Jeff Bezos

Jeff Bezos, fondateur d'Amazon. REUTERS/Shannon Stapleton

Parmi tous les dirigeants américains de la tech, le patron d'Amazon Jeff Bezos avait probablement la relation la plus tumultueuse avec le futur président américain Donald Trump.

Les deux se sont ouvertement critiqués à plusieurs reprises. Donald Trump a même prévenu qu'Amazon aurait "des problèmes" s'il devenait président. 

Il y avait donc beaucoup d’attente en amont du sommet tech de mercredi durant lequel Jeff Bezos et Donald Trump se sont finalement rencontrés la première fois. 

Et vu la façon dont le patron d'Amazon s'est présenté hier, il semble clair qu'il veut désormais être sympa avec Donald Trump.

"Jeff Bezos, Amazon. Super excité de toutes les opportunités à venir, ceci pourrait être l'administration de l'innovation", a dit Jeff Bezos, alors que Donald Trump a demandé à toutes les dirigeants assis autour de la table de se présenter brièvement. 

Jeff Bezos a aussi transmis à Business Insider le communiqué suivant:

"J'ai trouvé que la rencontre d'aujourd'hui avec le président élu, son équipe de transition et les dirigeants de la tech très productive. J'ai partagé l'idée que l'administration devrait faire de l'innovation l'un des principaux piliers pour créer un nombre important d'emplois à travers le pays, dans tous les secteurs, pas uniquement dans la tech — dans l'agriculture, l'infrastructure, l'industrie — partout."

Donc pour le moment, il semblerait que les deux hommes ont laissé derrière eux le passé.

Jeff Bezos a probablement beaucoup plus réfléchi à sa présentation que certains des autres dirigeants, qui se sont contentés de donner leur titre et le nom de l'entreprise. C'est peut-être sa façon de montrer du respect envers le président élu, mais cela pourrait aussi être vu comme un léger rappel à l'intention de l'administration Trump, qui a fait des promesses sur le développement des infrastructures et moins sur les technologies. 

Quoi qu'il en soit, Jeff Bezos a toutes les raisons de tendre la main au futur gouvernement. Amazon a tellement grandi ces dernières années que ses propres intérêts sont étroitement liés aux politiques du gouvernement, dans des domaines comme l'impôt sur les ventes, la neutralité du web, l'immigration, la livraison pour n'en citer que quelques uns. C'est l'une des raisons pourquoi Amazon a récemment considérablement augmenté ses dépenses dans le lobby.

La réponse de Donald Trump adressée aux dirigeants tech était encourageante. Il leur a dit de l'appeler lui et ses associés directement s'ils avaient un jour besoin de quelque chose. Il a aussi applaudi les réussites des secteurs de la tech.

"Je suis là pour vous aider à bien vous porter... Nous voulons que vous continuez à innover de façon remarquable. Il n'y a personne d'autre comme vous sur Terre. Il n'y a personne d'autre vous comme vous tous dans cette pièce", a dit Donald Trump

Mais malgré ces mots sympathiques, le visage de Jeff Bezos (voir ci-dessous), à côté de celui de Larry Page, cofondateur d'Alphabet, la maison-mère de Google, et celui de Sheryl Sandberg de Facebook, n'avait pas l'air très confiant.

Jeff Bezos

Jeff Bezos et Larry Page. REUTERS/Shannon Stapleton

Note: Jeff Bezos est un investisseur de Business Insider à travers sa propre entreprise d'investissements, Bezos Expeditions. 

Version originale: Eugene Kim/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici où étaient assis les patrons de la tech lors de leur réunion avec Donald Trump

VIDEO: Voici les effets des champignons hallucinogènes sur votre cerveau et votre bien-être