conférences internationales. Il comprendrait également un hôtel, un cinéma 4D, une piscine, un musée d'art, un gymnase, un aquarium et une discothèque. Un restaurant et une ferme vendraient également de la nourriture pour astronautes, notamment des insectes, des algues et des steacks à base de légumes.

Un grand toit recouvert de panneaux solaires cinétiques "planerait" au-dessus des bâtiments. Des patios, des jardins en plein air et même des terres agricoles pourraient être construits sur ce toit, selon les concepteurs.

Canaria, Dentsu, Noiz, Space Port Japan Association

Le complexe serait divisé en différentes zones, en fonction des exigences de sécurité afin d'équilibrer les besoins de sécurité des différentes fonctions du site, dont certaines sont reliées par des ponts aériens.

Le site serait dominé par deux grandes tours — une pour les départs et une pour les arrivées. Elles rendraient le port reconnaissable de loin, selon les concepteurs.

L'ensemble du bâtiment serait "un petit écosystème", dit l'équipe, avec son propre système de transport intelligent comprenant des voitures, des trains autonomes et des scooters électriques. Le site serait également relié aux réseaux de transport terrestres.

Canaria, Dentsu, Noiz, Space Port Japan Association

Le SPJ veut faire d'un port spatial dans le pays une réalité "dès que possible" pour développer l'industrie spatiale japonaise. Il espère qu'un port spatial au Japon sera opérationnel dans les dix prochaines années, a ajouté le SPJ, ce qui en ferait le premier port spatial en Asie. Pour y parvenir, l'association travaille avec plus de deux douzaines de sociétés, dont Mitsubishi, Airbus Japan et des compagnies aériennes japonaises.

"Les voyages spatiaux qui étaient autrefois fermés à un nombre limité d'êtres humains seront ouverts à tous", a déclaré le SPJ dans un communiqué.

Bien que Tokyo soit le lieu de prédilection du SPJ, une autre région du Japon est maintenant à l'avant-garde de la course à l'espace du pays. En avril, l'île de Kyushu, au sud du Japon, a été choisie par l'entreprise spatiale Orbit de Virgin comme l'un des cinq aéroports pour lancer ses petits satellites commerciaux en orbite. Virgin Orbit travaille avec ANA Holdings, propriétaire de la plus grande compagnie aérienne du Japon, et Spaceport Japan sur le projet de l'aéroport d'Oita, et l'entreprise a déclaré qu'elle pourrait lancer une mission spatiale depuis le Japon "dès 2022".

"Nous sommes impatients d'accueillir le premier spaceport à décollage et atterrissage horizontal au Japon", a déclaré Katsusada Hirose, gouverneur de la préfecture d'Oita. "Nous espérons favoriser un pôle d'industrie spatiale dans notre préfecture, à commencer par notre collaboration avec Virgin Orbit".

Version originale : Grace Dean/ Business Insider US

A lire aussi — La Nasa a découvert de la glace d'eau sur la Lune qui pourrait être exploitée pour un voyage vers Mars

Découvrir plus d'articles sur :