Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici à quoi ressemblait un vol dans les années 1970 avec Air France

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Bienvenue il y a 50 ans. © Photothèque Air France

Dans les années 1970, Air France, fondée en 1933, entre dans l'ère du transport de masse et de la démocratisation du voyage en avion. "Aux 'historiques' — businessmen, diplomates, expatriés fortunés — se joignent de nouvelles clientèles, portées sur le voyage plaisir", explique la compagnie. C'est notamment l'arrivée du Boeing 747 en 1970, puis de l'A300 d'Airbus en 1972, qui vont lui permettre à la fois de transporter davantage de passagers, mais aussi d'accentuer son rayonnement à l'international.

Les années 1970, ce sont également la mise en service du célèbre Concorde, en 1976, et l'ouverture de l'aéroport Paris Charles de Gaulle à Roissy en 1974. Mais c'est aussi une période de crise économique mondiale en raison des chocs pétroliers de 1973 et 1979, et la hausse des prix du carburant viendra quelque peu tempérer l'insouciance et la croissance du début de la décennie.

À lire aussi — Ces photos montrent comment les vols en première classe ont évolué au cours des 70 dernières années

D'Orly à Roissy, en 747 ou en Concorde, embarquez dans les années 1970 avec Air France.

D'Orly à Roissy

L'histoire d'Orly avec les avions remonte à 1918, lorsque les premiers aéronefs se posent en bordure du village éponyme. Air France y transfère l'ensemble de son activité en 1952 et quitte alors le site historique du Bourget. Seulement, le trafic double tous les ans depuis 1950 et Orly va rapidement se retrouver saturé. L'aérogare Orly-Ouest est inaugurée en 1971. L'aéroport Paris Charles de Gaulle est quant à lui inauguré en 1974, il sera surnommé le "camembert" en raison de sa forme arrondie.

L'accès aux avions à l'aéroport d'Orly. Collection Musée Air France

Le monde n'est plus qu'à un vol de distance

Transporter davantage de passagers, développer le voyage de tourisme... Air France lance le transport de masse avec l'arrivée du 747, le "jumbo jet" de Boeing. En 1970, la compagnie opère 61 escales dans 45 pays en long-courrier et 57 escales en moyen-courrier.

La foule devant le panneau des départs d'Orly. Richard PHELPS/Gamma-Rapho via Getty Images

Un ticket pour voyager aux quatre coins du monde

Bien avant l'invention du QR Code, les passagers avaient en main un billet papier, muni d'un rabat, aux couleurs de la compagnie qui allait les transporter. On pouvait également acheter son billet au dernier moment, dans les agences Air France présentes dans tous les terminaux et aéroports de toutes les escales desservies par la compagnie.

L'ancêtre du QR code, un billet papier. Collection Musée Air France

Tous en terrasse !

En avance pour votre vol à Orly ? Direction le dernier étage de l'ancien terminal Sud, sur les traces de Gilbert Bécaud, qui chantait en 1963 : "Je m'en vais l'dimanche à Orly, sur l'aéroport, on voit s'envoler des avions pour tous les pays. Pour l'après-midi... j'ai de quoi rêver". Une terrasse panoramique permettait de voir décoller et atterrir les avions, un spectacle à peu de frais et une activité à laquelle se sont adonnées plusieurs millions de personnes. Un parfum d'évasion, alors que les vols touristiques n'étaient pas aussi développés qu'aujourd'hui. La terrasse fut fermée en 1975 suite à deux attentats manqués (contre des avions de la compagnie El Al), mais finit par rouvrir en 2004 — avec vitres et filets, pour des raisons de sécurité.

La terrasse d'Orly, haut lieu de tourisme. Collection Musée Air France

Trois hommes et un cockpit

Signe de l'essor des vols, l'effectif des pilotes Air France passe de 1 788 en 1971 à 1 974 en 1975. C'est d'ailleurs en 1975 que la première femme pilote d'Air France prend les commandes d'un avion de ligne. Dans les années 1970, les avions se pilotaient encore à trois — commandant de bord, co-pilote, mécanicien navigant. "La mécanique complexe des machines avait encore besoin d'un horloger", raconte un spécialiste. Le passage des équipages à deux personnes a lieu en 1993.

Tablettes et informatique ont progressivement remplacé le papier et le crayon dans le cockpit. Collection Air France

De l'uniforme militaire aux grands couturiers

Les premiers "stewards" sont embauchés par Air France en 1938, ils assurent à la fois le service à bord mais veillent aussi à la sécurité des passagers. Leur uniforme est inspiré de celui des wagons-lits. Air France engage ses premières hôtesses de l'air début 1946. Celles et ceux qui font partie du "personnel navigant commercial " (PNC) représentent un peu plus de 2 000 personnes en 1971 (ils seront près de 3 300 quatre ans plus tard) et leurs uniformes d'inspiration militaire sont peu à peu remplacés par des modèles conçus par de grands couturiers — Dior est sollicité en 1962, puis Balenciaga à la fin des années 1960. Pour l'arrivée du Concorde, Air France fait même appel à Jean Patou, qui imaginera un uniforme uniquement porté à bord de l'avion supersonique.

Une hôtesse de l'air en uniforme "Concorde". Collection Air France

Un cinéma au 7e ciel

Le cinéma — et la musique — embarquent dans les Boeing 707 dès 1966. Les avions seront spécialement équipés pour projeter des films : deux écrans de projection sont logés dans le plafond de la cabine et les passagers disposent d'écouteurs, payants en classe économique, pour pouvoir profiter de la version originale ou de la version française.

L'offre de divertissement à bord a bien évolué au fin des années. Collection Air France

La gastronomie s'invite à bord

Les débuts de la restauration à bord sont synonymes de sandwichs, "aux passagers que les turbulences ne perturbent pas", raconte Air France. Avec l'allongement des vols, la restauration devient une priorité : "Air France, plus qu'une autre, est dépositaire de cette culture très française du bien boire et du bien manger". Les repas chauds arrivent en 1949, le menu change régulièrement, l'argenterie et la porcelaine sont à l'emblème de la compagnie. L'arrivée des gros porteurs change la donne : la vaisselle de bord devient "consommable" et les plateaux-repas font leur apparition. Air France teste même une offre de coffret repas distribué à l'embarquement en classe Touriste en 1972, mais le service sera finalement rapidement abandonné.

Un menu digne d'un restaurant. Collection Musée Air France

Fumer à 40 000 pieds

Pendant des décennies, la cigarette était autorisée à bord des avions. Une pratique interdite en 1990 par Air France sur ses vols domestiques, en 1993 pour les vols européens, puis, finalement en 2000 pour l'ensemble de ses trajets. Les cendriers ont fait leur apparition à bord après un accident qui a coûté la vie à 123 passagers : un 707 de Varig Airlines, arrivant de Rio de Janeiro, s'est écrasé peu avant son atterrissage à Orly le 11 juillet 1973, suite à un feu cabine, probablement en raison d'une cigarette mal éteinte dans les toilettes.

Fumer dans l'avion, une action d'un autre temps. Collection Musée Air France

À lire aussi — Montez à bord du vol le plus long du monde, le très luxueux Singapour-New York

Découvrir plus d'articles sur :