Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici à quoi ressembleront les supermarchés dans 10 ans selon les caissiers

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici à quoi ressembleront les supermarchés dans 10 ans selon les caissiers
Business Insider France a demandé aux caissiers comment ils imaginent que leur métier aura évolué dans 10 ans. © Getty Images

L’automatisation de l’industrie bouleversait au siècle dernier le paysage social. Nombre d'ouvriers durent alors remiser leur bleu pour une tenue plus adaptée au commerce. Ils découvrirent un autre monde : le secteur tertiaire, alors en plein boom, où les exigences des clients succédaient à la cadence infernale de l’usine. Et à mesure que la technique progresse, l'automatisation investit de nouveaux secteurs. Celui du commerce notamment. Le meilleur exemple est sans doute la grande distribution, où des machines de plus en plus sophistiquées gagnent doucement du terrain sur l’homme dans les supermarchés.

Ces dix dernières années, le nombre d’hôtes de caisse aurait baissé de 5 à 10%, selon la Fédération du commerce et de la distribution (FCD). Alors, quel rôle tiendront les employés des supermarchés dans dix ans ? Quelles seront leurs conditions de travail ? Y’aura-t-il seulement encore des caissiers ? Certains pensent que non, tandis que d’autres imaginent mal comment feront les clients, hébétés face aux machines, sans employés de chair et d’os pour les guider. Business Insider France a demandé aux principaux intéressés, des caissiers, comment ils imaginent que le métier aura évolué dans 10 ans. Voici leurs réponses :

A lire aussi — Biocoop, Leclerc... Les 12 enseignes de supermarché les plus éco-responsables, selon les Français

Il y aura autant de caissiers dans dix ans qu'aujourd'hui, les salariés ne sont pas remplaçables par des machines

"On se rend compte que les employés ne sont pas remplaçables.”  Patrick Tomasso/Unsplash

Grégoire, 23 ans, employé dans un Naturalia de la rive gauche parisienne, ne croit pas au remplacement des caissiers par des machines dans les supermarchés. “Les grandes chaînes font beaucoup d’efforts pour automatiser complètement le métier : il y a les caisses automatiques, ou plus récemment un robot qui fait les inventaires automatiquement. Mais je pense que ce n’est pas voué à se développer tant que ça”, estime-t-il. “A l’arrivée des caisses automatiques, on pensait que les supermarchés se passeraient de salariés. Aujourd’hui, il n’en est rien : on se rend compte que les employés ne sont pas remplaçables.” Il prédit que, dans dix ans, il y aura toujours autant de caissiers.

Des machines de plus en plus sophistiquées remplaceront les employés au bénéfice des clients

“C’est une évolution, ce sera bien pour tout le monde. Et ça permettra aux clients de ne pas attendre longtemps”. Saucy/Wikimedia Commons

“Avant hier, à Cora, j’ai vu qu’ils avaient installé une caisse automatique pour les paiements en espèces”, raconte Émilie*, 20 ans, qui a travaillé à la caisse de plusieurs enseignes dans le Val-d’Oise (95). Elle ne voit pas les machines, “inévitables” selon elle, d’un mauvais oeil. “C’est une évolution, ce sera bien pour tout le monde. Et ça permettra aux clients de ne pas attendre longtemps”, pense-t-elle. “Un client qui reste là, sans bouger, ça peut créer des embrouilles !”

A lire aussi — C'est qui le patron ?! lance son appli concurrente de Yuka

Le drive continuera à se développer, supprimant le contact entre les employés et les clients

"C’est plus le drive qui se développera. Il n’y aura même plus de contact, tout sera informatisé.” Mick Haupt/Unsplash

“Je pense qu’il y aura beaucoup plus de caisses automatiques ; il y aura une hôtesse pour plusieurs caisses. Mais c’est plus le drive qui se développera. Il n’y aura même plus de contact, tout sera informatisé”, prédit Stéphanie Fregioni, qui travaille dans un Castorama à Vitrolles. “C’est en train de se développer. Le client vient à l’accueil, il récupère sa commande et s’en va”. poursuit-elle. “C’est une évolution, c’est comme ça, mais c’est dommage. C’est triste”, conclut la travailleuse de 41 ans.

Les articles seront tous scannés à la sortie du magasin et directement débités sur le compte des clients, et les salariés ne s’occuperont que du drive

“Il n’y aura plus du tout de caisse ; des machines pourront détecter directement les articles que les clients ont dans leur panier à la sortie des magasins”. ProjectManhattan/Wikimedia Commons

“Il n’y aura plus du tout de caisse ; des machines pourront détecter directement les articles que les clients ont dans leur panier à la sortie des magasins”, prédit Camille, 24 ans, caissière à mi-temps près de Rennes. “C’est déjà un peu le cas dans certaines enseignes, où les caissiers n’ont plus à scanner les articles.”

Jérémy, 26 ans, employé dans un Franprix parisien, pressent la même chose : “Il n’y aura plus besoin d’employés aux caisses. Peut-être pas dans 10 ans, mais ça va dans ce sens. Il y aura seulement quelques personnes pour préparer les commandes en drive, des livreurs, et des vigiles pour surveiller les clients.” Mais plus de caissier, donc.

A lire aussi - On a testé Boxy, le magasin 100% autonome qui tient dans un conteneur de 15 m²

Vers une humanisation du métier ?

"J’ose espérer que cette tendance que les magasins ont à faire usage de toute la terminologie écologique aboutira aussi à une remise en valeur de l’humain.” Lukas on Unsplash

“Aujourd’hui, la grande distribution ne traite pas extrêmement bien ses employés. La paye qui reste au SMIC alors que les supermarchés ont très largement les moyens d’augmenter cette rémunération”, constate Grégoire, qui a travaillé dans un Monoprix lors du premier confinement, à l’issue duquel il a été remercié. “Mais il y a une prise de conscience. J’ose espérer que cette tendance que les magasins ont à faire usage de toute la terminologie écologique aboutira aussi à une remise en valeur de l’humain.” Il pense que l’humanisation du métier serait une “suite logique” à l’écologie dont se soucie de plus en plus la grande distribution, et cite notamment la Biocoop, qui a instauré une charte sociale pour ses employés.

A lire aussi — 6 choses que les caissiers de supermarché rêvent de dire aux clients

Découvrir plus d'articles sur :