Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Voici Airspeeder, la startup qui veut organiser des courses de voitures volantes dans un futur proche

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Voici Airspeeder, la startup qui veut organiser des courses de voitures volantes dans un futur proche
© Airspeeder

Si l'on en croit la science-fiction des années 1960, nous devrions aujourd'hui prendre nos repas sous forme de pilules, vivre dans une société saine et heureuse, avoir des robots majordomes et des voitures volantes pour nous emmener au travail et puis nous ramener chez nous. Ce n'est pas exactement le cas, mais ce dernier point est plus proche de la réalité que vous ne le pensez. Alors qu'une myriade de concepts de voitures volantes sont révélés chaque année, un projet appelé Airspeeder semble plus proche du ciel que la plupart.

Matt Pearson, PDG d'Airspeeder, a révélé le projet avec une maquette réaliste mais malheureusement creuse du dernier prototype au Goodwood Festival of Speed en 2019. Son idée est simple : créer la première série de courses de voitures volantes, et laisser les autres s'occuper de créer les versions "route". Airspeeder, fondé en 2016, est là pour être glamour et montrer au monde que, non seulement les voitures volantes sont réelles, mais qu'elles arriveront bientôt. Business Insider US s'est entretenu avec Matt Pearson sur l'état actuel d'Airspeeder et sur la proximité de courses de voitures volantes.

A lire aussi — 8 'voitures volantes' qui s'apprêtent à faire décoller le marché de la mobilité urbaine

"Airspeeder est la première course de voitures volantes électriques au monde", s'enthousiasme Matt Pearson. "Maintenant que nous passons des voitures au sol aux voitures volantes, la course est vraiment le catalyseur qui stimule l'industrie et qui permet d'obtenir un produit que tout le monde pourra apprécier. Ce n'est pas seulement un projet d'innovation, mais il s'agit de créer une course qui, en fin de compte, fournira des véhicules pour tout le monde".

Matt Pearson, PDG d'Airspeeder. Airspeeder

Alors que de nombreux constructeurs, tant dans le domaine de l'automobile que dans celui de l'aéronautique, s'engagent dans la construction de voitures volantes, ils sont confrontés à des défis importants en matière de certification et de réglementation. Matt Pearson considère le travail d'Airspeeder comme un espace sûr, permettant de repousser les limites sans avoir à se préoccuper de ces questions, tout en faisant avancer le développement.

L'idée que Pearson se fait de la fonction d'Airspeeder est similaire à la façon dont le développement des avions s'est accéléré au début des années 1900. "Je parle toujours de l'aube du siècle dernier : nous avons eu la première course d'hydravions à Monaco en 1913", rappelle Matt Pearson. "Ces premiers avions avaient une vitesse de pointe d'environ 65 km/h. Dix-huit ans plus tard, ils volaient à 650 km/h, et cela nous a donné le Spitfire (modèle d'avion utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale, ndlr)."

Sans la course et la concurrence qu'elle instaure, les avions se seraient-ils développés aussi rapidement ? Qu'en est-il des voitures ? Il y a longtemps, sans restrictions budgétaires ou réglementaires, les constructeurs automobiles étaient libres d'expérimenter et de développer leurs voitures comme ils l'entendaient — pour autant que cela les rende compétitives.

A lire aussi — 9 innovations de startups européennes qui pourraient changer la manière de vous déplacer

"Notre rôle est d'être ce lieu où l'industrie peut jouer avec la meilleure technologie disponible sans avoir à se préoccuper trop des coûts énormes de la certification", explique Matt Pearson. "Nous contrôlons nos vols, ce qui nous permet de créer un environnement contrôlé et sûr pour tester les nouvelles technologies, de les pousser à leur limite et d'en tirer profit".

Les leçons apprises en étudiant les performances des moteurs, de l'aérodynamique et de tous les autres composants qui composent une voiture de course (volante) peuvent être affinées et appliquées aux véhicules grand public, commerciaux et même militaires.

"La course est importante pour la performance, mais elle nous a aussi donné des ceintures de sécurité, des freins à disque et des rétroviseurs", rappelle Matt Pearson. "Tous les éléments de base que nous prenons pour acquis maintenant dans nos voitures".

Les courses d'Airspeeder seront disputées par des véhicules conçus et construits par Alauda, également propriété de Matt Pearson et fondée par lui. Alauda est la société qui effectue la R&D pour faire fonctionner les voitures volantes, et elle teste actuellement un véhicule appelé Mk III — qui sera éventuellement remplacé par les Mk IV, qui seront celles de la course.

La version actuelle du Mk III est un drone dont une personne pourra prendre le contrôle une fois que les essais ont jugé qu'il est en mesure de le faire. Selon Matt Pearson, l'arrivée de la première voiture de course volante est une question de mois, et non d'années.

"Nous avons réussi, se félicite Matt Pearson. Ce n'était pas facile, mais nous l'avons fait. La Mk III est cette étape intermédiaire : elle est de taille normale, elle est en fibre de carbone, elle est toujours conçue pour voler sans pilote mais il y a de la place à l'intérieur pour un humain."

A lire aussi — Le plus gros drone au monde vient d'être dévoilé et pourrait bientôt mettre des satellites en orbite

L'Airspeeder n'est pas comme l'aviation "normale", explique Matt Pearson. "Les commandes sont une version améliorée des contrôleurs de drones, ou d'une manette de Xbox. Vous avez deux manettes et les principes sont à peu près les mêmes, ce qui est cool."

Les limites des capacités des drones sont encore en cours de test, et il reste à voir dans quelle mesure ces limites seront sûres pour les humains. "Il y a des choses qu'un multicoptère peut faire qu'un avion ne peut pas faire, poursuit Matt Pearson. Vous pouvez tirer des forces G de différentes manières et dans des directions extrêmes. C'est une chose si c'est un drone, mais quand vous avez une personne à l'intérieur, vous devez en prendre soin".

Airspeeder

Comment Pearson et son équipe sont-ils passés de la maquette à l'échelle de Goodwood 2019 au modèle actuel ? C'est simple : des gens et des tests. L'équipe s'est agrandie, et les tests à répétition ont commencé, en avançant rapidement, pas à pas, pour trouver comment faire d'Airspeeder une réalité aussi sûre que possible. Bien que le MK III ne soit pas tout à fait prêt pour le vol humain, Matt Pearson a fixé 2021 comme objectif pour les tests effectués par l'homme.

Quant aux humains en question, Matt Pearson révèle que des pilotes de course, des pilotes de toutes sortes et d'autres personnes encore sont intéressés pour les courses prévues en 2022. Il est prévu qu'Airspeeder déploie son style de compétition par étapes, en devenant plus complexe au fur et à mesure que le concept est éprouvé. Il commencera par des contre-la-montre, puis passera à des courses de dragster, des courses de poursuite, des courses sur circuit de type duel, pour finalement aboutir à une course traditionnelle sur grille complète.

Au fur et à mesure que le terrain se remplira, on pourrait craindre que deux Airspeeders entrent en collision et s'écrasent. Ce ne sera pas le cas, car une bulle virtuelle entourera chaque multicoptère et éloignera doucement les concurrents l'un de l'autre, à une distance de sécurité — un peu comme des aimants repoussants — pour éviter tout contact avec les autres coureurs ou le sol. Imaginez que l'Enterprise de Star Trek lève ses boucliers et forme une grosse bulle invisible autour du vaisseau. Chaque fois qu'une bulle en rencontrera une autre, elle rebondira dans la direction opposée, mettant tout le monde à l'abri.

A lire aussi — L'armée britannique compte déployer des 'essaims de drones' d'ici six mois

Airspeeder

Les événements eux-mêmes se dérouleront dans des déserts, sur l'eau et dans des endroits éloignés des grandes structures qui pourraient transformer un multicoptère léger en poussière. En ce qui concerne le visionnement, Airspeeder a déclaré dans un courriel de suivi que "les fans bénéficieront du même type de choix que les fans d'eSport".

Matt Pearson est resté muet sur la question de savoir qui dirigera les écuries Airspeeder à l'avenir, mais un mélange d'entreprises technologiques, d'automobiles et, bien sûr, d'autres secteurs : "Vous reconnaîtrez probablement des écuries de Formule 1 et d'autres équipes de sport automobile de haut niveau."

L'avenir, semble-t-il, devient rapidement le présent et, en coulisses, les mondes de la tech, du sport auto, de l'aviation et de l'automobile se préparent à faire le spectacle. Peut-être, comme il semble aujourd'hui étrange d'imaginer un monde sans smartphones, nous trouverons un jour bizarre qu'il y ait eu un temps avant les voitures volantes. Nous le découvrirons bien assez tôt.

Version originale : Alex Goy/Business Insider

A lire aussi — 8 technologies futuristes que les armées vont bientôt utiliser

Découvrir plus d'articles sur :